Follow by Email

dimanche 31 mai 2015

RORATE CÆLI: Cardinal Sarah: "[New] Rite of Baptism doesn't even mention word 'Faith' - there's a big problem right there." | "Don't deceive people with 'mercy' without repentance."

RORATE CÆLI: Cardinal Sarah: "[New] Rite of Baptism doesn't even mention word 'Faith' - there's a big problem right there." | "Don't deceive people with 'mercy' without repentance."
CARDINAL SARAH: DON'T DECEIVE PEOPLE WITH THE WORD "MERCY" GOD FORGIVES SINS ONLY IF WE REPENT OF THEM


Matteo Matzuzzi

Il Timone

May 30, 2015


"If the Eucharist is considered [simply] a meal we share in and that nobody can be excluded from it, then the sense of Mystery is lost". So says Cardinal Robert Sarah, the new Prefect of the Congregation for Divine Worship and Discipline of the Sacraments, in an intervention given at the John Paul II Pontifical Institute for the Studies on Marriage and the Family, at his presentation of: "The Family – a work in progress", a compilation of essays published by Cantagalli, in view of the upcoming Synod in October. A compilation intent on stimulating a discussion which touches on the "hot issues" of homosexuality, sexuality, divorce, in-vitro-fertilization, euthanasia and celibacy. Three volumes make up the collection, two of which are written by professors of the John Paul II Pontifical Institute: "The Eucharist and divorce: does the doctrine change?" by José Granados (who has also been nominated consultant to the Synod of Bishops) and "Different Families: imperfect expressions of the same ideal?" by Stephan Kampowski. The third, "What does Jesus think of the divorced and remarried?" is the work of Luis Sanchez Navarro, Ordinary of the New Testament at San Damaso University in Madrid. Il Foglio had anticipated ample extracts of Professors Granados and Sanchez's books on April 15th of this year.



"The West – said Cardinal Sarah, in an 'off the cuff' response to some questions posed to him from the auditorium – is adapting to its own illusions". The main problem, the prelate noted several times, is faith. (Il Foglio anticipated this last March 13th in a long extract from the book "Dieu ou rien" published in France by Fayard). "If you consider that the word "faith" is no longer mentioned even in the Rite of Baptism, when the parents are questioned about what they ask of the Church of God for their child, the significance of the problem is very clear", added the Cardinal who also blamed the teaching of Catechism today, "The children do drawings and don't learn anything – they don't go to Mass."

Regarding the upcoming Synod, an invitation came from Cardinal Sarah [for us] to have no illusions about epochal changes: "People think that there will be a revolution, but this cannot happen. Doctrine belongs to no-one, it is Christ's alone". After last October's meeting, noted the Cardinal in his presentation of the three volumes, "it was clear that the real crux of the matter was not only the question of the divorced and remarried", but "whether the doctrine of the Church is to be considered an unreachable ideal - an impossibility, which would therefore necessitate adapting to a downward trend to propose it to present-day society. If this is the situation, we need a clarification as to whether the Gospel is the good news for man or a useless burden no longer viable". The riches of Catholicism – he added – "cannot be revealed through ideas dictated by a kind of pragmatism and some mutual feelings in common. Revelation shows humanity the way to wholeness and happiness. Ignoring this fact would mean affirming the need to re-think the very foundations of the redeeming action of the Church itself, which is accomplished through the Sacraments."


The problem is also those "priests and bishops" who contribute to "contradicting the word of Christ" by their own words. And this said Cardinal Sarah, "is extremely grave". To permit at some diocesan levels what has not yet been authorized by the Synod (the allusion was to the practices followed in many situations of centre-north Europe) is to "profane Christ". It is of little worth invoking mercy: "We are deceiving people when we talk of mercy without knowing what the word means. The Lord forgives sins, but only if we repent of them". The divisions that were seen last October, "…were all from the West. In Africa, we have remained steadfast, as there have been many people in that continent who have lost their lives for the faith."


The Cardinal launched an appeal against those members of the clergy who use imprecise language: " It is wrong for the Church to use the vocabulary of the United Nations. We have our own vocabulary." He then wanted to make a clarification on one of the maxims that has become very popular since 2013 i.e. the one about 'going out to into the peripheries'. A correct intention, obviously, but on one condition: "It's easy to go out into the peripheries, but it depends on whether we are taking Christ [to them]. Today it is more courageous to be with Christ on the Cross which means martyrdom. Our duty is to go against the mainstream" as regards the fashions of the time, and "what the world is saying". And besides, "if the Church stops preaching the Gospel, it is finished. It can do so with present day fashions, but with firmness."


And lastly, a note on the decline of priestly vocations in the world: "The question is not that there are few priests, inasmuch as whether these priests are true priests for Christ."


[Rorate translation by contributor Francesca Romana. Source.]

PEQUEÑO APUNTE DEL DÍA: DUDAS SOBRE “SAN ROMERO DE AMÉRICA” (I) | CATAPULTA

PEQUEÑO APUNTE DEL DÍA: DUDAS SOBRE "SAN ROMERO DE AMÉRICA" (I) | CATAPULTA

1213530894_ec4ebef3d1_bLA INVESTIGACIÓN DEL "MARTIRIO" FUE HECHA POR UNA COMPINCHE DE HORACIO VERBITSKY Y EMPLEADA DE TIMERMAN

Cada vez hay tengo más dudas sobre la validez de la beatificación de monseñor Romero. Expongo algunas razones:

1) El organismo que investigó el asesinato fue la Comisión de la Verdad para El Salvador, establecida por los Acuerdos de Paz de Chapultepec, que pusieron fin a la Guerra Civil de El Salvador y fueron firmados el 27 de abril de 1991 por el Gobierno de El Salvador y el Frente Farabundo Martí para la Liberación Nacional. La Comisión fue creada para investigar casos de graves violaciones a los derechos humanos y fue cual estuvo presidida por el expresidente colombiano Belisario Betancur, el venezolano Reinaldo Figueredo y el estadounidense Thomas Buergenthal, quienes fueron designados para esta función por el Secretario General de las Naciones Unidas.

La Dirección Ejecutiva de la Comisión recayó en Patricia Tappatá de Valdez, reconocida activista de derechos humanos argentina. Entre los casos a investigar se hallaba el asesinato del arzobispo de San Salvador, Óscar Arnulfo Romero, ocurrida el 24 de marzo de 1980 atribuido a la acción de los escuadrones de la muerte"

alak_verbitsky_cristina_timerman3c2f7bc(Datos de http://es.wikipedia.org/wiki/Comisi%C3%B3n_de_la_Verdad_para_El_Salvador)

2) Van datos sobre la "experta":

"Fue Directora de la Comisión de la Verdad para El Salvador; directora del Departamento de Derechos Humanos de la Conferencia Episcopal Peruana, y del Programa de Representatividad Política de la Fundación Poder Ciudadano. Integró el Board del Instituto para la Democracia en Sudáfrica-IDASA. Es co-fundadora de la Coordinadora Nacional de Derechos Humanos de Perú y miembro fundador de la Coalición Internacional de Museos de Conciencia en Sitios de Conciencia.

Desde 1995 es miembro de la Comisión Directiva del Centro de Estudios Legales y Sociales -CELS-. En representación de esta institución integra la Comisión Pro Monumento a las Víctimas del Terrorismo de Estado y es miembro del Consejo Directivo del Instituto Espacio para la Memoria.

Hoy dirige "Memoria Abierta". Es Licenciada en Trabajo Social y realizó su Maestría en Ciencias Sociales en FLACSO-Buenos Aires. http://www.memoriaabierta.org.ar/materiales/pdf/panel.p.valdez.pdf

y también es Directora de Organizaciones Intermedias del Ministerio de Relaciones Exteriores.

https://www.mrecic.gov.ar/es/subsecretar%C3%ADa-de-relaciones-institucionales

Con semejan pedigrí, no es raro que la investigación de la "experta" el asesinato de monseñor Romero se haya adjudicado a un comando del ultraderecha, instigado por Roberto D´Aubuisson, sin que exista prueba contundente alguna.

http://www.contrapunto.com.sv/reportajes/arena-entre-el-respeto-a-romero-y-la-defensa-a-d-aubuisson

3)Otras dudas surgen de la desaparición del informe elaborado por monseñor Freddy Delgado, secretario de la Conferencia Episcopal salvadoreña que señala a los comunistas como los autores del crimen. Antes estaba en http://es.catholic.net/sectasapologeticayconversos/745/2347/articulo.php?id=21420) y ahora se puede leer solamente en http://netorivasnet.blogspot.com.ar/2013/08/mons-oscar-arnulfo-romero-imagen.html

(Ver también www.catapulta.com.ar/archivos/4102)

La semana que viene, si Dios quiere, aparecerá la segunda parte de estas "Dudas", de difícil digestión para los estómagos de quienes son más clericales que católicos.

logo_ma(2)Notas catapúlticas

1) Sobre Memoria Abierta

"Memoria Abierta, Acción Coordinada de Organizaciones argentinas de Derechos Humanos, trabaja para aumentar el nivel de información y conciencia social sobre el terrorismo de Estado y para enriquecer la cultura democrática.

Uno de nuestros principales objetivos es lograr que todo registro de lo ocurrido durante la última dictadura militar y sus consecuencias sea accesible y sirva a los fines de la investigación y educación de las futuras generaciones. Los organismos que conforman esta acción coordinada son:

  • Asamblea Permanente por los Derechos Humanos – APDH
  • Centro de Estudios Legales y Sociales – CELS
  • Fundación Memoria Histórica y Social Argentina
  • Madres de Plaza de Mayo – Línea Fundadora
  • Servicio Paz y Justicia

2) Los apoyos económicos de Memoria Abierta.

