Follow by Email

mardi 31 mars 2015

RORATE CÆLI: Damned Lies: On the Destiny of Judas Iscariot

> http://rorate-caeli.blogspot.fr/2015/03/damned-lies-on-destiny-of-judas-iscariot.html?m=1

Fontgombault Sermon - Palm Sunday: "Obedience is at the core of the Incarnation and Passion" PALM SUNDAY





Sermon of the Right Reverend Dom Jean Pateau
Abbot of Our Lady of Fontgombault
(Fontgombault, March 29, 2015)

Dear Brothers and Sisters,
My dearly beloved Sons,

St. Paul asks the Philippians in the Epistle to have between them the same mind as Christ had. At the beginning of the Holy Week, the Church reminds us of this duty.


Christ has not thought that His Godhead was a hindrance that could prevent Him to be clothed with our human nature. Moreover, "He emptied himself, taking the form of a servant" (Phil 2:8)

Let us therefore enter the Incarnate Son's mystery of humility and obedience. Let us follow Him in His Passion, not as faraway onlookers, but let us rather partake of the gift of His life. Let us mercifully continue this gift, which will end up with the glorification on the morning of Easter.

In this year of consecrated life, let us remember that obedience is at the core of the mystery of the Incarnation and Passion. Obedience must also be at the core of the life of each consecrated, inasmuch as he must bear witness to and prophesy Christ's obedience before the world.

Christ's human will abides not only by the limits of human nature, but also by the design of God. It is this design that we must make out so as to follow it and not take a wrong path. The Epistle to the Hebrews asserts:

And this will [of the Father] was for us to be sanctified by the offering of the body of Jesus Christ… (Hb 10:10; cf. Ps 39:7-9)

The will of God is the salvation of each man. To love as Christ, means to desire and promote the salvation of our neighbours, to orientate them towards a path of sanctification, sometimes at the expense of our own lives, often by renouncing ourselves.

If we want to follow Christ and enter the mystery of His Passion, each of us must answer a uestion. Are my actions consistent with the merciful design of God on each man, or are they uncaring of this design, or worse do they oppose it?

The answer is crucial; it will reveal whether our love for God is genuine or merely a pretence.

If you love Me, you will keep My commandments… He that has My commandments and keeps them, he it is that loves Me. (Jn 14:15.21)

May Our Lady of the Stabat, the loving Mother of all men, teach us to remain at the foot of the Cross, especially on these days, and to imitate her Son Who gives His life out of love.

Amen.


من كتاب القديس باسيليوس الأسقف في الروح القدس (فصل 15، 35: PG 32، 127- 130) واحد هو الموت للعالم، وواحدة هي القيامة من بين الأموات


 
إنَّ ما يريدُه الله ومخلِّصُنا للإنسانِ في تدبيرِه الإلهيِّ هو أن يُقِيمَه من سقطتِه، وأن يُعِيدَه إلى مودّتِه تعالى، بعدَ أن ابتعدَ عنه بالخطيئة. لهذا السَّببِ كانَ مجيءُ يسوعَ المسيحِ بحسبِ الجسدِ، ولهذا عاشَ مختلفَ مراحلِ حياتِه الإنجيليَّةِ، وتحمَّلَ الآلامَ والصَّليبَ والدَّفنَ ثم قامَ من بينِ الأمواتِ: حتى يقدرَ الإنسانُ المخلَّصُ أن يقتدِيَ بالمسيح فينالَ البُنُوَّةَ الإلهيَّةَ القديمةَ.
     من الضَّروريِّ إذًا الاقتداءُ بالمسيحِ لبلوغِ كمالِ الحياة. ولا نقتدي به فقط في أمثالِه التي أظهرَها في حياتِه باللِينِ والصَّومِ والصَّبر، ولكن بموتِه أيضًا، كما قالَ بولسُ الرَّسولُ الذي اقتدى بالمسيح: "أتَمَثَّلُ بِهِ فِي مَوتِهِ، لَعَلِّي أبلُغُ القِيَامَةَ مِن بَينِ الأموَاتِ" (فيلبي 3: 11). 
وكيف نتمثَّلُ به في موتِه؟  بأن نُدفَنَ معه بالمعموديَّةِ. وما هي إذًا طريقةُ الدَّفن، وما الفائدةُ من هذا التَّشبُّه؟ يجبُ أولاً الانقطاعُ عن الحياةِ الأولى. لا يقدرُ أحدٌ أن يبلغَ هذا المبلغَ إلا إذا وُلِدَ ثانيَةً، كما قالَ الربّ. لأنَّ الولادةَ الثَّانيَةَ، بحسبِ معنى اللفظةِ نفسِها، هي بدايةُ حياةٍ ثانيَةٍ. وقبلَ أن تبدأَ حياةً ثانيةً يجبُ أن تضعَ حدًّا  للأولى. إنَّ المتسابقِين في الحَلَبةِ إذا بلغوا الهدفَ مُنِحوا وَقفةً واستراحةً قبلَ المبادرةِ بدورةٍ ثانيَةٍ. وكذلك من الضَّروريِّ في تبدُّلِ الحياةِ أن يكونَ الموتُ مِثلَ انقطاعٍ بيَن كلتا المرحلتَيْن يضعُ حدًّا لِمَا مضى ويبدأُ ما سيأتي.
وكيف نَنـزِلُ إلى الجحيم، أي كيف نموت؟ – بتمثُّلِنا بدفنِ المسيحِ، وذلك بالمعموديَّة. فكأنَّ أجسامَ المعتمدِين تُدفَنُ في الماء. ومن ثَمَّ فالمعموديَّةُ تدلُّ بصورةٍ خَفِيَّةٍ على التجرُّدِ من أعمالِ الجسد، كما قالَ بولسُ الرَّسول: "فِيهِ خُتِنْتُم خِتَانًا لَم يَكُنْ فِعلَ الأيدِي، بِل بِخَلعِ الجَسَدِ البَشَرِيِّ، وَهُوَ خِتَانُ المَسِيحِ. ذَلِكَ أنَّكُم دُفِنْتُم مَعَهُ فِي المَعمُودِيَّةِ" (قولسي 2: 11). والمعموديَّةُ تُطهِّرُ النَّفسَ نوعًا ما من الأوساخِ التي تأتيها من حواسِّ الجسدِ، بحسبِ ما كُتِبَ: "اغسِلْنِي فَأفُوقَ الثَّلجَ بَيَاضًا" (مزمور 50: 9). لذلك عرَفْنا معموديَّةً واحدةً للخلاص. كما أنَّ الموتَ للعالَمِ هو واحد، كذلك واحدةٌ هي القيامةُ من بينِ الأموات، والمعموديَّةُ صورةٌ لها.

From the book On the Holy Spirit by Saint Basil, bishop (Cap. 15, 35: PG 32, 127-130) By one death and resurrection the world was saved



When mankind was estranged from him by disobedience, God our Savior made a plan for raising us from our fall and restoring us to friendship with himself. According to this plan Christ came in the flesh, he showed us the gospel way of life, he suffered, died on the cross, was buried and rose from the dead. He did this so that we could be saved by imitation of him, and recover our original status as sons of God by adoption.

To attain holiness, then, we must not only pattern our lives on Christ’s by being gentle, humble and patient, we must also imitate him in his death. Taking Christ for his model, Paul said that he wanted to become like him in his death in the hope that he too would be raised from death to life.

We imitate Christ’s death by being buried with him in baptism. If we ask what this kind of burial means and what benefit we may hope to derive from it, it means first of all making a complete break with our former way of life, and our Lord himself said that this cannot be done unless a man is born again. In other words, we have to begin a new life, and we cannot do so until our previous life has been brought to an end. When runners reach the turning point on a racecourse, they have to pause briefly before they can go back in the opposite direction. So also when we wish to reverse the direction of our lives there must be a pause, or a death, to mark the end of one life and the beginning of another.

Our descent into hell takes place when we imitate the burial of Christ by our baptism. The bodies of the baptized are in a sense buried in the water as a symbol of their renunciation of the sins of their unregenerate nature. As the Apostle says: The circumcision you have undergone is not an operation performed by human hands, but the complete stripping away of your unregenerate nature. This is the circumcision that Christ gave us, and it is accomplished by our burial with him in baptism. Baptism cleanses the soul from the pollution of worldly thoughts and inclinations: You will wash me,says the psalmist, and I shall be whiter than snow. We receive this saving baptism only once because there was only one death and one resurrection for the salvation of the world, and baptism is its symbol.

Martes Santo

San Ambrosio (c. 340-397), obispo de Milán y doctor de la Iglesia 


"Te aseguro, Pedro, que antes de que el gallo cante, me habrás negado tres veces."

Hermanos, ¡convirtámonos! ¡Guardémonos de disputas sobre categorías entre nosotros! Si los apóstoles han contestado (cf Lc 22,24), no nos tiene que ser pretexto para nosotros de hacer lo mismo, antes bien es un aviso. Pedro se convirtió, es cierto, el día que respondió a la primera llamada del Maestro, pero ¿quién puede decir que su propia conversión ya se ha realizado? (...) 


    El Señor nos da ejemplo. Tenemos necesidad de todo; él no necesita de nadie y, sin embargo, se muestra humilde en el servicio de sus discípulos. (...) En cuanto a Pedro, dispuesto en su espíritu, sin duda, pero todavía débil en las disposiciones de su cuerpo (Mt 26,41) le previene Jesús que le negará. La pasión del Señor encuentra sus imitadores pero no igualadores. Así que no reprocho a Pedro de haber negado a Cristo; le felicito por haber llorado. Lo uno es resultado de nuestra condición común; lo otro es señal de virtud, de fuerza interior. (...) Pero, aunque nosotros le excusamos, él no se excusó (...). Prefirió acusarse a si mismo de su pecado que agravarlo con otra negación. Pedro lloró... 


    Leo que Pedro lloró, no leo que haya dado excusas. Lo que no puede ser negado  puede ser lavado. Las lágrimas sirven para lavar aquellas faltas que no osamos confesar de viva voz... Las lágrimas proclaman la falta sin temblor (...). Las lágrimas no piden perdón y, no obstante, lo alcanzan. (...) ¡Buenas lágrimas, las que lavan la culpa! Lloran aquellos a los que Jesús mira. Pedro negó una primera vez y no lloró porque el Señor no lo había mirado. Le negó una segunda vez, no lloró porque el Señor todavía no lo había mirado. Le negó una tercera vez: Jesús le miró y él lloró amargamente. ¡Míranos, Señor Jesús, para que sepamos llorar nuestro pecado!