"Actualmente recibimos el apoyo económico de las siguientes instituciones:

Fundación Oak
Fundación Sigrid Rausing Trust
Delegación de la Comisión Europea en Argentina "Instrumento Europeo para la Democracia y los Derechos Humanos (IEDDH): Programa de apoyo a Argentina"
Embajada Real de los Países Bajos en Argentina
Coalición Internacional de Sitios de Conciencia

Memoria Abierta recibió desde su creación el apoyo económico de:

Archiveros Sin Fronteras; Barcelona, España
British Council en Argentina
Censo Guía de España e Iberoamérica, Ministerio de Cultura; España
Centro para Víctimas de Tortura – Proyecto Nuevas Tácticas en Derechos Humanos; Estados Unidos
Coalición Internacional de Museos de Conciencia en Sitios Históricos
Comité Latinoamericano de la Congregación B'nai Jeshurun Nueva York; Estados Unidos
Dirección General del Libro, Archivos, y Bibliotecas, Ministerio de Cultura; España
Embajada de la República Federal de Alemania en Argentina
Embajada Real de los Países Bajos en Argentina
Embajada Real de Noruega en Argentina
Fondo Cultura BA, Programa Metropolitano de Fomento de la Cultura, las Artes y las Ciencias Gobierno de la Ciudad Autónoma de Buenos Aires; Argentina
Fondo John Merck; Estados Unidos
Fundación Ford; Estados Unidos
Fundación Prince Claus para la Cultura y el Desarrollo; Holanda
Fundación Rockefeller; Estados Unidos
Instituto Nacional Audiovisual de Francia; Francia
Ministerio de Educación, Ciencia y Tecnología; Argentina
Programa ADAI – Apoyo al Desarrollo de Archivos Iberoamericanos, Ministerio de Cultura; Argentina
Programa SEPHIS (The South-South Exchange Programme for Research on the History of Development), International Institute of Social History; Holanda
Secretaría de Cultura, Presidencia de la Nación; Argentina
Secretaría de Educación; Gobierno de la Ciudad Autónoma de Buenos Aires; Argentina
UNESCO (Organización de las Naciones Unidas para la Educación, la Ciencia, y la Cultura), Oficina Regional de Ciencia para América Latina y el Caribe; Montevideo, Uruguay

http://www.memoriaabierta.org.ar/quienes_somos.html

HOMILÍA 31 DE MAYO DE 2015 ESCRITO POR P. ALFONSO GÁLVEZ EL 31 MAYO 2015.

http://www.alfonsogalvez.com/es/

LETTRE DE SAINT ATHANASE À SÉRAPION, ÉVÊQUE DE THMUIS Bienheureuse Trinité, un seul Dieu !



Étudions la tradition antique, la doctrine et la foi de l'Église catholique. Le Seigneur l'a donnée, les Apôtres l'ont annoncée, les Pères l'ont gardée. C'est sur elle, en effet, que l'Église a été fondée et, si quelqu'un s'en écarte, il ne peut plus être chrétien ni en porter le nom.

Il y a donc une Trinité sainte et parfaite, reconnue comme Dieu dans le Père, le Fils et le Saint-Esprit ; elle ne comporte rien d'étranger, rien qui lui soit mêlé de l'extérieur ; elle n'est pas constituée du Créateur et du créé, mais elle est tout entière puissance créatrice et productrice. Elle est semblable à elle-même, indivisible par sa nature, et son activité est unique. En effet, le Père fait toutes choses par le Verbe dans l'Esprit Saint, et c'est ainsi que l'unité de la sainte Trinité est sauvegardée. C'est ainsi que dans l'Église est annoncé un seul Dieu, qui règne au-dessus de tous, par tous et en tous. Au-dessus de tous, comme Père, comme principe et source ; par tous, par le Verbe ; en tous, dans l'Esprit Saint. ~

Saint Paul, ~ écrivant aux Corinthiens, à propos des dons spirituels, rapporte toutes choses à un seul Dieu, le Père, comme à un seul chef, lorsqu'il dit : Les dons de la grâce sont variés, mais c 'est toujours le même Esprit ; les ministères dans l'Église sont variés, mais c'est toujours le même Dieu, qui fait tout en tous. Car les dons que l'Esprit distribue à chacun sont donnés de la part du Père par le Verbe. En effet, tout ce qui est au Père est au Fils ; c'est pourquoi les biens donnés par le Fils dans l'Esprit sont les dons spirituels du Père. Quand l'Esprit est en nous, le Verbe qui nous le donne est en nous, et dans le Verbe se trouve le Père. Et c'est ainsi que s'accomplit la parole : Nous viendrons chez lui et nous irons demeurer auprès de lui. Là où est la lumière, là aussi est son éclat ; là où est son éclat, là aussi est son activité et sa grâce resplendissante.

C'est cela encore que Paul enseignait dans la seconde lettre aux Corinthiens : Que la grâce de Jésus Christ notre Seigneur, l'amour de Dieu et la communion de l'Esprit Saint soient avec vous tous. En effet, la grâce et le don accordés dans la Trinité sont donnés de la part du Père, par le Fils, dans l'Esprit Saint. De même que la grâce accordée vient du Père par le Fils, ainsi la communion au don ne peut se faire en nous sinon dans l'Esprit Saint. C'est en participant à lui que nous avons l'amour du Père, la grâce du Fils et la communion de l'Esprit Saint.

De las Cartas de san Atanasio, obispo (Carta 1 a Serapión, 28-30: PG 26, 594-595. 599) LUZ, RESPLANDOR Y GRACIA EN LA TRINIDAD Y POR LA TRINIDAD


Siempre resultará provechoso esforzarse en profundizar el contenido de la antigua tradición, de la doctrina y la fe de la Iglesia católica, tal como el Señor nos la entregó, tal como la predicaron los apóstoles y la conservaron los santos Padres. En ella, efectivamente, está fundamentada la Iglesia, de manera que todo aquel que se aparta de esta fe deja de ser cristiano y ya no merece el nombre.
Existe, pues, una Trinidad, santa y perfecta, de la cual se afirma que es Dios en el Padre, el Hijo y el Espíritu Santo, que no tiene mezclado ningún elemento extraño o externo, que no se compone de uno que crea y de otro que es creado, sino que toda ella es creadora, es consistente por naturaleza y su actividad es única. El Padre hace todas las cosas a través del que es su Palabra, en el Espíritu Santo. De esta manera queda a salvo la unidad de la santa Trinidad. Así, en la Iglesia se predica un solo Dios, que lo trasciende todo, y lo penetra todo, y lo invade todo. Lo trasciende todo, en cuanto Padre, principio y fuente; lo penetra todo, por su Palabra; lo invade todo, en el Espíritu Santo.
San Pablo, hablando a los corintios acerca de los dones del Espíritu, lo reduce todo al único Dios Padre, como al origen de todo, con estas palabras: Hay diversidad de dones, pero un mismo Espíritu; hay diversidad de servicios, pero un mismo Señor; y hay diversidad de funciones, pero un mismo Dios que obra todo en todos.
El Padre es quien da, por mediación de aquel que es su Palabra, lo que el Espíritu distribuye a cada uno. Porque todo lo que es del Padre es también del Hijo; por esto, todo lo que da el Hijo en el Espíritu es realmente don del Padre. De manera semejante, cuando el Espíritu está en nosotros, lo está también la Palabra, de quien recibimos el Espíritu, y en la Palabra está también el Padre, realizándose así aquellas palabras: El Padre y yo vendremos a fijar en él nuestra morada. Porque donde está la luz, allí está también el resplandor; y donde está el resplandor, allí está también su eficiencia y su gracia esplendorosa.
Es lo que nos enseña el mismo Pablo en su segunda carta a los Corintios, cuando dice: La gracia de Jesucristo el Señor, el amor de Dios y la participación del Espíritu Santo estén con todos vosotros. Porque toda gracia o don que se nos da en la Trinidad se nos da por el Padre, a través del Hijo, en el Espíritu Santo. Pues así como la gracia se nos da por el Padre, a través del Hijo, así también no podemos recibir ningún don si no es en el Espíritu Santo, ya que hechos partícipes del mismo poseemos el amor del Padre, la gracia del Hijo y la participación de este Espíritu.

من رسائل القديس أثناسيوس الأسقف (الرسالة الأولى إلى سيرابيون، 28-30: PG 26، 594-595 و599) النُّور والمجد والنِّعمة من الثّالوث القدُّوس


من المهمِّ أن نبحثَ في التَّقاليدِ القديمة، وفي تعليمِ الكنيسةِ الكاثوليكيّةِ وإيمانِها، أي في الإيمانِ الذي سلَّمَنا إيّاه يسوعُ المسيح، ووعظَ به الرُّسُل وحفِظَه الآباء، وعليه تأسَّسَتْ الكنيسة. فإذا حادَ عنها أحدٌ فلا يَقدِرُ أن يكونَ ولا أن يُسَمَّى مسيحيًّا بصورةٍ من الصُّور.
هناك إذًا ثالوثٌ قدُّوسٌ وكاملٌ، هذا ما نعترفُ به في الآبِ والابنِ والرُّوحِ القُدُس، ولا شيءَ فيه غريب أو مَزِيجٌ من الخارجِ أُضِيفَ إليه. ولا هو مُركَّبٌ من خالقٍ ومخلوق. بل قدرةُ الخلقِ وقدرةُ العملِ فيه كاملة، شبيهٌ لذاتِه، واحدٌ غيرُ منقسم، فيه العملُ ومبدأُ العملِ واحدٌ. لأنَّ الآبَ يعملُ كلَّ شيءٍ بالكلمةِ في الرُّوحِ القُدُس، هكذا تَثبُتُ وحدةُ الثّالوث. فالكنيسةُ إذًا تَعِظُ بإلَهٍ واحدٍ فوقَ كلِّ شيءٍ يعمَلُ بالكلِّ وفي الكلِّ (ر. أفسس 4: 6). هو "فَوقَ كُلِّ شَيءٍ، لأنَّهُ الآبُ فَهُوَ المبدَأُ وَالمصدَرُ". ويعملُ "بالكلِّ" أي بالكلمة " وفي الكلِّ" أي في الرُّوحِ القُدُس.
عندَما يكتُبُ القِدّيسُ بولس في رسالتِه إلى أهلِ قورنتس في الأمورِ الرّوحيّةِ، فإنَّه يعِيدُ كلَّ شيءٍ إلى الإلهِ الآبِ الواحدِ مبدأً واحدًا لكلِّ شيءٍ، وذلك حيث يقول: "إنَّ الموَاهِبَ عَلَى أنوَاعٍ، وأمَّا الرُّوحُ فَوَاحِدٌ، وَإنَّ الخَدَمَاتِ عَلَى أنوَاعٍ أمَّا الرُّوحُ فَوَاحِدٌ، وَإنَّ الأعمَالَ عَلَى أنوَاعٍ وَأمَّا الله الَّذِي يَعمَلُ كُلَّ شَيءٍ فِي جَمِيعِ النَّاسِ فَوَاحِدٌ" (1 قورنتس 12: 4-6). 
وما يَهَبُه الرُّوحُ لكلِّ واحدٍ يَهَبُهُ الآبُ بالكلمة. لأنَّ كلَّ ما للآبِ فهو للابنِ، أي كلُّ ما يُعطِيه الابنُ في الرُّوح هو حقًّا هبةٌ من الآبِ. وكذلك إن كانَ الرُّوحُ فينا فالكلمةُ الذي منه قَبِلْنا الرُّوحَ أيضًا فينا، وفي الكلمةِ الآبُ أيضًا فينا، ولهذا قال: "نَأتِي إلَيهِ أنَا والآبُ فَنَجعَلُ عِندَهُ مُقَامَنَا" (ر. يوحنا 14: 23). حيث النُّورُ هناك بهاؤه وشعاعُه أيضًا، وهناك فِعلُه ونعمتُه السَّاطعة. 
هذا ما يعلِّمُه القدّيس بولس أيضًا في الرِّسالةِ الثَّانيةِ إلى أهلِ قورنتس حيث يقول: "لِتَكُنْ نِعمَةُ رَبِّنَا يَسُوعَ المسِيحِ وَمَحَبِّةُ الله وَشَرِكَةُ الرُّوحِ القُدُسِ مَعَكُم جَمِيعًا" (2 قورنتس 13: 13). فالنِّعمةُ والموهبةُ التي تُوهَبُ في الثّالوث إنّما يَهَبُها الآبُ بالابنِ في الرُّوح القُدُس. لأنّه كما أنَّ النعمةَ يَهَبُها الآبُ بالابن، كذلك لا تَصِلُ إلينا الهبةُ إلا في الرُّوحِ القُدُس. فإذا ما أصبَحْنا شركاءَ فيه، نِلْنَا محبَّةَ الآبِ ونعمةَ الابنِ وشركةَ الرُّوح.

From the first letter to Serapion by Saint Athanasius, bishop (Ep. 1 ad Serapionem 28-30: PG 26, 594-95. 599) Light, radiance and grace are in the Trinity and from the Trinity



It will not be out of place to consider the ancient tradition, teaching and faith of the Catholic Church, which was revealed by the Lord, proclaimed by the apostles and guarded by the fathers. For upon this faith the Church is built, and if anyone were to lapse from it, he would no longer be a Christian either in fact or in name.

We acknowledge the Trinity, holy and perfect, to consist of the Father, the Son and the Holy Spirit. In this Trinity there is no intrusion of any alien element or of anything from outside, nor is the Trinity a blend of creative and created being. It is a wholly creative and energizing reality, self-consistent and undivided in its active power, for the Father makes all things through the Word and in the Holy Spirit, and in this way the unity of the holy Trinity is preserved. Accordingly, in the Church, one God is preached, one God who is above all things and through all things and in all things. God is above all thingsas Father, for he is principle and source; he is through all thingsthrough the Word; and he is in all things in the Holy Spirit.

Writing to the Corinthians about spiritual matters, Paul traces all reality back to one God, the Father, saying: Now there are varieties of gifts, but the same Spirit; and varieties of service, but the same Lord; and there are varieties of working, but it is the same God who inspires them all in everyone.

Even the gifts that the Spirit dispenses to individuals are given by the Father through the Word. For all that belongs to the Father belongs also to the Son, and so the graces given by the Son in the Spirit are true gifts of the Father. Similarly, when the Spirit dwells in us, the Word who bestows the Spirit is in us too, and the Father is present in the Word. This is the meaning of the text: My Father and I will come to him and make our home with him.For where the light is, there also is the radiance; and where the radiance is, there too are its power and its resplendent grace.

This is also Paul’s teaching in his second letter to the Corinthians: The grace of our Lord Jesus Christ and the love of God and the fellowship of the Holy Spirit be with you all. For grace and the gift of the Trinity are given by the Father through the Son in the Holy Spirit. Just as grace is given from the Father through the Son, so there could be no communication of the gift to us except in the Holy Spirit. But when we share in the Spirit, we possess the love of the Father, the grace of the Son and the fellowship of the Spirit himself.

[AELF] Lectures du jour


Lectures de la messe

1ère lecture : « C'est le Seigneur qui est Dieu, là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre ; il n'y en a pas d'autre » ( Dt 4, 32-34.39-40 )


Lecture du livre du Deutéronome

Moïse disait au peuple :
« Interroge donc les temps anciens qui t'ont précédé,
depuis le jour où Dieu créa l'homme sur la terre :
d'un bout du monde à l'autre,
est-il arrivé quelque chose d'aussi grand,
a-t-on jamais connu rien de pareil ?
Est-il un peuple qui ait entendu comme toi
la voix de Dieu parlant du milieu du feu,
et qui soit resté en vie ?
Est-il un dieu qui ait entrepris de se choisir une nation,
de venir la prendre au milieu d'une autre,
à travers des épreuves, des signes, des prodiges et des combats,
à main forte et à bras étendu,
et par des exploits terrifiants
– comme tu as vu le Seigneur ton Dieu
le faire pour toi en Égypte ?
Sache donc aujourd'hui, et médite cela en ton cœur :
c'est le Seigneur qui est Dieu,
là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre ;
il n'y en a pas d'autre.
Tu garderas les décrets et les commandements du Seigneur
que je te donne aujourd'hui,
afin d'avoir, toi et tes fils, bonheur et longue vie
sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu, tous les jours. »

 

– Parole du Seigneur.

Psaume : ( 32 (33), 4-5, 6.9, 18-19, 20.22 )


R/

Heureux le peuple
dont le Seigneur est le Dieu.

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
il est fidèle en tout ce qu'il fait.
Il aime le bon droit et la justice ;
la terre est remplie de son amour.

 

Le Seigneur a fait les cieux par sa parole,
l'univers, par le souffle de sa bouche.
Il parla, et ce qu'il dit exista ;
il commanda, et ce qu'il dit survint.

 

Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.

 

Nous attendons notre vie du Seigneur :
il est pour nous un appui, un bouclier.
Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
comme notre espoir est en toi !

2ème lecture : « Vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; en lui nous crions "Abba !", Père ! » ( Rm 8, 14-17 )


Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères,
tous ceux qui se laissent conduire par l'Esprit de Dieu,
ceux-là sont fils de Dieu.
Vous n'avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves
et vous ramène à la peur ;
mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ;
et c'est en lui que nous crions « Abba ! »,
c'est-à-dire : Père !
C'est donc l'Esprit Saint lui-même qui atteste à notre esprit
que nous sommes enfants de Dieu.
Puisque nous sommes ses enfants,
nous sommes aussi ses héritiers :
héritiers de Dieu,
héritiers avec le Christ,
si du moins nous souffrons avec lui
pour être avec lui dans la gloire.

 

– Parole du Seigneur.

Evangile : « Baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » ( Mt 28, 16-20 )


Acclamation :

Alléluia. Alléluia.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit :
au Dieu qui est, qui était et qui vient !
Alléluia.

(cf. Ap 1, 8)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
les onze disciples s'en allèrent en Galilée,
à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
Quand ils le virent, ils se prosternèrent,
mais certains eurent des doutes.
Jésus s'approcha d'eux et leur adressa ces paroles :
« Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre.
Allez ! De toutes les nations faites des disciples :
baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,
apprenez-leur à observer
tout ce que je vous ai commandé.
Et moi, je suis avec vous
tous les jours jusqu'à la fin du monde. »

 

– Acclamons la Parole de Dieu.

31 mai 2015
Dimanche,
blanc Sainte Trinité
Solennité du Seigneur

 

© AELF, Association Épiscopale Liturgique pour les Pays Francophones


samedi 30 mai 2015

Dimanche de la Trinité (Rite Extraordinaire)



trinite
Lecture du saint Evangile selon saint Matthieu (28, 18-20)
En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc. Enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je vais être avec vous tous les jours jusqu’à la consommation des temps. »

L’âme qui aime Dieu n’en est jamais rassasiée, mais parler de Dieu est audacieux : notre esprit est bien loin d’une si grande affaire... Plus on est avancé dans la connaissance de Dieu, plus on ressent profondément son impuissance. Tel était Abraham, tel aussi était Moïse : alors qu’ils pouvaient voir Dieu, autant du moins qu’il est possible à l’homme, l’un comme l’autre se faisait le plus petit de tous ; Abraham se nommait « terre et cendre », et Moïse se disait de parole malhabile et lente (Gn 18,27 ; Ex 4,11). Il constatait en effet, la faiblesse de sa langue à traduire la grandeur de Celui que son esprit saisissait. Nous parlons de Dieu non pas tel qu’il est, mais tel que nous pouvons le saisir.

Quant à toi, si tu veux dire ou entendre quelque chose de Dieu, laisse ta nature corporelle, laisse tes sens corporels... Élève ton esprit au-dessus de tout ce qui a été créé, contemple la nature divine : elle est là, immuable, indivise, lumière inaccessible, gloire éclatante, bonté désirable, beauté inégalable dont l’âme est blessée, mais qu’elle ne peut pas traduire en paroles adéquates.

Là est le Père, le Fils et le Saint Esprit... Le Père est le principe de tout, la cause de l’être de ce qui est, la racine des vivants. Il est celui dont coulent la Source de la vie, la Sagesse, la Puissance, l’Image parfaitement semblable du Dieu invisible : le Fils engendré du Père, Verbe vivant, qui est Dieu, et tourné vers le Père (1Co 1,24 ; He 1,3 ; Jn 1,1). Par ce nom de Fils, nous apprenons qu’il partage la même nature : il n’est pas créé par un ordre, mais il brille sans cesse à partir de sa substance, uni au Père de toute éternité, égal à lui en bonté, égal en puissance, partageant sa gloire... Et quand notre intelligence aura été purifiée des passions terrestres et qu’elle laisse de côté toute créature sensible, tel un poisson qui émerge des profondeurs à la surface, rendue à la pureté de sa création, elle verra alors l’Esprit Saint là où est le Fils et où est le Père. Cet Esprit, étant de même essence selon sa nature, possède lui aussi tous les biens : bonté, droiture, sainteté, vie... De même que brûler est lié au feu et resplendir à la lumière, ainsi on ne peut ôter à l’Esprit Saint le fait de sanctifier ou de faire vivre, pas plus que la bonté et la droiture.