Tratado sobre el evangelio de Lucas, 49-52; 87-89; SC 52 pag 173, 185 

TRAITÉ DE SAINT BASILE SUR LE SAINT-ESPRIT « C'est dans sa mort que nous avons été baptisés »



Le dessein de Dieu notre Sauveur en faveur de l'homme consiste à le ramener de son exil, à le faire revenir dans l'intimité de Dieu en le tirant de l'éloignement causé par sa désobéissance. Telle est la raison de l'avènement du Christ dans la chair, de ses exemples de vie évangélique, de ses souffrances, de sa croix, de son ensevelissement, de sa résurrection : que l'homme, sauvé par l'imitation du Christ, recouvre l'adoption filiale des origines.

Il est donc nécessaire, pour une vie parfaite, d'imiter le Christ non seulement dans les exemples de douceur, d'humilité, de patience, que l'on trouve dans sa vie, mais aussi dans sa mort elle-même, comme le dit saint Paul, l'imitateur du Christ : Reproduire en moi sa mort, dans l'espoir de parvenir, moi aussi, à ressusciter d'entre les morts.

Comment donc lui ressembler dans sa mort ? En nous ensevelissant avec lui par le baptême. Mais de quelle manière s'ensevelir ? Et quel avantage tirer de cette imitation ? D'abord, il est nécessaire de briser le cours de la vie passée. Cela est impossible à moins de renaître, selon la parole du Seigneur. La seconde naissance, comme le mot l'indique, est le commencement d'une autre vie. Si bien que, pour commencer cette autre vie, il faut mettre fin à la précédente. Dans la double course du stade, un arrêt, un léger repos sépare l'aller du retour ; de même, lorsqu'on change de vie, il paraît nécessaire qu'une mort intervienne entre les deux vies pour mettre fin à ce qui précède et faire commencer ce qui vient ensuite.

Comment donc réussir à descendre au séjour des morts ? En mimant l'ensevelissement du Christ par le baptême. En effet, le corps du baptisé est en quelque sorte enseveli dans l'eau. Par conséquent, c'est l'abandon d'une vie selon la chair que le baptême suggère symboliquement. Comme dit l'Apôtre : Vous avez reçu une circoncision où la main des hommes n'est pour rien, et qui vous a dépouillés du corps charnel : c'est la circoncision venue du Christ ; vous avez été ensevelis avec lui par le baptême. Le baptême purifie l'âme, pour ainsi dire, de la souillure venue des pensées charnelles, ainsi qu'il est écrit : Tu me laveras, et je serai plus blanc que neige. ~ C'est pourquoi nous ne connaissons qu'un seul baptême qui donne le salut, puisqu'il n'y a qu'une seule mort pour le rachat du monde et une seule résurrection des morts, et que l'une et l'autre sont figurées par le baptême.

Del libro de san Basilio Magno, obispo, sobre el Espíritu Santo (Cap. 15, 35: PG 32, 127-130) ES UNA SOLA LA MUERTE EN FAVOR DEL MUNDO Y UNA SOLA LA RESURRECCIÓN DE ENTRE LOS MUERTOS


Nuestro Dios y Salvador realizó su plan de salvar al hombre levantándolo de su caída y haciendo que pasara del estado de alejamiento, al que le había llevado su desobediencia, al estado de familiaridad con Dios. Éste fue el motivo de la venida de Cristo en la carne, de sus ejemplos de vida evangélica, de sus sufrimientos, de su cruz, de su sepultura y de su resurrección: que el hombre, una vez salvado, recobrara, por la imitación de Cristo, su antigua condición de hijo adoptivo.
Y así, para llegar a una vida perfecta, es necesario imitar a Cristo, no sólo en los ejemplos que nos dio durante su vida, ejemplos de mansedumbre, de humildad y de paciencia, sino también en su muerte, como dice Pablo, el imitador de Cristo: Muriendo su misma muerte, para llegar un día a la resurrección de entre los muertos.
Mas, ¿de qué manera podremos reproducir en nosotros su muerte? Sepultándonos con él por el bautismo. ¿En qué consiste este modo de sepultura, y de qué nos sirve el imitarla? En primer lugar, es necesario cortar con la vida anterior. Y esto nadie puede conseguirlo sin aquel nuevo nacimiento de que nos habla el Señor, ya que la regeneración, como su mismo nombre indica, es el comienzo de una vida nueva. Por esto, antes de comenzar esta vida nueva, es necesario poner fin a la anterior. En esto sucede lo mismo que con los que corren en el estadio: éstos, al llegar al fin de la primera parte de la carrera, antes de girar en redondo, necesitan hacer una pequeña parada o pausa, para reemprender luego el camino de vuelta; así también, en este cambio de vida, era necesario interponer la muerte entre la primera vida y la posterior, muerte que pone fin a los actos precedentes y da comienzo a los subsiguientes.
¿Cómo podremos, pues, imitar a Cristo en su descenso a la región de los muertos? Imitando su sepultura mediante el bautismo. En efecto, los cuerpos de los que bautizados quedan, en cierto modo, sepultados bajo las aguas. Por esto el bautismo significa, de un modo misterioso, el despojo de las obras de la carne, según aquellas palabras del Apóstol: Fuisteis circuncidados con circuncisión no hecha por hombres, cuando os circuncidaron de los bajos instintos de la carne, por la circuncisión de Cristo. Por el bautismo fuisteis sepultados con él, ya que el bautismo en cierto modo purifica el alma de manchas ocasionadas en ella por el influjo de esta vida en carne mortal, según está escrito: Lávame: quedaré más blanco que la nieve. Por esto reconocemos un solo bautismo salvador, ya que es una sola la muerte en favor del mundo y una sola la resurrección de entre los muertos, de ambas es figura el bautismo.

[AELF] Lectures du jour


Lectures de la messe

1ère lecture : « Je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu'aux extrémités de la terre » ( Is 49, 1-6 )


Lecture du livre du prophète Isaïe

Écoutez-moi, îles lointaines !

Peuples éloignés, soyez attentifs !

J'étais encore dans le sein maternel

quand le Seigneur m'a appelé ;

j'étais encore dans les entrailles de ma mère

quand il a prononcé mon nom.

          Il a fait de ma bouche une épée tranchante,

il m'a protégé par l'ombre de sa main ;

il a fait de moi une flèche acérée,

il m'a caché dans son carquois.

          Il m'a dit :

« Tu es mon serviteur, Israël,

en toi je manifesterai ma splendeur. »

          Et moi, je disais :

« Je me suis fatigué pour rien,

c'est pour le néant, c'est en pure perte

que j'ai usé mes forces. »

Et pourtant, mon droit subsistait auprès du Seigneur,

ma récompense, auprès de mon Dieu.

          Maintenant le Seigneur parle,

lui qui m'a façonné dès le sein de ma mère

pour que je sois son serviteur,

que je lui ramène Jacob,

que je lui rassemble Israël.

Oui, j'ai de la valeur aux yeux du Seigneur,

c'est mon Dieu qui est ma force.

          Et il dit :

« C'est trop peu que tu sois mon serviteur

pour relever les tribus de Jacob,

ramener les rescapés d'Israël :

je fais de toi la lumière des nations,

pour que mon salut parvienne

jusqu'aux extrémités de la terre. »

 

                        – Parole du Seigneur.

Psaume : ( 70 (71), 1-2, 3, 5a.6, 15ab.17 )


R/

Ma bouche annonce ton salut, Seigneur.

En toi, Seigneur, j'ai mon refuge :
garde-moi d'être humilié pour toujours.
Dans ta justice, défends-moi, libère-moi,
tends l'oreille vers moi, et sauve-moi.

Sois le rocher qui m'accueille,
toujours accessible ;
tu as résolu de me sauver :
ma forteresse et mon roc, c'est toi !

Seigneur mon Dieu, tu es mon espérance,
Toi, mon soutien dès avant ma naissance,
tu m'as choisi dès le ventre de ma mère ;
tu seras ma louange toujours !

Ma bouche annonce tout le jour
tes actes de justice et de salut ;
Mon Dieu, tu m'as instruit dès ma jeunesse,
jusqu'à présent, j'ai proclamé tes merveilles.

Evangile : « L'un de vous me livrera… Le coq ne chantera pas avant que tu m'aies renié trois fois » ( Jn 13, 21-33.36-38 )


Acclamation :

Louange à toi, Seigneur,
Roi d'éternelle gloire !

Salut, ô Christ, notre Roi :
obéissant au Père ;
comme l'agneau vers l'abattoir,
tu te laisses conduire à la croix.
Louange à toi, Seigneur,
Roi d'éternelle gloire !


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,

au cours du repas que Jésus prenait avec ses disciples,

          il fut bouleversé en son esprit,

et il rendit ce témoignage :

« Amen, amen, je vous le dis :

l'un de vous me livrera. »

          Les disciples se regardaient les uns les autres avec embarras,

ne sachant pas de qui Jésus parlait.

          Il y avait à table, appuyé contre Jésus,

l'un de ses disciples, celui que Jésus aimait.

          Simon-Pierre lui fait signe de demander à Jésus

de qui il veut parler.

          Le disciple se penche donc sur la poitrine de Jésus

et lui dit :

« Seigneur, qui est-ce ? »

          Jésus lui répond :

« C'est celui à qui je donnerai la bouchée

que je vais tremper dans le plat. »

Il trempe la bouchée,

et la donne à Judas, fils de Simon l'Iscariote.

          Et, quand Judas eut pris la bouchée,

Satan entra en lui.

Jésus lui dit alors :

« Ce que tu fais, fais-le vite. »

          Mais aucun des convives ne comprit

pourquoi il lui avait dit cela.

          Comme Judas tenait la bourse commune,

certains pensèrent que Jésus voulait lui dire

d'acheter ce qu'il fallait pour la fête,

ou de donner quelque chose aux pauvres.

          Judas prit donc la bouchée, et sortit aussitôt.

Or il faisait nuit.

 

          Quand il fut sorti, Jésus déclara :

« Maintenant le Fils de l'homme est glorifié,

et Dieu est glorifié en lui.

                   Si Dieu est glorifié en lui,

Dieu aussi le glorifiera ;

et il le glorifiera bientôt.

 

                   Petits enfants,

c'est pour peu de temps encore

que je suis avec vous.

Vous me chercherez,

et, comme je l'ai dit aux Juifs :

"Là où je vais,

vous ne pouvez pas aller",

je vous le dis maintenant à vous aussi. »

 

          Simon-Pierre lui dit :

« Seigneur, où vas-tu ? »

Jésus lui répondit :

« Là où je vais,

tu ne peux pas me suivre maintenant ;

tu me suivras plus tard. »

          Pierre lui dit :

« Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre à présent ?

Je donnerai ma vie pour toi ! »

          Jésus réplique :

« Tu donneras ta vie pour moi ?