Saint Basile, Homélie sur la foi, 1-3

La foi, les saints patriarches et prophètes l’ont reçue d’en haut avant l’incarnation du Fils de Dieu, les saints Apôtres aussi l’ont entendue du Seigneur lui-même, durant sa vie terrestre et, formés par le magistère de l’Esprit-Saint, ils l’ont non seulement prêchée par la parole, mais aussi consignée par écrit, pour la plus salutaire instruction de la postérité. Cette foi proclame un seul Dieu Trinité, Père et Fils et Esprit-Saint.

Mais la Trinité ne serait pas véritable si une seule et même personne s’appelait Père et Fils et Saint-Esprit. En effet si la personne du Père, et du Fils, et de l’Esprit Saint était unique comme unique est leur substance, il n’y aurait pas de quoi l’appeler vraiment Trinité. Par contre, il y aurait véritable Trinité, mais cette même Trinité ne serait pas un seul Dieu, si le Père, et le Fils, et le Saint-Esprit étaient séparés par la diversité des natures, tout comme ils sont distincts l’un de l’autre par la propriété des personnes.

Mais il est vraiment de la nature même du seul vrai Dieu Trinité non seulement d’être Dieu unique, mais aussi d’être Trinité ; c’est pourquoi, le même vrai Dieu est Trinité dans les personnes et unique dans une unique nature. Grâce à cette unité de nature, le Père est tout entier dans le Fils et le Saint-Esprit, le Fils est tout entier dans le Père et le Saint-Esprit, et le Saint-Esprit est aussi tout entier dans le Père et le Fils.

Aucun d’eux ne subsiste en dehors de sa relation à chacun des autres, car aucun ne précède en éternité, ne dépasse en grandeur, ne transcende en puissance l’un des autres. En effet, le Père, quant à l’unité de la nature divine, n’est pas plus ancien ou plus grand que le Fils et le Saint-Esprit ; de même l’éternité et l’immensité du Fils ne sont pas plus anciennes ou plus grandes que celles du Saint-Esprit et ne peuvent, par nature, les précéder ou les dépasser.

Saint Fulgence, sur la foi (1,4)

Info messes (Noyon)

 

Il consesso degli “illuminati” della nuova chiesa – di Mauro Faverzani | Riscossa Cristiana

http://www.riscossacristiana.it/il-consesso-degli-illuminati-della-nuova-chiesa-di-mauro-faverzani/

Synode. La bataille d’Allemagne

Synode. La bataille d'Allemagne
Les évêques allemands luttent pour ouvrir la voie au divorce et à l'homosexualité. Mais six d'entre eux se sont désolidarisés de ce combat. Et un juriste critique à fond, dans un livre, les prises de position du cardinal Kasper. "Il s'agit d'une crise de la foi", commente le cardinal africain Sarah


par Sandro Magister




ROME, le 29 mai 2015 – Les deux événements ont eu lieu de manière parfaitement concomitante. Au Vatican, il y a quatre jours, le conseil et le secrétariat général du synode des évêques préparaient avec le pape François la prochaine session de cette assemblée. Et, au cours de cette même journée, à l'Université Pontificale Grégorienne qui n'est guère éloignée du Vatican, les présidents des conférences épiscopales d'Allemagne, de France et de Suisse ainsi qu'une cinquantaine d'évêques, de théologiens et d'experts provenant de ces trois pays, au premier rang desquels les cardinaux Walter Kasper et Reinhard Marx, discutaient, à huis clos, de la manière de faire passer, au synode, leurs opinions réformistes en ce qui concerne deux points qui comptent parmi les plus controversés : le divorce et l'homosexualité.

L'Allemagne, la France et la Suisse sont toutes les trois baignées par les eaux du Rhin. Mais ceux qui ont participé à la réunion tenue à l'Université Grégorienne savent bien que c'est sur les rives du Tibre, à Rome, que se joue la partie. Leur ambition, c'est d'être, cette fois-ci encore - comme ce fut déjà le cas lors du concile Vatican II - le courant de pensée vainqueur, celui du renouvellement de l'Église universelle, le Rhin dont les eaux envahiraient le lit du Tibre.

Au terme de la réunion, les Allemands ont diffusé un communiqué dans lequel ils indiquent qu'ils ont "réfléchi en particulier à la sexualité comme langage de l'amour et comme don précieux de Dieu, dans le cadre d'un dialogue intense entre la théologie morale traditionnelle et les meilleures contributions de l'anthropologie contemporaine et des sciences humaines".

Toutefois il y a quelque chose de plus intéressant que le communiqué : c'est ce que les participants à la réunion se sont véritablement dit, d'après le compte-rendu autorisé qui en a été donné, le 26 mai, par "La Repubblica", le seul journal qui ait été admis à cette rencontre et également, par-dessus le marché, le seul journal que, de son propre aveu, lise le pape François :

"Un prêtre qui est également enseignant parle dès le début de 'caresses, de baisers, de coït au sens de venir ensemble, co-ire', ainsi que de 'ce qui accompagne les lumières et les ombres non conscientes des pulsions et du désir'. Un de ses collègues affirme pour sa part : 'L'importance de la stimulation sexuelle constitue la base d'une relation durable'. On cite Freud. On évoque Fromm. 'La privation de sexualité – ajoute-t-on – peut être comparée à la faim, à la soif. La question qui la caractérise est : Est-ce que tu as envie de faire l'amour ? Mais cela ne signifie pas désirer l'autre, si l'autre ne veut pas. La question devrait être : Est-ce que tu me désires ? Voilà alors comment le désir sexuel de l'autre peut s'associer à l'amour'".

L'épiscopat allemand représente la pointe la plus avancée et la plus combative de ce front réformiste.

La dernière en date de ses déclarations officielles – elle a été diffusée, en plusieurs langues, au commencement de ce mois de mai – a été sa réponse au questionnaire qui avait été distribué par Rome dans la perspective de la prochaine session du synode.

En lisant cette déclaration, on constate que l'Allemagne met déjà largement en pratique ce que le magistère de l'Église interdit et que le synode devrait encore discuter. C'est-à-dire l'accès des divorcés remariés à la communion, l'acceptation des remariages de divorcés, l'approbation des unions homosexuelles :

> Synode. Les évêques allemands mettent la charrue avant les bœufs

Quelques jours plus tard, le 9 mai, le Zentralkomitee der Deutschen Katholiken, l'association historique des laïcs catholiques allemands, a publié une déclaration encore plus avancée, dans laquelle il réclame la bénédiction liturgique pour les remariages de divorcés et pour les unions entre personnes du même sexe, en plus de l'abandon en bloc de l'enseignement de l'Église à propos de la contraception :

> Declaration of the Central Committee of the German Catholics

Mais attention. Tout cela ne signifie pas que la totalité de l'Église d'Allemagne soit d'accord avec ces opinions. La réalité est tout autre. Que ce soit parmi les évêques ou parmi les laïcs qui font le plus autorité, il ne manque pas de voix pour affirmer leur opposition. Et, ces jours derniers, ces personnes se sont exprimées vigoureusement.

L'évêque de Passau, Stefan Oster, salésien, qui a été nommé à ce poste par le pape François au mois d'avril 2014, a contesté la déclaration du Zentralkomitee der Deutschen Katholiken, point par point, dans une intervention tranchante qu'il a mise en ligne sur sa page Facebook :

> Hier einige Gedanken…

Et il a rapidement reçu l'adhésion publique de cinq autres évêques : Rudolf Voderholzer de Ratisbonne, Konrad Zdarsa d'Augsbourg, Gregor M. Hanke d'Eichstätt, Wolfgang Ipolt de Görlitz, Friedhelm Hofmann de Wurtzbourg :

> Zur jüngsten Debatte...

On notera avec intérêt que, parmi ces cinq évêques, figure celui de Wurtzbourg, la ville où le Zentralkomitee der Deutschen Katholiken s'est réuni et a émis sa déclaration dans le silence/avec l'accord du guide spirituel du comité, l'évêque Gebhard Fürst de Rottenburg-Stuttgart, diocèse qui a eu Kasper comme titulaire dans les années 90.

Et on notera avec encore plus d'intérêt que les évêques cités appartiennent tous, à l'exception de celui de Görlitz, à la région ecclésiastique de Bavière, ce qui a pour résultat de mettre en minorité (5 sur 8) le cardinal Marx, archevêque de Munich, précisément dans cette région qui est la sienne et précisément à propos des questions dans lesquelles il est le plus impliqué.

Mais il y a plus. Parmi les laïcs d'Allemagne aussi, il y a de fortes personnalités qui font entendre une mélodie discordante.

La sévérité avec laquelle Robert Spaemann - il est considéré comme l'un des plus grands philosophes catholiques vivants et c'est un ami de longue date de Joseph Ratzinger - a critiqué, au début du mois de mai, non seulement l'épiscopat allemand mais également la manière de gouverner du pape François qui, d'après lui, serait à la fois "autocratique" et "chaotique", a frappé les esprits.

Spaemann a formulé ses critiques dans le cadre d'un dialogue avec Hans Joas pour la revue "Herder Korrespondenz", qui appartient à la maison d'édition qui assure la publication des œuvres complètes de Benoît XVI :

> "Das Gefühl des Chaos wird man nicht ganz los"

Par ailleurs un livre écrit par un juriste et magistrat allemand a été publié simultanément, ces jours-ci, en Allemagne et en Italie. Il constitue une réfutation radicale, à la fois théorique et pratique, des prises de position du cardinal Kasper à propos de l'accès des divorcés remariés à la communion :

> Rainer Beckmann, "Il Vangelo della fedeltà coniugale. Risposta al Card. Kasper. Una testimonianza", presentazione del Card. Paul Josef Cordes, Solfanelli, Chieti, 2015, 128 pp., 10,00 euros.

L'auteur de cet ouvrage, Rainer Beckmann, est âgé de 54 ans et il est juge à Wurtzbourg. Entre 2000 et 2005, il a été expert officiel auprès des commissions chargées du droit et de l'éthique de la médecine au sein du parlement fédéral allemand. Il a publié des essais scientifiques consacrés à l'avortement, aux techniques de la reproduction, à la mort cérébrale et à l'euthanasie. Il est vice-président d'une association de juristes pour le droit à la vie et il dirige la revue "Zeitschrift für Lebensrecht". Il donne des cours à l'université de Heidelberg.

Mais, comme l'indique le cardinal allemand Cordes dans la préface qu'il a donnée à ce livre, Beckmann, qui est père de quatre enfants, est également "un croyant ayant vécu personnellement la souffrance d'une relation qui a échoué et, en tout cas, il n'a pas commencé une nouvelle relation après avoir divorcé : il veut continuer à croire à sa promesse de fidélité… jusqu'à ce que la mort les sépare, lui et son épouse". Et c'est précisément pour cette raison que "son témoignage est désormais incontournable au point de vue pastoral, réaliste au point de vue factuel et soumis à la Sainte Écriture".

À la fin de son ouvrage, Beckmann souligne que le pape François, "dans les déclarations dont nous avons connaissance", ne s'est pas une seule fois dissocié de la doctrine traditionnelle de l'Église. Tandis que, au contraire, "la solution proposée par le cardinal Kasper mine à leur base non seulement le sacrement de mariage, mais également ceux de la pénitence et de l'eucharistie".

Et de conclure :

"Si nous souhaitons transmettre la foi, il est nécessaire que nos actes correspondent à nos paroles. Celui qui ne vit pas ce qu'il enseigne n'est pas crédible. De même que celui qui ne tient pas ses promesses n'est pas crédible. Lorsque quelqu'un promet d'aimer jusqu'à la mort, il doit demeurer fidèle jusqu'à la mort. C'est le chemin sur lequel Jésus nous a précédés".

Ce sont là des opinions d'une radicalité qui n'est pas différente de celle qui a été exprimée au même moment par un représentant, qui jouit d'une grande autorité, de la jeune Église d'Afrique : le cardinal guinéen Robert Sarah, qui a été nommé préfet de la congrégation pour le culte divin par le pape François en 2014.

Lorsque Sarah a présenté, le 22 mai, une collection de livres qui constituaient une préparation au synode, réalisés sous la direction de l'Institut pontifical Jean Paul II pour les études sur le mariage et la famille et publiés en Italie aux éditions Cantagalli, il a insisté, lui aussi, sur la crédibilité du témoignage :

"C'est seulement dans la clarté que nous pouvons véritablement être des témoins, dans un monde qui ne supporte plus l'Évangile. La foi est vraiment le noyau des difficultés de l'Église".

Et aussi :

"Si l'eucharistie est seulement un repas, on peut aussi donner la communion aux divorcés, qui sont en contradiction avec l'alliance. Mais si un évêque, un cardinal, ne voit pas ce qu'est l'eucharistie, c'est-à-dire le corps du Christ, et s'il envisage cette eucharistie comme un repas dont personne ne doit être exclu, alors nous perdons vraiment le cœur du mystère".

Un compte-rendu plus développé des propos tenus par Sarah le 22 mai :

> Il cardinale Sarah: "La fede o niente"

Et un portrait du personnage, avec des citations de son livre "Dieu ou rien" qui sera également publié, dans peu de temps, en italien, en anglais et en espagnol.

> Un pape d'Afrique noire

__________


Traduction française par Charles de Pechpeyrou, Paris, France.

__________


Les derniers trois articles de www.chiesa:

23.5.2015
> Journaux de martyrs dans la Chine de Mao
Quatre témoignages directs des persécutions exercées dans les années Cinquante et Soixante, rassemblés pour la première fois dans un livre. Avec le récit de messes et de communions célébrées même dans des conditions de captivité très dures

19.5.2015
> Synode. Une voix à contre-courant qui vient d'Argentine
Un juriste, père de 14 enfants, démolit les opinions du cardinal Kasper en faveur de l'accès des divorcés remariés à la communion. Celles-ci n'ont pas été approuvées par les pères synodaux mais elles sont déjà mises effectivement en pratique en nombreux endroits

17.5.2015
> Homélies de la Pentecôte
Et de l'Ascension, du dimanche de la Sainte Trinité, de la Fête-Dieu. Des modèles de prédication liturgique provenant des archives de Benoît XVI

__________


Pour d'autres informations et commentaires, voir le blog que tient Sandro Magister, uniquement en italien:

> SETTIMO CIELO

Les trois derniers titres:

Pietro e Francesco censurati in casa

Lo IOR non dice più messa

Da Dublino a Roma. Manuale per il perfetto matrimonio omosex

__________

29.5.2015 


http://chiesa.espresso.repubblica.it/



From a sermon by Saint Zeno of Verona, bishop (Tract 15, 2: PL 11, 441-443) Job was a type of Christ



Is Job a type of Christ? If I am right, he is, and the comparison will reveal the truth of my claim. But while Job was called a just man by God, God himself is the fountain of justice from whom all the saints drink. See what Scripture says: The sun of justice will arise for you. Job was called truthful, but the Lord is, as he says in the Gospel, the way, the truth and the life. And while Job was rich, the Lord is far richer, for the earth is the Lord’s and everything in it; the world and all who dwell in it. All rich men are his servants, and the whole world and all of nature as well.

But we may compare Job and Christ in many ways. As Job was tempted by the devil three times, so too Christ was tempted three times. The Lord set aside his riches out of love for us and chose poverty so that we might become rich, while Job lost all that he possessed. A violent wind killed Job’s sons, while the sons of God, the prophets, were killed by the fury of the Pharisees. Job became ulcerated and disfigured, while the Lord, by becoming man, took on the defilement of the sins committed by all mankind. The wife of Job tempted him to sin, much as the synagogue tried to force the Lord to yield to corrupt leadership. Thus he was insulted by the priests, the servants of his altar, as Job was insulted by his friends. And as Job sat on a dunghill of worms, so all the evil of the world is really a dunghill which became the Lord’s dwelling place, while men that abound in every sort of crime and base desire are really worms.

The restoration of health and riches to Job prefigures the resurrection, which gives health and eternal life to those who believe in Christ. Regaining lordship over all the world, Christ says: All things have been given to me by my Father. And just as Job fathered other sons, so too did Christ, for the apostles, the sons of the Lord, succeeded the prophets.

Job died happily and in peace, but there is no death for the Lord. He is praised for ever, just as he was before time began, and as he always will be as time continues and moves into eternity.

من مؤلفات القديس زينون أسقف فيرونا (الكتاب 15،2 : PL 11، 441- 443) كان أيوب صورة للمسيح


    بقدرِ ما يمكنُنا أن نفهمَ الكتاب، نقولُ، أيُّها الإخوةُ الأعزّاء، إنَّ أيوبَ كانَ صورةً للمسيح. والمقارنةُ تبيِّنُ حقيقةَ هذا القول. قال الله إن أيوبَ هو رجلٌ بارٌّ. والرَّبُّ نفسُه هو البِرُّ الذي يستقي جميعُ الأبرارِ من ينابيعِه. ولهذا جاءَ في الكتاب: "وَتُشرِقُ لَكُم شَمسُ البِرِّ" (ملاخيا 3: 20). وقيلَ في أيوبَ إنَّه رجلٌ صادقٌ محبٌ للحقِّ. والحقُّ هو الرَّبُّ نفسُه الذي قالَ في الإنجيلِ المقدَّس: " أنَا الطَّرِيقُ وَالحَقُّ" (يوحنا 14: 6).
    كانَ أيوبُ رجلًا غنيًّا. ومَن أغنى من الرَّبّ؟ جميعُ الأغنياءِ هم خدَّامُه، وله الكونُ والخلقُ كلُّه، كما قالَ الطُّوباويُّ داود: "لِلرَّبِّ الأرضُ وَكُلُّ مَا فِيهَا، الدُّنيَا وَسَاكِنُوهَا" (مزمور 23: 1). جرَّبَ إبليسُ أيوبَ ثلاثَ مرَّاتٍ. ويقولُ الإنجيليُّ إنَّ إبليسَ حاولَ أن يُجرِّبَ الربَّ ثلاثَ مرَّاتٍ. خَسِرَ أيوبُ أموالَه. وكذلك تخلَّى الرَّبُّ حبًّا لنا عن الملكوتِ السَّماوي، وأصبحَ فقيرًا ليجعلَنا أغنياء. سلبَ إبليسُ أبناءَ أيوبَ وقتلَهم. وكذلك الشَّعبُ الفِرّيسيُّ غيرُ العاقِلِ قتلَ الأنبياءَ أبناءَ الله. كانَ أيوبُ مُثخَنًا بالجراح. وكذلك الرَّبُّ لما اتَّخذَ طبيعتَنا البشريّةَ، أصبحَ مُثخَنًا بجراحِ خطايا الجنسِ البشريّ.
    حرَّضَتْ أيوبَ زوجتُه على الشرّ. وجماعةُ الكنيسِ حرَّضتِ الرَّبَّ على اتّباعِ فسادِ الشُّيوخ. أصدقاءُ أيوبَ سَخِروا منه، وكذلك أهانَ الرَّبَّ كهنةُ الرَّبِّ وخدَّامُه. جلسَ أيوبُ على المَزبلة، وجلسَ الرَّبُّ في ما هو أسوأُ مِن ذلك، في حمأةِ هذا العالم، بين أناسٍ، هم مثلُ الدِّيدان، مَملُؤُون بالآثامِ والأطماعِ المتنوِّعة.
    استعادَ أيوبُ عافيتَه وأموالَه. والربُّ لمّا قامَ مِن بيِن الأمواتِ وهبَ المؤمنين به ليسَ فقط الصِّحّةَ والعافية، بل والخلودَ أيضًا. واستعادَ السِّيادةَ على الخَلقِ كلِّه، كما شَهِدَ بذلك هو نفسُه حينَ قال: "قَد سَلَّمَنِي أبِي كُلَّ شَيءٍ" (متى 11: 27). وَلَدَ أيوبُ أبناءً بدلَ الأبناءِ الذين فَقَدَهم. وكذلك الرَّبُّ وَلَدَ بعدَ الأنبياءِ أبناءً له هم الرُّسُلُ القدّيسون. رقَدَ أيوبُ البارُّ في سلام. والربًّ باقٍ ومبارَكٌ قبلَ الدُّهور ومنذ البدء وإلى أبدِ الدُّهور. آمين.