Amen, amen, je te le dis :

le coq ne chantera pas

avant que tu m'aies renié trois fois. »

 

                        – Acclamons la Parole de Dieu.

31 mars 2015
Mardi,
violet Mardi Saint


© AELF, Association Épiscopale Liturgique pour les Pays Francophones


lundi 30 mars 2015

Lundi Saint, c’est aujourd’hui que démarre la grande semaine !


Semaine Sainte FSSP : lundi saint
Google Linkedin Pinterest

En ce LUNDI SAINT, avez-vous pensé à…

MONTER vers Pâques ?

Biens chers amis et bienfaiteurs,

Nous voici arrivés en la Grande Semaine de l'Église ! Je vous invite à concentrer vos efforts de Carême par la prière, la pénitence et le partage.

À titre d'aumône de Carême, voulez-vous bien faire votre offrande pour nos prêtres
et nos séminaristes ? Le prêtre ne doit cesser de montrer aux âmes le chemin du Salut, mais il a besoin pour cela d'aide et de soutien.

En vous souhaitant une bonne montée vers Pâques, je tiens à vous assurer de notre prière à toutes vos intentions.


Abbé Vincent Ribeton

Supérieur du district de France


OFFRIR votre aumône de Carême ?

Grâce à votre don précieux, la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre pourra financer
la formation de ses jeunes séminaristes qui répondent à l'Appel du Seigneur.

ici


Lunes Santo

San Agustín (354-430), obispo de Hipona (África del Norte), doctor de la Iglesia 


"A los pobres los tendréis siempre con vosotros, pero a mí no me tendréis siempre"

    María (…) tomó una libra de perfume de nardo pístico, caro; ungió los pies de Jesús y con sus cabellos enjugó los pies de él, y la casa se llenó con el olor del perfume. Hemos escuchado el hecho; investiguemos el misterio. Tú, cualquiera que quieres ser una persona fiel, con María unge con perfume caro los pies del Señor. Ese perfume fue la justicia (…). Unge tú los pies de Jesús: viviendo bien, ve en pos de las huellas del Señor. Enjúgalos con los cabellos: si tienes cosas superfluas, da a los pobres y has enjugado los pies del Señor (…). Los pies del Señor pasan quizá necesidad en la tierra. En efecto, ¿de quiénes, sino de sus miembros (Ef 5,30), va a decir al final: «Cuando lo hicisteis a uno de mis mínimos, a mí lo hicisteis?» (Mt 25,40). 


     Pues bien, la casa se llenó del olor, el mundo se ha llenado de la buena fama, porque olor bueno es la buena fama. Quienes viven mal y se llaman cristianos, hacen una injuria a Cristo; (…). Si por culpa de tales individuos se denuesta el nombre de Dios, mediante los buenos se loa el nombre del Señor. Escucha al Apóstol: Somos en todo lugar, afirma, olor bueno del Mesías (2 Co 2,14-15). También en Cantar de Cantares se dice: Perfume derramado es tu nombre (1,3).

Tratados sobre el Evangelio de San Juan, 50, 6-7 

من مواعظ القديس أغسطينس الأسقف (العظة 3: PLS 2 ، 545- 546) لنفتخر نحن أيضا بصليب ربِّنا يسوع المسيح



إنّ آلامَ ربِّنا ومخلِّصِنا يسوعَ المسيحِ تَضمَنُ لنا المجدَ وتعلِّمُنا الصَّبرَ.
بماذا لا نُمَنِّي أنفسَنا وقد منحَنا الله نعمتَه؟ من أجلِنا لم يأنَفْ ابنُ الله الوحيدِ والمساوي للآبِ منذ الأزل أن يُولَدَ إنسانًا من إنسان، بل أرادَ أيضًا أن يموتَ على يدِ أناسٍ خَلَقَهم هو.
إنَّه لأمرٌ عظيمٌ المستقبَلُ الذي يَعِدُنا به الله. وأعظمُ منه ما نراه قد تمَّ حتى الآن من أجلِنا. أين كانَ الخطأةُ وماذا كانوا لمّا ماتَ المسيحُ من أجلِهم؟ من يشُكُّ في أنَّه سيَهَبُ القدِّيسين حياتَه بعدَ أن وهبَهم موتَه؟ كيف يتردَّدُ الإنسانُ الضَّعيفُ فلا يؤمنَ بما سيكونُ، أي في أن يَحيَا النَّاسُ يومًا مع الله؟ 
ما لا يمكنُ أن يُصَّدَّقَ قد تَمَّ، وهو أن ألله ماتَ من أجلِ الإنسان.
     وفي الواقع، مَن هو المسيحُ؟ أليس هو "الكلمةَ الذي كانَ في البدء، والكلمةَ الذي كانَ لدى الله، والكلمةَ الذي هو الله " (ر. يوحنا 1: 1)؟  وكلمةُ الله هذا صارَ إنسانًا وسكنَ بينَنا (ر. يوحنا 1: 14). لم يكُن فيه ما يَقدِرُ به أن يموتَ من أجلِنا، فاتَّخذَ جسدَنا المائت. وهكذا، استطاعَ الذي لا يموتُ أن يموتَ، وهكذا أرادَ أن يمنحَ الحياةَ للمائتين: فقد صيَّرَنا شركاءَهُ بعدَ أن صارَ هو أوّلا شريكًا لنا. لأنَّه لم يكُنْ فينا ما نَقدِرُ به أن نحيا، كما أنَّه لم يكُنْ فيه ما يَقدِرُ به أن يموت.
صنعَ معَنا تبادلًا عجيبًا: ما أخذَه مِنَّا هو الذي مات، وما وهبَنا إيّاه من ذاته هو الذي به حَيِينا. 
يجبُ ألا نستحِيَ بموتِ ربِّنا وإلهِنا، وليسَ هذا وحسبُ، بل يجبُ أن نجدَ في موتِه قوّةً كبيرةً وفخرًا عظيمًا. أخذَ عنّا الموتَ الذي وجدَه فينا، ووعدَنا، وتمَّمَ الوعدَ، بأن يمنحَنا الحياةَ التي لم يكُنْ بإمكانِنا أن ننالَها بقوّتِنا.
فما استحقَقْناه نحن بالخطيئة، تحمَّلَه هو من أجلِ الخاطئِين، وهو من غيرِ خطيئة، لأنَّه أحبَّنا حبًّا كبيرًا. فكيف لا يمنحُنا بعدَ هذا، وهو المبرِّرُ والمقدِّسُ، ما جعلَه بِرًّا لنا؟ وكيف لا  يمنحُنا مكافأةَ  القدِّيسين التي وعدَنا بها، هو الذي لا يُخلِفُ بالوعد، والذي تحمَّلَ العقابَ عن الآثِمين ولا إثمَ عليه؟
لنعترِفْ إذًا، أيُّها الإخوة، بشجاعة، وَلْنُعلِنْ على الملأ أنَّ المسيحَ صُلِبَ من أجلِنا. ولا نكُنْ خائفِين بل متهلِّلِين، ولا نقُلْ ذلك بخجلٍ بل بافتخار. 
ذاك ما أدركَه القدِّيس بولس فأوصانا بأن نفتخر. كانَ بإمكانِه أن يُشِيدَ بعظائمِ الله وبآياتِه الكثيرة. إلا أنّه لم يقُلْ إنّه يفتخرُ بآياتِ المسيح، الذي كانَ لدى الآب والذي خلقَ العالم، ولمّا صارَ إنسانًا مثلَنا أمرَ الطَّبيعةَ فأطاعَتْه. إنّما  افتخرَ بشيءٍ واحدٍ حيث قال: "أمَّا أنَا فَمَعَاذَ اللهِ أن أفتَخِرَ إلا بِصَلِيبِ رَبِّنَا يَسُوعَ المَسِيحِ" (غلاطية 6: 14). 

http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

De los sermones de san Agustín, obispo (Sermón Güelferbitano 3: PLS 2, 545-546) GLORIÉMONOS TAMBIÉN NOSOTROS EN LA CRUZ DE NUESTRO SEÑOR JESUCRISTO


La pasión de nuestro Señor y Salvador Jesucristo es una prenda de gloria y una enseñanza de paciencia. Pues, ¿qué dejará de esperar de la gracia de Dios el corazón de los fieles, si por ellos el Hijo único de Dios, coeterno con el Padre, no se contentó con nacer como un hombre entre los hombres, sino que quiso incluso morir por mano de los hombres, que él mismo había creado?
Grande es lo que el Señor nos promete para el futuro, pero es mucho mayor aún aquello que celebramos recordando lo que ya ha hecho por nosotros. ¿Dónde estaban o quiénes eran los impíos, cuando por ellos murió Cristo? ¿Quién dudará que a los santos pueda dejar el Señor de darles su vida, si él mismo les entregó su muerte? ¿Por qué vacila todavía la fragilidad humana en creer que un día será realidad el que los hombres vivan con Dios?
Lo que ya se ha realizado es mucho más increíble: Dios ha muerto por los hombres.
Porque, ¿quién es Cristo, sino aquel de quien dice la Escritura: En el principio ya existía la Palabra, y la Palabra estaba junto a Dios, y la Palabra era Dios? Esta Palabra de Dios se hizo carne y acampó entre nosotros. Porque no habría poseído lo que era necesario para morir por nosotros, si no hubiera tomado de nosotros una carne mortal. Así el inmortal pudo morir, así pudo dar su vida a los mortales; y hará que más tarde tengan parte en su vida aquellos de cuya condición él primero se había hecho partícipe. Pues nosotros, por nuestra naturaleza, no teníamos posibilidad de vivir, ni él, por la suya, posibilidad de morir. Él hizo, pues, con nosotros este admirable intercambio: tomó de nuestra naturaleza la condición mortal, y nos dio de la suya la posibilidad de vivir.
Por tanto, no sólo no debemos avergonzarnos de la muerte de nuestro Dios y Señor, sino que hemos de confiar en ella con todas nuestras fuerzas y gloriarnos en ella por encima de todo: pues al tomar de nosotros la muerte, que en nosotros encontró, nos prometió, con toda su fidelidad, que nos daría en sí mismo la vida que nosotros no podemos llegar a poseer por nosotros mismos. Y si aquel que no tiene pecado nos amó hasta tal punto que por nosotros, pecadores, sufrió lo que habían merecido nuestros pecados, ¿cómo, después de habernos justificado, dejará de darnos lo que es justo? Él, que promete con verdad, ¿cómo no va a darnos los premios de los santos, si soportó, sin cometer iniquidad, el castigo que los inicuos le infligieron?
Confesemos, por tanto, intrépidamente, hermanos, y declaremos bien a las claras que Cristo fue crucificado por nosotros: y hagámoslo no con miedo, sino con júbilo, no con vergüenza, sino con orgullo.
El apóstol Pablo, que cayó en la cuenta de este misterio, lo proclamó como un título de gloria. Y, siendo así que podía recordar muchos aspectos grandiosos y divinos de Cristo, no dijo que se gloriaba de estas maravillas —que hubiese creado el mundo, cuando, como Dios que era, se hallaba junto al Padre, y que hubiese imperado sobre el mundo, cuando era hombre como nosotros—, sino que dijo: Dios me libre de gloriarme si no es en la cruz de nuestro Señor Jesucristo.


http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

SERMON DE SAINT AUGUSTIN SUR LA PASSION DU SEIGNEUR Il nous donnera sa vie, puisqu'il nous a déjà donné sa mort

La passion de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ nous garantit la gloire et nous enseigne la patience.