HOMÉLIE DE SAINT ZÉNON DE VÉRONE SUR JOB Job et le Christ



Autant qu'il nous est donné de le comprendre, frères très chers, Job offrait une préfiguration du Christ. Comparons-les pour saisir cette vérité. Job est appelé par Dieu un homme juste. Le Christ est la justice, et tous les bienheureux se désaltèrent à sa source ; car c'est de lui qu'il est dit: Pour vous se lèvera le soleil de justice. Job est appelé un homme vrai. Mais la vraie vérité, c'est le Seigneur, qui dit dans l'Évangile : Moi, je suis le Chemin et la Vérité.

Job fut riche. Et y a-t-il plus riche que le Seigneur, lui dont tous les riches sont les serviteurs, lui qui possède le monde entier et toute la nature, comme dit saint David : Au Seigneur, le monde et sa richesse, la terre et tous ses habitants. Le diable tenta Job par trois fois. De même, d'après l'Évangile, il a essayé par trois fois de tenter le Seigneur. Job a perdu toutes les richesses qu'il avait. Et le Seigneur a délaissé par amour pour nous tous les biens au ciel ; il s'est fait pauvre pour nous rendre riches. Le diable, dans sa fureur, a fait mourir les fils de Job. Et le peuple pharisien, dans sa folie, a tué les fils du Seigneur, les prophètes. Job fut couvert d'ulcères. Et le Seigneur, en s'incarnant, a été souillé par les péchés de tout le genre humain.

La femme de Job l'exhorte à pécher. Et la Synagogue pousse le Seigneur à imiter la conduite corrompue des anciens. On nous rapporte que les amis de Job l'insultèrent. Et le Seigneur a été insulté par ses prêtres, par ses adorateurs. Job est assis sur un fumier plein de vermine. Le Seigneur lui aussi gisait sur un véritable fumier, c'est-à-dire sur la boue de ce monde, parmi des hommes qui sont une véritable vermine, tout bouillants de crimes et de convoitises diverses.

Job a retrouvé la santé et la richesse. Le Seigneur, en ressuscitant, a donné à ceux qui croient en lui non pas seulement la santé, mais l'immortalité, et il a retrouvé sa domination sur toute la nature, comme il l'a lui-même affirmé : Tout m'a été confié par mon Père. Job a engendré des fils pour le remplacer. Le Seigneur aussi, après les prophètes, a engendré ses fils, les saints Apôtres. Job, ayant retrouvé le bonheur, s'est endormi dans la paix. Et le Seigneur demeure béni éternellement, avant les siècles, et à partir des siècles, et pour tous les siècles des siècles.

Elogio de san Fernando EL PODER TEMPORAL PUESTO AL SERVICIO DE DIOS Y DE LA IGLESIA


Fernando tercero, además de conquistador victorioso, fue gobernante modelo. Fomentó la restauración religiosa de España, en estrecha unión con el papa y con la jerarquía eclesiástica española. Con celo incansable promovió la organización de las sedes de Baeza, Jaén, Córdoba, Sevilla, Badajoz y Mérida. El aspecto más conocido y sobresaliente de su reinado es la Reconquista, que quedó virtualmente terminada en su tiempo. Protector de las ciencias y de las artes, la universidad de Salamanca le debe el comienzo de su florecimiento, y las catedrales de Burgos y Toledo lo proclaman mecenas de los artistas cristianos.
En medio de las glorias del mundo, fue piadoso, generoso con los vencidos, humilde hasta penitenciarse en público, mortificado con cilicios; dado a la oración.
A la vida y a la acción de san Fernando podrían aplicarse perfectamente aquellas palabras de san Agustín en su carta a Donato, procónsul de África:
«¡Ojalá no se encontrara la Iglesia agitada por tan grandes aflicciones que tenga necesidad del auxilio de poder alguno temporal! Y puesto que eres tú el que socorres a la madre Iglesia, favoreciendo a sus sincerísimos hijos, ¿quién no verá que hemos recibido del cielo un no pequeño alivio en estas aflicciones, cuando un tal varón como tú, amantísimo del nombre de Cristo, ha ascendido a la dignidad real?»

[AELF] Lectures du jour


Lectures de la messe

1ère lecture : « Je rendrai gloire à celui qui me donne la Sagesse » ( Si 51, 12c-20 )


Lecture du livre de Ben Sira le Sage

Je veux te rendre grâce et te louer,
je bénirai le nom du Seigneur.
Quand j'étais encore jeune
et que je n'avais pas erré çà et là,
aux yeux de tous j'ai cherché la Sagesse dans ma prière.
Devant le Temple, je priais pour la recevoir,
et jusqu'au bout je la rechercherai.
Depuis la fleur jusqu'à la maturité de la grappe,
elle a été la joie de mon cœur.
Mon pied s'est avancé sur le droit chemin ;
depuis ma jeunesse, je marchais sur ses traces.
Il m'a suffi de tendre un peu l'oreille pour la recevoir,
et j'y ai trouvé de grandes leçons.
Grâce à elle, j'ai progressé ;
je rendrai gloire à celui qui me donne la Sagesse.
J'ai résolu de la mettre en pratique,
ardemment j'ai désiré le bien,
et jamais je n'aurai à le regretter.
Pour elle, j'ai vaillamment combattu,
j'ai mis, à pratiquer la Loi, beaucoup d'exactitude.
J'ai levé mes mains vers le ciel,
j'ai déploré de la connaître si mal.
J'ai dirigé mon âme vers elle,
c'est dans la pureté que je l'ai trouvée.
Avec elle, dès le commencement, j'ai trouvé l'intelligence,
c'est pourquoi je ne serai jamais abandonné.


– Parole du Seigneur.

Psaume : ( 18b (19), 8, 9, 10, 11 )


R/

Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le cœur.

La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples.

 

Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le cœur ;
le commandement du Seigneur est limpide,
il clarifie le regard.

 

La crainte qu'il inspire est pure,
elle est là pour toujours ;
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables :

 

plus désirables que l'or,
qu'une masse d'or fin,
plus savoureuses que le miel
qui coule des rayons.

Evangile : « Par quelle autorité fais- tu cela ? » ( Mc 11, 27-33 )


Acclamation :

Alléluia. Alléluia.
Que la parole du Christ habite en vous
dans toute sa richesse,
et offrez par lui votre action de grâce à Dieu le Père.
Alléluia.

(cf. Col 3, 16a.17c)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
Jésus et ses disciples revinrent à Jérusalem.
Et comme Jésus allait et venait dans le Temple,
les grands prêtres, les scribes et les anciens vinrent le trouver.
Ils lui demandaient :
« Par quelle autorité fais-tu cela ?
Ou alors qui t'a donné cette autorité pour le faire ? »
Jésus leur dit :
« Je vais vous poser une seule question.
Répondez-moi,
et je vous dirai par quelle autorité je fais cela :
le baptême de Jean
venait-il du ciel ou des hommes ?
Répondez-moi. »
Ils se faisaient entre eux ce raisonnement :
« Si nous disons : "Du ciel",
il va dire :
"Pourquoi donc n'avez-vous pas cru à sa parole ?"
Mais allons-nous dire : "Des hommes" ? »
Ils avaient peur de la foule,
car tout le monde estimait que Jean était réellement un prophète.
Ils répondent donc à Jésus :
« Nous ne savons pas ! »
Alors Jésus leur dit :
« Moi, je ne vous dis pas non plus
par quelle autorité je fais cela. »


– Acclamons la Parole de Dieu.

30 mai 2015
Samedi, 8ème Semaine du Temps Ordinaire
vert de la férie

 

© AELF, Association Épiscopale Liturgique pour les Pays Francophones


vendredi 29 mai 2015

RORATE CÆLI: The Subverters of the Word of God

RORATE CÆLI: The Subverters of the Word of God

The high priest then questioned Jesus about his disciples and his teaching. Jesus answered him, "I have spoken openly to the world; I have always taught in synagogues and in the temple, where all Jews come together; I have said nothing secretly." (Jn 18:19-20)

***


May their names live in infamy forever and ever for their intent to assemble secretly to discard the clear words of Our Lord Jesus Christ in the name of Him Who Himself is Love, and to favor a certain kind of press to make their new doctrine known to the world:

BISHOPS:

Cardinal Reinhard Marx, president of the German Bishops' Conference, Archbishop of Munich and Freising
Archbishop Georges Pontier, president of the French Bishops' Conference, Archbishop of Marseille
Bishop Markus Büchel, president of the Swiss Bishops' Conference, Bishop of St. Gallen
Bishop Franz-Josef Bode of Osnabrück, Germany
Bishop Heiner Koch of Dresden-Meißen, Germany
Bishop Felix Gmür of Basel, Switzerland
Bishop Jean-Marie Lovey of Sitten, Switzerland
Bishop Bruno Ann-Marie Feillet of Reims, France
Bishop Jean-Luc Brunin of Le Havre, France

PROFESSORS/PRIESTS:

Father Hans Langendörfer SJ, secretary general, German Bishops Conference
Father Hans Zollner SJ, professor of psychology, vice-rector, Pontifical Gregorian University
Father Achim Buckenmaier, professor of dogmatic theology in the "Akademie für die Theologie des Volkes Gottes" Institute of the Pontifical Lateran University, Rome; consultor to the Pontifical Council for Promoting the New Evangelization
Father Andreas R. Batlogg SJ, professor of philosophy and theology, chief editor Stimmen der Zeit
Father Alain Thomasset SJ, professor of moral theology at Centre Sèvres, France
Father Humberto Miguel Yañez SJ, dean of moral theology, Pontifical Gregorian University
Father Eberhard Schockenhoff, professor of moral theology at the Albert-Ludwigs-Universität Freiburg, Germany
Father Philippe Bordeyne, professor of theology, Institut Catholique de Paris