Les cœurs des croyants peuvent tout attendre de la grâce de Dieu, car pour eux le Fils unique de Dieu, coéternel au Père, n'a pas jugé suffisant d'être un homme en naissant des hommes, mais il est allé jusqu'à mourir par la main des hommes qu'il a crées.

Ce que Dieu nous promet pour l'avenir est grand ; mais bien plus grand ce que nous commémorons comme réalisé dans le passé. Où étaient-ils, quels hommes étaient-ils, ces croyants, quand le Christ est mort pour des coupables ? On ne peut douter qu'il leur donnera sa vie, puisqu'il leur a déjà donné sa mort. Pourquoi la faiblesse humaine hésite-t-elle à croire ce qui arrivera un jour : que les hommes puissent vivre avec Dieu ?

Ce qui s'est déjà réalisé est encore beaucoup plus incroyable : Dieu est mort pour les hommes.

Car le Christ est ce Verbe qui était au commencement, ce Verbe qui était avec Dieu, ce Verbe qui était Dieu. Et ce Verbe de Dieu s'est fait chair, et il a établi sa demeure parmi nous. Car il n'aurait pas eu en lui-même de quoi mourir pour nous, sans cette chair mortelle qu'il a tirée de nous. C'est ainsi que l'être immortel a pu mourir, c'est ainsi qu'il a voulu donner la vie aux mortels : il devait dans l'avenir les faire participer à ce qu'il est, après avoir d'abord participé lui-même à ce qu'ils sont. Car nous n'avions pas en nous de quoi vivre, et il n'avait pas en lui de quoi mourir. Il a donc établi avec nous un merveilleux échange de participation réciproque. Ce qui vient de nous, c'est par cela qu'il est mort ; ce qui vient de lui, c'est par cela que nous vivrons. ~

Par conséquent, nous ne devons pas rougir de la mort de notre Seigneur ; bien au contraire, nous devons y mettre toute notre confiance et y trouver toute notre gloire. Du fait même qu'il recevait de nous la mort qu'il trouvait en nous, il nous a promis, dans sa grande fidélité, de nous donner en lui la vie que nous ne pouvons pas tenir de nous.

Il nous a tellement aimés qu'il a souffert pour les pécheurs, lui qui est sans péché, ce que nous avons mérité par le péché ; comment alors ne nous donnera-t-il pas ce qu'il donne aux justes, lui qui justifie ? Comment lui, dont la promesse est vérité, ne nous rendra-t-il pas en échange les récompenses des saints, lui qui, sans crime, a subi le châtiment des criminels ?

C'est pourquoi, mes frères, confessons hardiment et même professons que le Christ a été crucifié pour nous ; proclamons-le sans crainte, mais avec joie ; sans honte, mais avec fierté.

L'Apôtre Paul a vu là un titre de gloire qu'il nous a recommandé. Il pouvait rappeler, au sujet du Christ, beaucoup de grandeurs divines ; cependant il affirme ne pas se glorifier des merveilles du Christ, par exemple qu'étant Dieu auprès du Père, il a créé le monde ; qu'étant homme comme nous, il a commandé au monde. Mais il dit : Je ne veux me glorifier que de la croix de notre Seigneur Jésus Christ.

http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

From a sermon by Saint Augustine, bishop (Sermo Guelferbytanus 3: PLS 2, 545-546) Let us too glory in the cross of the Lord

The passion of our Lord and Savior Jesus Christ is the hope of glory and a lesson in patience.

What may not the hearts of believers promise themselves as the gift of God's grace, when for their sake God's only Son, co-eternal with the Father, was not content only to be born as man from human stock but even died at the hands of the men he had created?

It is a great thing that we are promised by the Lord, but far greater is what has already been done for us, and which we now commemorate. Where were the sinners, what were they, when Christ died for them? When Christ has already given us the gift of his death, who is to doubt that he will give the saints the gift of his own life? Why does our human frailty hesitate to believe that mankind will one day live with God?

Who is Christ if not the Word of God: in the beginning was the Word, and the Word was with God, and the Word was God? This Word of God was made flesh and dwelt among us.He had no power of himself to die for us: he had to take from us our mortal flesh. This was the way in which, though immortal, he was able to die; the way in which he chose to give life to mortal men: he would first share with us, and then enable us to share with him. Of ourselves we had no power to live, nor did he of himself have the power to die.

Accordingly, he effected a wonderful exchange with us, through mutual sharing: we gave him the power to die, he will give us the power to live.

The death of the Lord our God should not be a cause of shame for us; rather, it should be our greatest hope, our greatest glory. In taking upon himself the death that he found in us, he has most faithfully promised to give us life in him, such as we cannot have of ourselves.

He loved us so much that, sinless himself, he suffered for us sinners the punishment we deserved for our sins. How then can he fail to give us the reward we deserve for our righteousness, for he is the source of righteousness? How can he, whose promises are true, fail to reward the saints when he bore the punishment of sinners, though without sin himself?

Brethren, let us then fearlessly acknowledge, and even openly proclaim, that Christ was crucified for us; let us confess it, not in fear but in joy, not in shame but in glory. The apostle Paul saw Christ, and extolled his claim to glory. He had many great and inspired things to say about Christ, but he did not say that he boasted in Christ's wonderful works: in creating the world, since he was God with the Father, or in ruling the world, though he was also a man like us. Rather, he said: Let me not boast except in the cross of our Lord Jesus Christ.

http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

[AELF] Lectures du jour


Lectures de la messe

1ère lecture : « Il ne criera pas, il ne fera pas entendre sa voix au-dehors » ( Is 42, 1-7 )


Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur :

                   « Voici mon serviteur que je soutiens,

mon élu qui a toute ma faveur.

J'ai fait reposer sur lui mon esprit ;

aux nations, il proclamera le droit.

                   Il ne criera pas, il ne haussera pas le ton,

il ne fera pas entendre sa voix au-dehors.

                   Il ne brisera pas le roseau qui fléchit,

il n'éteindra pas la mèche qui faiblit,

il proclamera le droit en vérité.

                   Il ne faiblira pas, il ne fléchira pas,

jusqu'à ce qu'il établisse le droit sur la terre,

et que les îles lointaines

aspirent à recevoir ses lois. »

 

          Ainsi parle Dieu, le Seigneur,

qui crée les cieux et les déploie,

qui affermit la terre et ce qu'elle produit ;

il donne le souffle au peuple qui l'habite,

et l'esprit à ceux qui la parcourent :

                   « Moi, le Seigneur, je t'ai appelé selon la justice ;

            je te saisis par la main, je te façonne,

je fais de toi l'alliance du peuple,

la lumière des nations :

                   tu ouvriras les yeux des aveugles,

tu feras sortir les captifs de leur prison,

et, de leur cachot, ceux qui habitent les ténèbres. »

 

                        – Parole du Seigneur.

Psaume : ( 26 (27), 1, 2, 3, 13-14 )


R/

Le Seigneur est ma lumière et mon salut.     

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;

de qui aurais-je crainte ?

Le Seigneur est le rempart de ma vie ;

devant qui tremblerais-je ?

 

Si des méchants s'avancent contre moi

pour me déchirer,

ce sont eux, mes ennemis, mes adversaires,

qui perdent pied et succombent.

 

Qu'une armée se déploie devant moi,

mon cœur est sans crainte ;

que la bataille s'engage contre moi,

je garde confiance.

 

J'en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur

sur la terre des vivants.

« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;

espère le Seigneur. »

Evangile : « Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon ensevelissement ! » ( Jn 12, 1-11 )


Acclamation :

Louange à toi, Seigneur,
Roi d'éternelle gloire !

Salut, ô Christ, notre Roi :
toi seul as pris en pitié nos égarements.
Louange à toi, Seigneur,
Roi d'éternelle gloire !


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Six jours avant la Pâque,

Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare,

qu'il avait réveillé d'entre les morts.

          On donna un repas en l'honneur de Jésus.

Marthe faisait le service,

Lazare était parmi les convives avec Jésus.

 

          Or, Marie avait pris une livre d'un parfum très pur

et de très grande valeur ;

elle répandit le parfum sur les pieds de Jésus,

qu'elle essuya avec ses cheveux ;

la maison fut remplie de l'odeur du parfum.

          Judas Iscariote, l'un de ses disciples,

celui qui allait le livrer,

dit alors :

                   « Pourquoi n'a-t-on pas vendu ce parfum

pour trois cents pièces d'argent,

que l'on aurait données à des pauvres ? »

          Il parla ainsi, non par souci des pauvres,

mais parce que c'était un voleur :

comme il tenait la bourse commune,

il prenait ce que l'on y mettait.

          Jésus lui dit :

« Laisse-la observer cet usage

en vue du jour de mon ensevelissement !

                   Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous,

mais moi, vous ne m'aurez pas toujours. »

 

          Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là,

et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus,

mais aussi pour voir ce Lazare

qu'il avait réveillé d'entre les morts.

          Les grands prêtres décidèrent alors

de tuer aussi Lazare,

          parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui,

s'en allaient, et croyaient en Jésus.

 

                        – Acclamons la Parole de Dieu.

30 mars 2015
Lundi,
violet Lundi Saint

 

© AELF, Association Épiscopale Liturgique pour les Pays Francophones

dimanche 29 mars 2015

HOMILÍA 29 DE MARZO DE 2015 ESCRITO POR P. ALFONSO GÁLVEZ EL 29 MARZO 2015.

http://www.alfonsogalvez.com/es/

From a sermon by Saint Andrew of Crete, bishop (Oratio 9 in ramos palmarum: PG 97, 990-994) Blessed is he who comes in the name of the Lord. Blessed is the king of Israel.

Let us go together to meet Christ on the Mount of Olives. Today he returns from Bethany and proceeds of his own free will toward his holy and blessed passion, to consummate the mystery of our salvation. He who came down from heaven to raise us from the depths of sin, to raise us with himself, we are told in Scripture,above every sovereignty, authority, and power, and every other name that can be named,now comes of his own free will to make his journey to Jerusalem. He comes without pomp or ostentation. As the psalmist says: He will not dispute or raise his voice to make it heard in the streets. He will be meek and humble, and he will make his entry in simplicity.

Let us run to accompany him as he hastens toward Jerusalem, and imitate those who met him then, not by covering his path with garments, olive branches or palms, but by doing all we can to prostrate ourselves before him by being humble and by trying to live as he would wish. Then we shall be able to receive the Word at his coming, and God, whom no limits can contain, will be within us.

In his humility Christ entered the dark regions of our fallen world and he is glad that he became so humble for our sake, glad that he came and lived among us and shared in our nature in order to raise us up again to himself. And even though we are told that he has now ascended above the highest heavens—the proof, surely, of his power and godhead—his love for man will never rest until he has raised our earthbound nature from glory to glory, and made it one with his own in heaven.

So let us spread before his feet, not garments or soulless olive branches, which delight the eye for a few hours and then wither, but ourselves, clothed in his grace, or rather, clothed completely in him. We who have been baptized into Christ must ourselves be the garments that we spread before him. Now that the crimson stains of our sins have been washed away in the saving waters of baptism and we have become white as pure wool, let us present the conqueror of death, not with mere branches of palms but with the real rewards of his victory. Let our souls take the place of the welcoming branches as we join today in the children's holy song:Blessed is he who comes in the name of the Lord. Blessed is the king of Israel.

http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

De los sermones de san Andrés de Creta, obispo (Sermón 9 sobre el Domingo de Ramos: PG 97, 990-994) BENDITO EL QUE VIENE, COMO REY, EN NOMBRE DEL SEÑOR


Venid, y al mismo tiempo que ascendemos al monte de los Olivos, salgamos al encuentro de Cristo, que vuelve hoy de Betania y, por propia voluntad, se apresura hacia su venerable y dichosa pasión, para llevar a plenitud el misterio de la salvación de los hombres.
Porque el que va libremente hacia Jerusalén es el mismo que por nosotros, los hombres, bajó del cielo, para levantar consigo a los que yacíamos en lo más profundo y colocarnos, como dice la Escritura, por encima de todo principado, potestad, fuerza y dominación, y por encima de todo nombre conocido.
Y viene, no como quien busca su gloria por medio de la fastuosidad y de la pompa. No porfiará —dice—, no gritará, no voceará por las calles, sino que será manso y humilde, y se presentará sin espectacularidad alguna.
Ea, pues, corramos a una con quien se apresura a su pasión, e imitemos a quienes salieron a su encuentro. Y no para extender por el suelo, a su paso, ramos de olivo, vestiduras o palmas, sino para prosternarnos nosotros mismos, con la disposición más humillada de que seamos capaces y con el más limpio propósito, de manera que acojamos al Verbo que viene, y así logremos captar a aquel Dios que nunca puede ser totalmente captado por nosotros.
Alegrémonos, pues, porque se nos ha presentado mansamente el que es manso y que asciende sobre el ocaso de nuestra ínfima vileza, para venir hasta nosotros y convivir con nosotros, de modo que pueda, por su parte, llevarnos hasta la familiaridad con él.
Ya que, si bien se dice que, habiéndose incorporado las primicias de nuestra condición, ascendió, conese botín, sobre los cielos, hacia el oriente, es decir, según me parece, hacia su propia gloria y divinidad, no abandonó, con todo, su propensión hacia el género humano hasta haber sublimado al hombre, elevándolo progresivamente desde lo más ínfimo de la tierra hasta lo más alto de los cielos.
Así es como nosotros deberíamos prosternarnos a los pies de Cristo, no poniendo bajo sus pies nuestras túnicas o unas ramas inertes, que muy pronto perderían verdor, su fruto y su aspecto agradable, sino revistiéndonos de su gracia, es decir, de él mismo, pues los que os habéis incorporado a Cristo por el bautismo os habéis revestido de Cristo. Así debemos ponernos a sus pies como si fuéramos unas túnicas.
Y sí antes, teñidos como estábamos de la escarlata del pecado, volvimos a encontrar la blancura de la lana gracias al saludable baño del bautismo, ofrezcamos ahora al vencedor de la muerte no ya ramas de palma, sino trofeos de victoria.
Repitamos cada día aquella sagrada exclamación que los niños cantaban, mientras agitamos los ramos espirituales del alma: Bendito el que viene, como rey, en nombre del Señor.


http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

HOMELIE DE SAINT ANDRE DE CRÉTE POUR LE DIMANCHE DES RAMEAUX Gloire au Christ vainqueur de la mort.

Venez, gravissons ensemble le mont des Oliviers ; allons à la rencontre du Christ. Il revient aujourd'hui de Béthanie et il s'avance de son plein gré vers sa sainte et bienheureuse passion, afin de mener à son terme le mystère de notre salut.

Il vient donc, en faisant route vers Jérusalem, lui qui est venu du ciel pour nous, alors que nous étions gisants au plus bas, afin de nous élever avec lui, comme l'explique l'Écriture, au-dessus de toutes les puissances et de toutes les forces qui nous dominent, quel que soit leur nom.

Et il vient sans ostentation et sans faste. Car, dit le prophète, il ne protestera pas, il ne criera pas, on n'entendra pas sa voix. Il sera doux et humble, il fera modestement son entrée. ~

Alors, courons avec lui qui se hâte vers sa passion, imitons ceux qui allèrent au-devant de lui. Non pas pour répandre sur son chemin, comme ils l'ont fait, des rameaux d'olivier, des vêtements ou des palmes. C'est nous-mêmes qu'il faut abaisser devant lui, autant que nous le pouvons, l'humilité du cœur et la droiture de l'esprit afin d'accueillir le Verbe qui vient, afin que Dieu trouve place en nous, lui que rien ne peut contenir.

Car il se réjouit de s'être ainsi montré à nous dans toute sa douceur, lui qui est doux, lui qui monte au dessus du couchant, c'est-à-dire au-dessus de notre condition dégradée. Il est venu pour devenir notre compagnon, nous élever et nous ramener vers lui par la parole qui nous unit à Dieu.

Bien que, dans cette offrande de notre nature humaine, il soit monté au sommet des cieux, à l'orient, comme dit le psaume, j'estime qu'il l'a fait en vertu de la gloire et de la divinité qui lui appartiennent. En effet, il ne devait pas y renoncer, à cause de son amour pour l'humanité, afin d'élever la nature humaine au-dessus de la terre, de gloire en gloire, et de l'emporter avec lui dans les hauteurs.

C'est ainsi que nous préparerons le chemin au Christ : nous n'étendrons pas des vêtements ou des rameaux inanimés, des branches d'arbres qui vont bientôt se faner, et qui ne réjouissent le regard que peu de temps. Notre vêtement, c'est sa grâce, ou plutôt c'est lui tout entier que nous avons revêtu : Vous tous que le baptême a unis au Christ, vous avez revêtu le Christ. C'est nous-mêmes que nous devons, en guise de vêtements, déployer sous ses pas.

Par notre péché, nous étions d'abord rouges comme la pourpre, mais le baptême de salut nous a nettoyés et nous sommes devenus ensuite blancs comme la laine. Au lieu de branches de palmier, il nous faut donc apporter les trophées de la victoire à celui qui a triomphé de la mort.

Nous aussi, en ce jour, disons avec les enfants, en agitant les rameaux qui symbolisent notre vie : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, le roi d'lsraël !

http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

من خطب القديس أندراوس أسقف كريتا (الخطبة 9 في أحد الشعانين: PG 97، 990- 994) مبارك الآتي باسم الرّبّ



هلمّوا نصعَدْ معًا جبلَ الزَّيتونِ لملاقاةِ المسيحِ العائدِ اليومَ من بيتَ عنيا متقدّمًا إلى يومِ آلامِه المكرَّمة، وقد جاءَ طوعًا ليتحملَّها ويُتمِّمَ سرَّ خلاصِنا.
جاءَ إذًا طوعًا وتوجَّهَ إلى القدس، هو الذي انحدرَ من السَّماواتِ من أجلِنا، ليرفعَنا معه، بعد أن كُنّا جاثِمِين في الأسافل، إلى "السَّمَاوَاتِ العُلَى، فَوقَ كُلِّ صَاحِبِ رِئَاسَةٍ وَسُلطَانٍ وَقُوَّةٍ وَسِيَادَةٍ، وَفَوقَ كُلِّ اسمٍ يُسَمَّى بِهِ مَخلُوقٌ" (أفسس 1: 21)، كما يقولُ الكتابُ المقدَّس .
جاءَ، لا كمُحتَلٍّ مظفَّرٍ مكلَّلٍ بالمجدِ وبالأُبّهة. قالَ الكتاب: "لَن يُخَاصِمَ وَلَن يَصِيحَ، وَلَن يَسمَعَ أحَدٌ صَوتَهُ فِي السَّاحَاتِ" (متى 12: 19)، بل يأتي وديعًا متواضعًا، وزينتُه عندَ دخولِه ثيابٌ مُهَلهلَةٌ متواضعة.    
لنُسرِعْ إذًا ولْنُقبِلْ معًا إلى المُقبِلِ إلى الآلام، ولْنقتَدِ بالجموعِ التي أسرعَتْ لملاقاتِه، لا بحملِ أغصانِ الزَّيتونِ أو سَعَفِ النخلِ، ولا بفَرْشِ الثِّيابِ أمامَه على الطَّريق، بل لِنسجدْ له بأنفسِنا، بكلِّ قِوانا وإرادتِنا، ولْنَستقبِلْ الكلمةَ بروحٍ منسحقةٍ وبنِيَّةٍ مستقيمةٍ وبعزمٍ ثابت، فنصلَ إلى الله الذي لا يمكنُ الوصولُ إليه.
هو الحِلمُ بالذَّات، يبتهجُ بأن يُظهِرَ لنا نفسَه حليمًا، "فيَصعَدُ مع غُروبِ" حقارتِنا، ويأتي فيُقِيمُ معنا، وبقُربِه مِنّا يسمو بنا ويُعِيدُنا إليه.
ومع أنَّنا نقولُ إنَّه "صعِدَ أعاليَ السماواتِ نحوَ المشرق" (ر. مزمور 67: 34)، لأنّه بِكرُنا وهو الذي رشَّنا وطهَّرَنا بدمِه، إلا أنيّ أرى أنّه صعِدَ بقوّةِ مجدِه وألوهيّتِه. فهو لمّا صارَ إنسانًا لم يتخلَّ عن ألوهيَّتِه، وذلك لينقلَ الطَّبيعةَ البشريّةَ من مجدٍ إلى مجدٍ، فيرفعَنا فوق صغائرِ هذه الدُّنيا ويمنَحَنا سمُوَّه ورفعتَه. 
        هكذا فلْنَفرُشْ نحن للمسيحِ لا ثيابًا وأغصانًا جافَّةً، ولا أغصانًا مثمرةً تَفقِدُ نُضرَتَها وتُبهِجُ العيونَ إلى حين، بل لنلبِسْ نعمتَه أي ليَكُنْ هو نفسُه بكاملِه رداءً لنا: "لأنّكم لمّا اعتمَدْتم بالمسيحِ لبِسْتُم المسيح" (ر. غلاطية 3: 27). فبَدَلَ إلقاءِ الثِّيابِ أمامَه، لِنُلقِ بأنفسِنا أمامَ قدمَيْه ساجدِين.
كانَتْ نفوسُنا من قبلُ حمراءَ مثلَ القِرمِزِ بسببِ الخطيئة. أمّا وقد اغتسَلْنا بمياهِ المعموديَّةِ المطهِّرة، ولبِسْنا بياضَ الصُّوفِ، فلْنقدِّمْ للمنتصِرِ على الموتِ مكافأةَ النَّصر، بدل الفُرُشِ وسَعَفِ النَّخلِ.
ولْنردِّدْ نحن أيضًا مع الأطفال، في كلِّ يومٍ من هذه الأيّام، هتافَهم المقدَّس، فيما تهتزُّ أغصانُ أنفسِنا وأرواحِنا: "مُبَارَكٌ الآتِي بِاسمِ الرَّبِّ".