Professor Thomas Söding, professor of biblical theology at Ruhr-Universität Bochum, Germany
Professor Werner G. Jeanrond, theologian, Master of St Benet's Hall, Oxford, England
Professor François Xavier Amherdt, theologian, University of Fribourg, Switzerland
Professor Erwin Dirscherl, dogmatic theologian, University of Regensburg, Germany
Professor Monique Baujard, director, Service National Famille et Société at the French bishops' conference
Professor Eva Maria Faber, dogmatic and fundamental theologian and rector of Chur Theological College, Switzerland
Professor Thierry Collaud, theologian, University of Fribourg, Switzerland
Professor Francine Charoy, professor of moral theology, Institut Catholique de Paris
Professor Anne-Marie Pelletier, biblicist at the European Institute of Science of Religions (IESR)

OTHER:

Msgr. Markus Graulich SDB, prelate auditor of the tribunal of the Roman Rota
Marco Impagliazzo, President of Sant'Egidio lay community

MEDIA:

Simon Hehli, journalist, Neue Zürcher Zeitung
Tilmann Kleinjung, ARD television correspondent
Michael Bewerunge, ZDF television correspondent
Jörg Bremer, Frankfurter Allgemeine Zeitung, Vatican and Italy correspondent
Frédéric Mounier, correspondent, La Croix, Catholic daily, France
Marco Ansaldo, journalist, La Repubblica (Italian daily)
Antoine-Marie Izoard, director, I-Media French Catholic news agency, Rome
Father Bernd Hagenkord SJ, director of Vatican Radio (German edition)

[Eternal gratitude to Edward Pentin for this important revelation - the Synodal Fathers are forewarned.]

De los tratados morales de san Gregorio Magno, papa, sobre el libro de Job (Libro 10, 47-48: PL 75, 946-947) EL TESTIGO INTERIOR


El que es el hazmerreír de su vecino, como lo soy yo, llamará a Dios, y éste lo escuchará. Muchas veces nuestra débil alma, cuando recibe por sus buenas acciones el halago de los aplausos humanos, se desvía hacia los goces exteriores, posponiendo las apetencias espirituales, y se complace, con un abandono total, en las alabanzas que le llegan de fuera, encontrando así mayor placer en ser llamada dichosa que en serlo realmente. Y así, embelesada por las alabanzas que escucha, abandona lo que había comenzado. Y aquello qué había de serle un motivo de alabanza en Dios se le convierte en causa de separación de él.
Otras veces, por el contrario, la voluntad se mantiene firme en el bien obrar, y, sin embargo, sufre el ataque de las burlas de los hombres; hace cosas admirables, y recibe a cambio desprecios; de este modo, pudiendo salir fuera de sí misma por las alabanzas, al ser rechazada por la afrenta, vuelve a su interior, y allí se afinca más sólidamente en Dios, al no encontrar descanso fuera. Entonces pone toda su esperanza en el Creador y frente al ataque de las burlas, implora solamente la ayuda del testigo interior; así, el alma afligida, rechazada por el favor de los hombres, se acerca más a Dios; se refugia totalmente en la oración, y las dificultades que halla en lo exterior hacen que se dedique con más pureza a penetrar las cosas del espíritu.
Con razón, pues, se afirma aquí: El que es el hazmerreír de su vecino, como lo soy yo, llamará a Dios, y éste lo escuchará, porque los malvados, al reprobar a los buenos, demuestran con ello cuál es el testigo que buscan de sus actos. En cambio, el alma del hombre recto, al buscar en la oración el remedio a sus heridas, se hace tanto más acreedora a ser escuchada por Dios cuanto más rechazada se ve de la aprobación de los hombres.
Hay que notar, empero, cuán acertadamente se añaden aquellas palabras: Como lo soy yo; porque hay algunos que son oprimidos por las burlas de los hombres y, sin embargo, no por eso Dios los escucha. Pues, cuando la burla tiene por objeto alguna acción culpable, entonces no es ciertamente ninguna fuente de mérito.
El hombre honrado y cabal es el hazmerreír. Lo propio de la sabiduría de este mundo es ocultar con artificios lo que siente el corazón, velar con las palabras lo que uno piensa, presentar lo falso como verdadero, y lo verdadero como falso.
La sabiduría de los hombres honrados, por el contrario, consiste en evitar la ostentación y el fingimiento, en manifestar con las palabras su interior, en amar lo verdadero tal cual es, en evitar lo falso, en hacer el bien gratuitamente, en tolerar el mal de buena gana, antes que hacerlo; en no quererse vengar de las injurias, en tener como ganancia los ultrajes sufridos por causa de la justicia. Pero esta honradez es el hazmerreír, porque los sabios de este mundo consideran una tontería la virtud de la integridad. Ellos tienen por una necedad el obrar con rectitud, y la sabiduría según la carne juzga una insensatez toda obra conforme a la verdad.

COMMENTAIRE DE SAINT GRÉGOIRE LE GRAND SUR LE LIVRE DE JOB Le témoin intérieur



Celui qui, comme moi, est tourné en dérision par ses amis, invoquera Dieu, qui l'exaucera. Souvent, l'âme fragile, lorsqu'elle est enveloppée, pour ses bonnes actions, par la brise caressante de la faveur humaine, se laisse entraîner vers les joies extérieures, néglige ce qu'elle désirait intérieurement et demeure sans force devant les appels qui lui parviennent du dehors ; au point qu'elle se réjouit moins d'être bienheureuse que d'en avoir la réputation. En buvant les paroles qui font son éloge, elle abandonne sa première entreprise. Ainsi, elle se sépare de Dieu pour le motif même qui la faisait paraître digne d'éloge à cause Dieu.

Mais il arrive aussi que l'âme persévère dans le bien, et pourtant subisse la dérision des hommes. Elle agit de manière admirable, et elle reçoit des injures. Alors celui que les louanges auraient pu attirer au dehors, repoussé par les affronts, rentre en lui-même. Et il s'affermit en Dieu d'autant plus solidement qu'il ne trouve à l'extérieur rien où il puisse se reposer. Il met toute son espérance dans son Créateur et, au milieu des moqueries outrageantes, il n'implore plus que le témoin intérieur. L'âme de l'homme affligé s'approche de Dieu d'autant plus qu'il est délaissé par la faveur des hommes. Il se répand aussitôt en prière, et sous l'oppression venue du dehors, il se purifie pour saisir les réalités intérieures.

C'est pourquoi notre texte dit avec raison : Celui qui, comme moi, est tourné en dérision, par ses amis, invoquera Dieu, qui l'exaucera, parce que les hommes mauvais, en blâmant l'esprit des bons, montrent quel témoin de leurs actes ceux-ci doivent chercher. Lorsque ces malheureux trouvent des armes dans la prière, ils rejoignent intérieurement la bonté divine : celle-ci les exauce parce que, extérieurement, ils sont privés de la louange des hommes.

Remarquez la portée de cette parenthèse : comme moi parce qu'il y a certains hommes que les moqueries humaines découragent, mais que Dieu n'est pas disposé à exaucer. Car, lorsque la raillerie est dirigée contre le péché, il est évident qu'elle ne produit aucun mérite vertueux.

On tourne en dérision la simplicité du juste. La sagesse de ce monde consiste à dissimuler le cœur sous des artifices, à voiler la pensée par des paroles, à montrer comme vrai ce qui est faux, à prouver la fausseté de ce qui est vrai.

Au contraire, la sagesse des justes consiste à ne rien inventer pour se faire valoir, à livrer sa pensée dans ses paroles, à aimer la vérité comme elle est, à fuir la fausseté, à faire le bien gratuitement, à préférer supporter le mal plutôt que de le faire, à ne jamais chercher à se venger d'une offense, à considérer comme un bénéfice l'insulte qu'on reçoit pour la vérité. Mais c'est précisément cette simplicité des justes qui est tournée en dérision, car les sages de ce monde croient que la pureté est une sottise. Tout ce qui se fait avec intégrité, ils le considèrent évidemment comme absurde ; tout ce que la Vérité approuve dans la conduite des hommes apparaît une sottise à la sagesse charnelle.

[AELF] Lectures du jour


Lectures de la messe

1ère lecture : Nos ancêtres furent des hommes de miséricorde ; et leur nom reste vivant pour toutes les générations ( Si 44, 1.9-13 )


Lecture du livre de Ben Sira le Sage

Faisons l'éloge de ces hommes glorieux
qui sont nos ancêtres.
Il y en a d'autres dont le souvenir s'est perdu ;
ils sont morts, et c'est comme s'ils n'avaient jamais existé,
c'est comme s'ils n'étaient jamais nés,
et de même leurs enfants après eux.
Il n'en est pas ainsi des hommes de miséricorde,
leurs œuvres de justice n'ont pas été oubliées.
Avec leur postérité se maintiendra
le bel héritage que sont leurs descendants.
Leur postérité a persévéré dans les lois de l'Alliance,
leurs enfants y sont restés fidèles grâce à eux.
Leur descendance subsistera toujours,
jamais leur gloire ne sera effacée.


– Parole du Seigneur.

Psaume : ( 149, 1-2, 3-4, 5-6a.9b )


R/

Le Seigneur aime son peuple !
ou : Alléluia !

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
louez-le dans l'assemblée de ses fidèles !
En Israël, joie pour son créateur ;
dans Sion, allégresse pour son Roi !

 

Dansez à la louange de son nom,
jouez pour lui, tambourins et cithares !
Car le Seigneur aime son peuple,
il donne aux humbles l'éclat de la victoire.

 

Que les fidèles exultent, glorieux,
criant leur joie à l'heure du triomphe.
Qu'ils proclament les éloges de Dieu :
c'est la fierté de ses fidèles.

Evangile : « Ma maison sera appelée maison de prière pour toutes les nations. Ayez foi en Dieu » ( Mc 11, 11-25 )


Acclamation :

Alléluia. Alléluia.
C'est moi qui vous ai choisis,
afin que vous alliez, que vous portiez du fruit,
et que votre fruit demeure, dit le Seigneur.
Alléluia.