http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

Chartres 2015: les inscriptions sont ouvertes!

 
Chartres 2015: les inscriptions sont ouvertes!

Chers amis pèlerins,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que les inscriptions en ligne pour notre 33e pèlerinage de Pentecôte les 23, 24 et 25 mai 2015 sont ouvertes. Nous vous invitons à vous inscrire dès maintenant sur cette page.

Le pèlerinage aura pour thème : Jésus-Christ, Sauveur du monde.

Vous avez jusqu'au 26 avril inclus pour bénéficier d'un tarif préférentiel.

Nous vous invitons, dans un esprit missionnaire auquel nous appelle le pape François, à convaincre vos amis de venir prier et marcher cette année sur la route de Chartres, en particulier ceux qui n'ont jamais fait le pèlerinage.

Ne tardez pas à vous inscrire !

Par ailleurs, nous recherchons des bonnes volontés pour renforcer les équipes des services (équipes mobiles, chauffeurs avec ou sans véhicules pour le transport des pèlerins, service d'ordre, équipes installations…). Pour plus d'explications, consultez cette page.
N'oubliez pas d'indiquer le service que vous souhaitez rejoindre lors de votre inscription en ligne.

Nous avons également besoin de cheftaines (jeunes filles âgées d'au moins 15 ans) pour encadrer les chapitres enfants, et de jeunes adultes pour encadrer les chapitres pastoureaux.
Pour proposer votre aide au responsable des chapitres enfants, cliquez ici.
Pour proposer votre aide au responsable des chapitres pastoureaux, cliquez ici.

Merci d'avance pour votre contribution à la réussite de ce 33e pèlerinage !

Bonne Semaine Sainte.

Le Secrétariat de Notre Dame de Chrétienté



www.nd-chretiente.com - retrouvez-nous aussi sur Facebook et sur Twitter @ndchretiente


Notre-Dame de Chrétienté - 191 avenue du Général Leclerc 78220 Viroflay - Tél: 01.39.07.27.00

[AELF] Lectures du jour


Lectures de la messe

Procession des Rameaux


(Evangile au choix)

Evangile : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur » ( Mc 11, 1-10 )


Acclamation :

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Lorsqu'ils approchent de Jérusalem,
vers Bethphagé et Béthanie,
près du mont des Oliviers,
Jésus envoie deux de ses disciples
              et leur dit :
« Allez au village qui est en face de vous.
Dès que vous y entrerez, vous trouverez un petit âne attaché,
sur lequel personne ne s'est encore assis.
Détachez-le et amenez-le.
                   Si l'on vous dit :
'Que faites-vous là ?',
répondez :
'Le Seigneur en a besoin,
mais il vous le renverra aussitôt.' »
          Ils partirent,
trouvèrent un petit âne attaché près d'une porte,
dehors, dans la rue,
et ils le détachèrent.
Des gens qui se trouvaient là leur demandaient :
« Qu'avez-vous à détacher cet ânon ? »
          Ils répondirent ce que Jésus leur avait dit,
et on les laissa faire.
          Ils amenèrent le petit âne à Jésus,
le couvrirent de leurs manteaux,
et Jésus s'assit dessus.
          Alors, beaucoup de gens étendirent leurs manteaux sur le chemin,
d'autres, des feuillages coupés dans les champs.
          Ceux qui marchaient devant et ceux qui suivaient criaient :
« Hosanna !
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !
                   Béni soit le Règne qui vient,
celui de David, notre père.
Hosanna au plus haut des cieux ! »

          – Acclamons la Parole de Dieu.

 

OU BIEN

Evangile : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » ( Jn 12, 12-16 )


Acclamation :


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
quelques jours avant la Pâque,
          la grande foule venue pour la fête
apprit que Jésus arrivait à Jérusalem.
          Les gens prirent des branches de palmiers
et sortirent à sa rencontre.
Ils criaient :
« Hosanna !
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !
Béni soit le roi d'Israël ! »
          Jésus, trouvant un petit âne, s'assit dessus,
comme il est écrit :
                   Ne crains pas, fille de Sion.
Voici ton roi qui vient,
assis sur le petit d'une ânesse.
          Cela, ses disciples ne le comprirent pas sur le moment ;
mais, quand Jésus fut glorifié,
ils se rappelèrent que l'Écriture disait cela de lui :
c'était bien ce qu'on lui avait fait.

          – Acclamons la Parole de Dieu.

Messe de la Passion


La messe de ce jour comporte trois lectures dont la proclamation est vivement conseillée, à moins que des motifs pastoraux ne s'y opposent. Mais, étant donnée l'importance de la lecture de la Passion, le prêtre peut, en considération du caractère de l'assemblée, ne lire que l'une des deux lectures avant la Passion, ou encore ne lire que la Passion, même sous la forme brève, si c'est nécessaire. Cette concession n'est valable que pour les messes avec le peuple.

1ère lecture : « Je n'ai pas caché ma face devant les outrages, je sais que je ne serai pas confondu » (Troisième chant du Serviteur du Seigneur) ( Is 50, 4-7 )


Lecture du livre du prophète Isaïe

Le Seigneur mon Dieu m'a donné le langage des disciples,
pour que je puisse, d'une parole,
soutenir celui qui est épuisé.
Chaque matin, il éveille,
il éveille mon oreille
pour qu'en disciple, j'écoute.
          Le Seigneur mon Dieu m'a ouvert l'oreille,
et moi, je ne me suis pas révolté,
je ne me suis pas dérobé.
          J'ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient,
et mes joues à ceux qui m'arrachaient la barbe.
Je n'ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats.
          Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ;
c'est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages,
c'est pourquoi j'ai rendu ma face dure comme pierre :
je sais que je ne serai pas confondu.

          – Parole du Seigneur.

Psaume : ( 21 (22), 8-9, 17-18a, 19-20, 22c-24a )


R/

Mon Dieu, mon Dieu,
pourquoi m'as-tu abandonné ?

Tous ceux qui me voient me bafouent,
ils ricanent et hochent la tête :
« Il comptait sur le Seigneur : qu'il le délivre !
Qu'il le sauve, puisqu'il est son ami ! »

Oui, des chiens me cernent,
une bande de vauriens m'entoure.
Ils me percent les mains et les pieds ;
je peux compter tous mes os.

Ils partagent entre eux mes habits
et tirent au sort mon vêtement.
Mais toi, Seigneur, ne sois pas loin :
ô ma force, viens vite à mon aide !

Tu m'as répondu !
Et je proclame ton nom devant mes frères,
je te loue en pleine assemblée.
Vous qui le craignez, louez le Seigneur.

 

2ème lecture : « Il s'est abaissé : c'est pourquoi Dieu l'a exalté » ( Ph 2, 6-11 )


Lecture de la lettre de Saint Paul apôtre aux Philippiens

Le Christ Jésus,
ayant la condition de Dieu,
ne retint pas jalousement
le rang qui l'égalait à Dieu.

Mais il s'est anéanti,
prenant la condition de serviteur,
devenant semblable aux hommes.

Reconnu homme à son aspect,
il s'est abaissé,
devenant obéissant jusqu'à la mort,
et la mort de la croix.

C'est pourquoi Dieu l'a exalté :
il l'a doté du Nom
qui est au-dessus de tout nom,

afin qu'au nom de Jésus
tout genou fléchisse
au ciel, sur terre et aux enfers,

et que toute langue proclame :
« Jésus Christ est Seigneur »
à la gloire de Dieu le Père.

– Parole du Seigneur.

Evangile : Passion de notre Seigneur Jésus Christ ( Mc 14, 1 – 15, 47 )


Acclamation :

Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !
Pour nous, le Christ est devenu obéissant,
jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
C'est pourquoi Dieu l'a exalté :
il l'a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom.
Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !

(cf. Ph 2, 8-9)

La Passion de notre Seigneur Jésus Christ selon saint Marc

Indications pour la lecture dialoguée : Les sigles désignant les divers interlocuteurs son les suivants :
X = Jésus ; L = Lecteur ; D = Disciples et amis ; F = Foule ; A = Autres personnages.

 

L. La fête de la Pâque et des pains sans levain
allait avoir lieu deux jours après.
Les grands prêtres et les scribes
cherchaient comment arrêter Jésus par ruse,
pour le faire mourir.
          Car ils se disaient :
A. « Pas en pleine fête,
pour éviter des troubles dans le peuple. »

          L. Jésus se trouvait à Béthanie,
dans la maison de Simon le lépreux.
Pendant qu'il était à table,
une femme entra,
avec un flacon d'albâtre
contenant un parfum très pur et de grande valeur.
Brisant le flacon,
elle lui versa le parfum sur la tête.
          Or, de leur côté, quelques-uns s'indignaient :
A. « À quoi bon gaspiller ce parfum ?
                        On aurait pu, en effet, le vendre
pour plus de trois cents pièces d'argent,
que l'on aurait données aux pauvres. »
L. Et ils la rudoyaient.
          Mais Jésus leur dit :
X  « Laissez-la !
Pourquoi la tourmenter ?
Il est beau, le geste qu'elle a fait envers moi.
                        Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous,
et, quand vous le voulez,
vous pouvez leur faire du bien ;
mais moi, vous ne m'avez pas pour toujours.
                        Ce qu'elle pouvait faire, elle l'a fait.
D'avance elle a parfumé mon corps pour mon ensevelissement.
                        Amen, je vous le dis :
partout où l'Évangile sera proclamé
– dans le monde entier –,
on racontera, en souvenir d'elle, ce qu'elle vient de faire. »

          L. Judas Iscariote,
l'un des Douze,
alla trouver les grands prêtres
pour leur livrer Jésus.
          À cette nouvelle, ils se réjouirent
et promirent de lui donner de l'argent.
Et Judas cherchait comment le livrer
au moment favorable.

          Le premier jour de la fête des pains sans levain,
où l'on immolait l'agneau pascal,
les disciples de Jésus lui disent :
D. « Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs
pour que tu manges la Pâque ? » 
          L. Il envoie deux de ses disciples en leur disant :
X  « Allez à la ville ;
un homme portant une cruche d'eau viendra à votre rencontre.
Suivez-le,
                        et là où il entrera, dites au propriétaire :
'Le Maître te fait dire :
Où est la salle
où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ?'
                        Il vous indiquera, à l'étage,
une grande pièce aménagée et prête pour un repas.
Faites-y pour nous les préparatifs. »
          L. Les disciples partirent, allèrent à la ville ;
ils trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit,
et ils préparèrent la Pâque.

          Le soir venu,
Jésus arrive avec les Douze.
          Pendant qu'ils étaient à table et mangeaient,
Jésus déclara :
X  « Amen, je vous le dis :
l'un de vous, qui mange avec moi,
va me livrer. »
          L. Ils devinrent tout tristes
et, l'un après l'autre, ils lui demandaient :
D. « Serait-ce moi ? »         
L. Il leur dit :
X  « C'est l'un des Douze,
celui qui est en train de se servir avec moi dans le plat.
                        Le Fils de l'homme s'en va,
comme il est écrit à son sujet ;
mais malheureux celui par qui le Fils de l'homme est livré !
Il vaudrait mieux pour lui qu'il ne soit pas né, cet homme-là ! »
          L. Pendant le repas,
Jésus, ayant  pris du pain
et prononcé la bénédiction,
le rompit,
le leur donna,
et dit :
X  « Prenez,
ceci est mon corps. »
          L. Puis, ayant pris une coupe
et ayant rendu grâce,
il la leur donna,
et ils en burent tous.
          Et il leur dit :
X  « Ceci est mon sang,
le sang de l'Alliance,
versé pour la multitude.
                        Amen, je vous le dis :
je ne boirai plus du fruit de la vigne,
jusqu'au jour où je le boirai, nouveau,

dans le royaume de Dieu. »

          L. Après avoir chanté les psaumes,
ils partirent pour le mont des Oliviers. 
          Jésus leur dit :
X  « Vous allez tous être exposés à tomber,
car il est écrit :
Je frapperai le berger,
et les brebis seront dispersées.
                        Mais, une fois ressuscité,
je vous précéderai en Galilée. »
          L. Pierre lui dit alors :
D. « Même si tous viennent à tomber,
moi, je ne tomberai pas. »
          L. Jésus lui répond :
X  « Amen, je te le dis :
toi, aujourd'hui, cette nuit même,
avant que le coq chante deux fois,
tu m'auras renié trois fois. »
          L. Mais lui reprenait de plus belle :
D. « Même si je dois mourir avec toi,
je ne te renierai pas. »
L. Et tous en disaient autant.

          Ils parviennent à un domaine appelé Gethsémani.
Jésus dit à ses disciples :
X  « Asseyez-vous ici,
pendant que je vais prier. »
          L. Puis il emmène avec lui Pierre, Jacques et Jean,
et commence à ressentir frayeur et angoisse.
          Il leur dit :
X  « Mon âme est triste à mourir.
Restez ici et veillez. »
          L. Allant un peu plus loin,
il tombait à terre et priait
pour que, s'il était possible,
cette heure s'éloigne de lui.
          Il disait :
X  «  Abba...
Père, tout est possible pour toi.
Éloigne de moi cette coupe.
Cependant, non pas ce que moi, je veux,
mais ce que toi, tu veux ! »
          L. Puis il revient
et trouve les disciples endormis.
Il dit à Pierre :
X  « Simon, tu dors !
Tu n'as pas eu la force de veiller seulement une heure ?
                        Veillez et priez,
pour ne pas entrer en tentation ;
l'esprit est ardent,
mais la chair est faible. »
          L. De nouveau, il s'éloigna et pria,
en répétant les mêmes paroles.
          Et de nouveau, il vint près des disciples
qu'il trouva endormis,
car leurs yeux étaient alourdis de sommeil.
Et eux ne savaient que lui répondre.
          Une troisième fois, il revient
et leur dit :
X  « Désormais, vous pouvez dormir et vous reposer.
C'est fait ; l'heure est venue :
voici que le Fils de l'homme
est livré aux mains des pécheurs.
                        Levez-vous ! Allons !
Voici qu'il est proche, celui qui me livre. »

          L. Jésus parlait encore
quand Judas, l'un des Douze, arriva
et avec lui une foule armée d'épées et de bâtons,
envoyée par les grands prêtres, les scribes et les anciens.
          Or, celui qui le livrait leur avait donné un signe convenu :
D. « Celui que j'embrasserai,
c'est lui :
arrêtez-le,
et emmenez-le sous bonne garde. »
          L. À peine arrivé,
Judas, s'approchant de Jésus, lui dit :
D. « Rabbi ! »
L. Et il l'embrassa.
          Les autres mirent la main sur lui
et l'arrêtèrent.
          Or un de ceux qui étaient là
tira son épée,
frappa le serviteur du grand prêtre
et lui trancha l'oreille.
          Alors Jésus leur déclara :
X  « Suis-je donc un bandit,
pour que vous soyez venus vous saisir de moi,
avec des épées et des bâtons ?
                        Chaque jour, j'étais auprès de vous dans le Temple
en train d'enseigner,
et vous ne m'avez pas arrêté.
Mais c'est pour que les Écritures s'accomplissent. »
          L. Les disciples l'abandonnèrent et s'enfuirent tous.
          Or, un jeune homme suivait Jésus ;
il n'avait pour tout vêtement qu'un drap.
On essaya de l'arrêter.
          Mais lui, lâchant le drap,
s'enfuit tout nu.

          Ils emmenèrent Jésus chez le grand prêtre.
Ils se rassemblèrent tous,
les grands prêtres, les anciens et les scribes.
          Pierre avait suivi Jésus à distance,
jusqu'à l'intérieur du palais du grand prêtre,
et là, assis avec les gardes,
il se chauffait près du feu.
          Les grands prêtres et tout le Conseil suprême
cherchaient un témoignage contre Jésus
pour le faire mettre à mort,
et ils n'en trouvaient pas.
          De fait, beaucoup portaient de faux témoignages contre Jésus,
et ces témoignages ne concordaient pas.
          Quelques-uns se levèrent
pour porter contre lui ce faux témoignage : 
                   A. « Nous l'avons entendu dire :
'Je détruirai ce sanctuaire fait de main d'homme,
et en trois jours j'en rebâtirai un autre
qui ne sera pas fait de main d'homme.' »
          L. Et même sur ce point,
leurs témoignages n'étaient pas concordants.
          Alors s'étant levé, le grand prêtre, devant tous,
interrogea Jésus :
A. « Tu ne réponds rien ?
Que dis-tu des témoignages qu'ils portent contre toi ? »
          L. Mais lui gardait le silence et ne répondait rien.
Le grand prêtre l'interrogea de nouveau :
A. « Es-tu le Christ, le Fils du Dieu béni ? » 
          L. Jésus lui dit :
X  « Je le suis.
Et vous verrez le Fils de l'homme
siéger à la droite du Tout-Puissant,
et venir parmi les nuées du ciel. »
          L. Alors, le grand prêtre déchire ses vêtements et dit :
A. « Pourquoi nous faut-il encore des témoins ?
                        Vous avez entendu le blasphème.
Qu'en pensez-vous ? »
L. Tous prononcèrent qu'il méritait la mort.
          Quelques-uns se mirent à cracher sur lui,
couvrirent son visage d'un voile,
et le giflèrent, en disant :
F. « Fais le prophète ! »
L. Et les gardes lui donnèrent des coups.

          Comme Pierre était en bas, dans la cour,
arrive une des jeunes servantes du grand prêtre.
          Elle voit Pierre qui se chauffe,
le dévisage et lui dit :
A. « Toi aussi, tu étais avec Jésus de Nazareth ! »
          L. Pierre le nia :
D. « Je ne sais pas,
je ne comprends pas de quoi tu parles. »
L. Puis il sortit dans le vestibule, au dehors.
Alors un coq chanta.
          La servante, ayant vu Pierre,
se mit de nouveau à dire à ceux qui se trouvaient là :
A. « Celui-ci est l'un d'entre eux ! »
          L. De nouveau, Pierre le niait.
Peu après, ceux qui se trouvaient là lui disaient à leur tour :
F. « Sûrement tu es l'un d'entre eux !
D'ailleurs, tu es Galiléen. »
          L. Alors il se mit à protester violemment et à jurer :
D. « Je ne connais pas cet homme dont vous parlez. »
          L. Et aussitôt, pour la seconde fois, un coq chanta.
Alors Pierre se rappela cette parole que Jésus lui avait dite :
« Avant que le coq chante deux fois,
tu m'auras renié trois fois. »
Et il fondit en larmes.

L. Dès le matin,
les grands prêtres convoquèrent les anciens et les scribes,
et tout le Conseil suprême.
Puis, après avoir ligoté Jésus,
ils l'emmenèrent et le livrèrent à Pilate.
          Celui-ci l'interrogea :
A. « Es-tu le roi des Juifs ? »
Jésus répondit :
X  « C'est toi-même qui le dis. »
          L. Les grands prêtres multipliaient contre lui les accusations.
          Pilate lui demanda à nouveau :
A. « Tu ne réponds rien ?
Vois toutes les accusations qu'ils portent contre toi. »
          L. Mais Jésus ne répondit plus rien,
si bien que Pilate fut étonné.
          À chaque fête,
il leur relâchait un prisonnier,
celui qu'ils demandaient.
          Or, il y avait en prison un dénommé Barabbas,
arrêté avec des émeutiers
pour un meurtre qu'ils avaient commis lors de l'émeute.
          La foule monta donc chez Pilate, et se mit à demander
ce qu'il leur accordait d'habitude.
          Pilate leur répondit :
A. « Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ? »
          L. Il se rendait bien compte
que c'était par jalousie que les grands prêtres l'avaient livré.
          Ces derniers soulevèrent la foule
pour qu'il leur relâche plutôt Barabbas.
              Et comme Pilate reprenait :
A. « Que voulez-vous donc que je fasse de celui
que vous appelez le roi des Juifs ? »,
          L. de nouveau ils crièrent :
F. « Crucifie-le ! »
          L. Pilate leur disait :
A. « Qu'a-t-il donc fait de mal ? »
L. Mais ils crièrent encore plus fort :
F. « Crucifie-le ! »
          L. Pilate, voulant contenter la foule,
relâcha Barabbas
et, après avoir fait flageller Jésus,
il le livra pour qu'il soit crucifié.