(cf. Jn 15, 16)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Après son arrivée au milieu des acclamations de la foule,
Jésus entra à Jérusalem, dans le Temple.
Il parcourut du regard toutes choses
et, comme c'était déjà le soir,
il sortit pour aller à Béthanie avec les Douze.
Le lendemain, quand ils quittèrent Béthanie,
il eut faim.
Voyant de loin un figuier qui avait des feuilles,
il alla voir s'il y trouverait quelque chose ;
mais, en s'approchant, il ne trouva que des feuilles,
car ce n'était pas la saison des figues.
Alors il dit au figuier :
« Que jamais plus personne ne mange de tes fruits ! »
Et ses disciples avaient bien entendu.


Ils arrivèrent à Jérusalem.
Entré dans le Temple, Jésus se mit à expulser
ceux qui vendaient et ceux qui achetaient dans le Temple.
Il renversa les comptoirs des changeurs
et les sièges des marchands de colombes,
et il ne laissait personne transporter quoi que ce soit
à travers le Temple.
Il enseignait, et il déclarait aux gens :
« L'Écriture ne dit-elle pas :
Ma maison sera appelée
maison de prière pour toutes les nations ?

Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. »
Apprenant cela, les grands prêtres et les scribes
cherchaient comment le faire périr.
En effet, ils avaient peur de lui,
car toute la foule était frappée par son enseignement.
Et quand le soir tomba,
Jésus et ses disciples s'en allèrent hors de la ville.


Le lendemain matin, en passant,
ils virent le figuier qui était desséché jusqu'aux racines.
Pierre, se rappelant ce qui s'était passé,
dit à Jésus :
« Rabbi, regarde :
le figuier que tu as maudit est desséché. »
Alors Jésus, prenant la parole, leur dit :
« Ayez foi en Dieu.
Amen, je vous le dis :
quiconque dira à cette montagne :
"Enlève- toi de là,
et va te jeter dans la mer",
s'il ne doute pas dans son cœur,
mais s'il croit que ce qu'il dit arrivera,
cela lui sera accordé !
C'est pourquoi, je vous le dis :
tout ce que vous demandez dans la prière,
croyez que vous l'avez obtenu,
et cela vous sera accordé.
Et quand vous vous tenez en prière,
si vous avez quelque chose contre quelqu'un,
pardonnez,
afin que votre Père qui est aux cieux
vous pardonne aussi vos fautes. »


– Acclamons la Parole de Dieu.

29 mai 2015
Vendredi, 8ème Semaine du Temps Ordinaire
vert de la férie

 

© AELF, Association Épiscopale Liturgique pour les Pays Francophones


jeudi 28 mai 2015

Jueves de la Octava Semana del Tiempo Ordinario

San Gregorio Magno (c. 540-604), papa y doctor de la Iglesia 
Homilías sobre el evangelio, n°2 ; PL 76, 1081 

«Gritaba más fuerte»

    Que todo hombre que sabe que las tinieblas hacen de él un ciego... grite desde el fondo de su ser: «Jesús, hijo de David, ten misericordia de mí». Pero escucha también lo que sigue a los gritos del ciego: «los que iban delante lo regañaban para que se callara» (Lc 18,39). ¿Quiénes son estos? Ellos están ahí para representar los deseos de nuestra condición humana en este mundo, los que nos arrastran a la confusión, los vicios del hombre y el temor, que, con el deseo de impedir nuestro encuentro con Jesús, perturban nuestras mentes mediante la siembra de la tentación y quieren acallar la voz de nuestro corazón en la oración. En efecto, suele ocurrir con frecuencia  que nuestro deseo de volver de nuevo  a Dios... nuestro esfuerzo de alejar nuestros pecados por la oración, se ven frustrados por estos: la vigilancia de nuestro espíritu se relaja al entrar en contacto con ellos, llenan de confusión  nuestro corazón y ahogan el grito de nuestra oración... 

Le Salon Beige - blog quotidien d'actualité par des laïcs catholiques: Faire basculer le synode vers l’acceptation des unions homosexuelles

Le Salon Beige - blog quotidien d'actualité par des laïcs catholiques: Faire basculer le synode vers l'acceptation des unions homosexuelles
C'était le but de la rencontre informelle et très discrète de certains évêques à Rome, autour du très controversé (voir ici, ici, ici et ) cardinal Marx, selon le vaticaniste Edward Pentin. Il a rendu compte dans le National Catholic Register de cette rencontre confidentielle. Jeanne Smits a traduit ce qu'en dit Pentin :

"La rencontre a rassemblé une cinquantaine de participants : des théologiens, des évêques et même des représentants des médias, à l'invitation des présidents des conférences épiscopales d'Allemagne, de Suisse et de France, soit le cardinal Marx, Mgr Markus Büchel et Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille. Tout cela, on le sait, en revanche, la réunion s'est tenue à huis-clos et l'un des thèmes clefs, selon des participants qui ont tout de même parlé, était de déterminer comment  l'Eglise peut mieux accueillir les personnes se trouvant au sein d'unions stables de même sexe. Il semblerait que « personne » ne se soit opposé à la reconnaissance par l'Eglise de ces unions comme étant valides.

Incise.

— S'il y avait des représentants des médias, la rencontre ne peut pas avoir été confidentielle et discrète, et encore moins secrète !, direz-vous.

Mais si, justement. Un journaliste sait se taire, c'est même une de ses principales et paradoxales qualités. Il sait quoi dire, et jusqu'où. Il semble, s'il faut en croire Edward Pentin, ou plutôt un observateur qu'il cite, que ces représentants des médias soient importants dans le dispositif, leur rôle étant de promouvoir les thèmes soulevés et leur traitement, conformément aux choix de ce Rhineland Group qui pivote autour de l'épiscopat allemand, dans les semaines qui précéderont le synode sur la famille à l'automne prochain. Pour la France, des journalistes de La Croix  et d'I-Media étaient présents selon The New Catholic Register qui affirme être en possession de la liste complète des participants

Quoi qu'il en soit la rencontre aura été à la fois une opération discrète et une opération de communication. S'agit-il de préparer les esprits à une tentative massive de modification de l'enseignement multi-séculaire – et surtout certain ! – de l'Eglise catholique ?

Outre le nouveau regard sur les unions homosexuelles, les participants ont évoqué, selon Pentin, la nécessité de « développer » l'enseignement de l'Eglise sur la sexualité humaine, afin de remplacer la « théologie du corps » de saint Jean-Paul II par une « théologie de l'amour ». [...]

Mais poursuivons avec Pentin. « Un prêtre suisse a mis en avant « l'importance de la libido humaine » ; un autre participant, parlant de la communion pour les divorcés remariés, demande : « Comment pouvons-nous la refuser, comme si c'était une punition pour les gens qui ont eu un échec et qui ont trouvé un nouveau partenaire avec qui commencer une nouvelle vie ? » [...] 

Edward Pentin rapporte que le cardinal Reinhard Marx est sorti de la réunion en insistant sur le fait qu'elle n'était pas « secrète », mais pressé de questions sur le manque de publicité qui lui avait été donnée, il s'est irrité, affirmant qu'il était là de manière « privée » et qu'il avait tous les droits de s'y rendre comme il voulait.

Personne ne se trompe en tout cas sur les grands objectifs de la rencontre, discrète ou pas, puisque le cardinal Marx ne cache pas sa volonté de voir modifier l'approche de l'Eglise vis-à-vis des homosexuels : dimanche dernier, jour de la Pentecôte, son homélie appelait à une « culture de l'accueil » de la part de l'Eglise à l'égard des homosexuels : « Ce ne sont pas les différences qui comptent, mais ce qui nous unit. »

Parmi les participants, Edward Pentin évoque la présence du chef de la conférence épiscopale suisse, Mgr Büchel de Sankt-Gallen qui préconise l'ordination des femmes. Mgr Pontier, également présent, ne brille pas par la rigueur de ses déclarations. Le Père jésuite Hans Langendörfer, secrétaire général de la conférence épiscopale d'Allemagne, a été la cheville ouvrière de lois du travail allemandes qui permettent aux divorcés remariés et aux couples homosexuels de travailler au sein d'institutions catholiques.

Une mention spéciale pour le P. Eberhard Schockendorff, théologien moral : les catholiques allemands de tournure plus traditionnelle y voient le « cerveau » des attaques contre l'enseignement certain de l'Eglise au sein de l'épiscopat allemand. Il est connu comme critique de Humanae vitae et comme soutien du clergé homosexuel, ainsi que de tous ceux qui demandent une modification de l'éthique sexuelle. Dès 2010, il donnait une interview où il rendait hommage à la permanence et à la solidarité que l'on constate au sein de certaines unions homosexuelles, d'une réelle « valeur éthique », disait-il. Toute évaluation des actes homosexuels « doit être reléguée au siège arrière » parce que les fidèles se distancient toujours davantage de la « morale sexuelle catholique » qui leur paraît « irréaliste et hostile », disait-il. Le pape et les évêques « doivent prendre cela au sérieux et ne pas rejeter ces idées comme laxistes », disait-il. Sans surprise, il propose de « libérer » la théologie morale de la « loi naturelle » et que la conscience doit s'appuyer sur « l'expérience de vie des fidèles ». Il est partisan de l'accès des divorcés remariés à la communion au motif que cela « ne remet pas sérieusement en cause l'indissolubilité du mariage », ce qui est le signe soit d'un ramollissement cérébral soit d'une totale absence de foi en la présence réelle de Notre Seigneur dans l'Eucharistie…

Edward Pentin cite encore parmi les présents Marco Impagliazzo, président de la communauté laïque Sant'Egidio, le père jésuite Andreas Battlogg, professeur de philosophie et de théologie, rédacteur en chef du journal de gauche Zimmen der Zeit, et le salésien Mgr Markus Graulich, auditeur prélat de la Rote romaine, l'un des rares représentants officiels de la Curie à prendre part à ce qu'il faut bien appeler cet exercice subversif. [...]"

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2015/05/faire-basculer-le-synode-vers-lacceptation-des-unions-homosexuelles.html