          Les soldats l'emmenèrent à l'intérieur du palais,
c'est-à-dire dans le Prétoire.
Alors ils rassemblent toute la garde,
          ils le revêtent de pourpre,
et lui posent sur la tête une couronne d'épines qu'ils ont tressée.
          Puis ils se mirent à lui faire des salutations, en disant :
F. « Salut, roi des Juifs ! »
          L. Ils lui frappaient la tête avec un roseau,
crachaient sur lui,
et s'agenouillaient pour lui rendre hommage.
          Quand ils se furent bien moqués de lui,
ils lui enlevèrent le manteau de pourpre,
et lui remirent ses vêtements.

Puis, de là, ils l'emmènent pour le crucifier,
          et ils réquisitionnent, pour porter sa croix,
un passant, Simon de Cyrène, le père d'Alexandre et de Rufus,
qui revenait des champs.
          Et ils amènent Jésus au lieu dit Golgotha,
ce qui se traduit : Lieu-du-Crâne (ou Calvaire).
          Ils lui donnaient du vin aromatisé de myrrhe ;
mais il n'en prit pas.
          Alors ils le crucifient,
puis se partagent ses vêtements,
en tirant au sort pour savoir la part de chacun.
          C'était la troisième heure (c'est-à-dire : neuf heures du matin)
lorsqu'on le crucifia.
          L'inscription indiquant le motif de sa condamnation
portait ces mots :
« Le roi des Juifs ».
          Avec lui ils crucifient deux bandits,
l'un à sa droite, l'autre à sa gauche.
          Les passants l'injuriaient en hochant la tête ;  ils disaient :
F. « Hé ! toi qui détruis le Sanctuaire et le rebâtis en trois jours,
                        sauve-toi toi-même, descends de la croix ! »
          L. De même, les grands prêtres se moquaient de lui avec les scribes,
en disant entre eux :
A. « Il en a sauvé d'autres,
et il ne peut pas se sauver lui-même !
                        Qu'il descende maintenant de la croix, le Christ, le roi d'Israël ;
alors nous verrons et nous croirons. »
L. Même ceux qui étaient crucifiés avec lui l'insultaient.

          Quand arriva la sixième heure (c'est-à-dire : midi),
l'obscurité se fit sur toute la terre
jusqu'à la neuvième heure. 
          Et à la neuvième heure,
Jésus cria d'une voix forte :
X  «  Éloï, Éloï, lema sabactani ?  »,
L. ce qui se traduit :
X  « Mon Dieu, mon Dieu,
pourquoi m'as-tu abandonné ? » 
          L. L'ayant entendu,
quelques-uns de ceux qui étaient là disaient :
F. « Voilà qu'il appelle le prophète Élie ! »
          L. L'un d'eux courut tremper une éponge dans une boisson vinaigrée,
il la mit au bout d'un roseau, et il lui donnait à boire,
en disant :
A. « Attendez ! Nous verrons bien
si Élie vient le descendre de là ! »
          L. Mais Jésus, poussant un grand cri,
expira.
(Ici on fléchit le genou et on s'arrête un instant)
          Le rideau du Sanctuaire se déchira en deux,
depuis le haut jusqu'en bas.
          Le centurion qui était là en face de Jésus,
voyant comment il avait expiré, déclara :
A. « Vraiment, cet homme était Fils de Dieu ! »

          L. Il y avait aussi des femmes, qui observaient de loin,
et parmi elles, Marie Madeleine,
Marie, mère de Jacques le Petit et de José, et Salomé,
              qui suivaient Jésus et le servaient quand il était en Galilée,
et encore beaucoup d'autres,
qui étaient montées avec lui à Jérusalem.
          Déjà il se faisait tard ;
or, comme c'était le jour de la Préparation,
qui précède le sabbat,
          Joseph d'Arimathie intervint.
C'était un homme influent, membre du Conseil,
et il attendait lui aussi le règne de Dieu.
Il eut l'audace d'aller chez Pilate
pour demander le corps de Jésus.
          Pilate s'étonna qu'il soit déjà mort ;
il fit appeler le centurion,
et l'interrogea pour savoir si Jésus était mort depuis longtemps.
          Sur le rapport du centurion,
il permit à Joseph de prendre le corps.
          Alors Joseph acheta un linceul,
il descendit Jésus de la croix,
l'enveloppa dans le linceul
et le déposa dans un tombeau
qui était creusé dans le roc.
Puis il roula une pierre contre l'entrée du tombeau.

          Or, Marie Madeleine et Marie, mère de José,
observaient l'endroit où on l'avait mis.

          – Acclamons la Parole de Dieu.

 

 

OU LECTURE BRÈVE

Evangile : Passion de notre Seigneur Jésus Christ ( Mc 15, 1-39 )


Acclamation :

La Passion de notre Seigneur Jésus Christ selon saint Marc

L. Dès le matin,
les grands prêtres convoquèrent les anciens et les scribes,
et tout le Conseil suprême.
Puis, après avoir ligoté Jésus,
ils l'emmenèrent et le livrèrent à Pilate.
          Celui-ci l'interrogea :
A. « Es-tu le roi des Juifs ? »
Jésus répondit :
X  « C'est toi-même qui le dis. »
          L. Les grands prêtres multipliaient contre lui les accusations.
          Pilate lui demanda à nouveau :
A. « Tu ne réponds rien ?
Vois toutes les accusations qu'ils portent contre toi. »
          L. Mais Jésus ne répondit plus rien,
si bien que Pilate fut étonné.
          À chaque fête,
il leur relâchait un prisonnier,
celui qu'ils demandaient.
          Or, il y avait en prison un dénommé Barabbas,
arrêté avec des émeutiers
pour un meurtre qu'ils avaient commis lors de l'émeute.
          La foule monta donc chez Pilate, et se mit à demander
ce qu'il leur accordait d'habitude.
          Pilate leur répondit :
A. « Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ? »
          L. Il se rendait bien compte
que c'était par jalousie que les grands prêtres l'avaient livré.
          Ces derniers soulevèrent la foule
pour qu'il leur relâche plutôt Barabbas.
              Et comme Pilate reprenait :
A. « Que voulez-vous donc que je fasse de celui
que vous appelez le roi des Juifs ? »,
          L. de nouveau ils crièrent :
F. « Crucifie-le ! »
          L. Pilate leur disait :
A. « Qu'a-t-il donc fait de mal ? »
L. Mais ils crièrent encore plus fort :
F. « Crucifie-le ! »
          L. Pilate, voulant contenter la foule,
relâcha Barabbas
et, après avoir fait flageller Jésus,
il le livra pour qu'il soit crucifié.

          Les soldats l'emmenèrent à l'intérieur du palais,
c'est-à-dire dans le Prétoire.
Alors ils rassemblent toute la garde,
          ils le revêtent de pourpre,
et lui posent sur la tête une couronne d'épines qu'ils ont tressée.
          Puis ils se mirent à lui faire des salutations, en disant :
F. « Salut, roi des Juifs ! »
          L. Ils lui frappaient la tête avec un roseau,
crachaient sur lui,
et s'agenouillaient pour lui rendre hommage.
          Quand ils se furent bien moqués de lui,
ils lui enlevèrent le manteau de pourpre,
et lui remirent ses vêtements.

Puis, de là, ils l'emmènent pour le crucifier,
          et ils réquisitionnent, pour porter sa croix,
un passant, Simon de Cyrène, le père d'Alexandre et de Rufus,
qui revenait des champs.
          Et ils amènent Jésus au lieu dit Golgotha,
ce qui se traduit : Lieu-du-Crâne (ou Calvaire).
          Ils lui donnaient du vin aromatisé de myrrhe ;
mais il n'en prit pas.
          Alors ils le crucifient,
puis se partagent ses vêtements,
en tirant au sort pour savoir la part de chacun.
          C'était la troisième heure (c'est-à-dire : neuf heures du matin)
lorsqu'on le crucifia.
          L'inscription indiquant le motif de sa condamnation
portait ces mots :
« Le roi des Juifs ».
          Avec lui ils crucifient deux bandits,
l'un à sa droite, l'autre à sa gauche.
          Les passants l'injuriaient en hochant la tête ;  ils disaient :
F. « Hé ! toi qui détruis le Sanctuaire et le rebâtis en trois jours,
                        sauve-toi toi-même, descends de la croix ! »
          L. De même, les grands prêtres se moquaient de lui avec les scribes,
en disant entre eux :
A. « Il en a sauvé d'autres,
et il ne peut pas se sauver lui-même !
                        Qu'il descende maintenant de la croix, le Christ, le roi d'Israël ;
alors nous verrons et nous croirons. »
L. Même ceux qui étaient crucifiés avec lui l'insultaient.

          Quand arriva la sixième heure (c'est-à-dire : midi),
l'obscurité se fit sur toute la terre
jusqu'à la neuvième heure. 
          Et à la neuvième heure,
Jésus cria d'une voix forte :
X  «  Éloï, Éloï, lema sabactani ?  »,
L. ce qui se traduit :
X  « Mon Dieu, mon Dieu,
pourquoi m'as-tu abandonné ? » 
          L. L'ayant entendu,
quelques-uns de ceux qui étaient là disaient :
F. « Voilà qu'il appelle le prophète Élie ! »
          L. L'un d'eux courut tremper une éponge dans une boisson vinaigrée,
il la mit au bout d'un roseau, et il lui donnait à boire,
en disant :
A. « Attendez ! Nous verrons bien
si Élie vient le descendre de là ! »
          L. Mais Jésus, poussant un grand cri,
expira.
(Ici on fléchit le genou et on s'arrête un instant)

          Le rideau du Sanctuaire se déchira en deux,
depuis le haut jusqu'en bas.
          Le centurion qui était là en face de Jésus,
voyant comment il avait expiré, déclara :
A. « Vraiment, cet homme était Fils de Dieu ! »

          – Acclamons la Parole de Dieu.

29 mars 2015
Dimanche,
rouge Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur

 

© AELF, Association Épiscopale Liturgique pour les Pays Francophones