Follow by Email

lundi 29 février 2016

De las homilías de san Basilio Magno, obispo (Homilía 20, sobre la humildad, 3: PG 31, 530-531) EL QUE SE GLORÍE, QUE SE GLORÍE EN EL SEÑOR


No se gloríe el sabio de su sabiduría, no se gloríe el fuerte de su fortaleza, no se gloríe el rico de su riqueza. Entonces, ¿en qué puede gloriarse con verdad el hombre? ¿Dónde halla su grandeza? Quien se gloria —continúa el texto sagrado—, que se gloríe de esto: de conocerme y comprender que soy el Señor.
En esto consiste la sublimidad del hombre, su gloria y su dignidad, en conocer dónde se halla la verdadera grandeza y adherirse a ella, en buscar la gloria que procede del Señor de la gloria. Dice, en efecto, el Apóstol: El que se gloríe, que se gloríe en el Señor, afirmación que se halla en aquel texto: Cristo, que Dios ha hecho para nosotros sabiduría, justicia, santificación y redención; y así —como dice la Escritura—: «El que se gloríe, que se gloríe en el Señor». Por tanto, lo que hemos de hacer para gloriarnos de un modo perfecto e irreprochable en el Señor es no enorgullecernos de nuestra propia justicia, sino reconocer que en verdad carecemos de ella y que lo único que nos justifica es la fe en Cristo. En esto precisamente se gloría Pablo, en despreciar su propia justicia y en buscar la que se obtiene por la fe y que procede de Dios, para así tener íntima experiencia de Cristo, del poder de su resurrección y de la comunión en sus padecimientos, muriendo su misma muerte, con la esperanza de alcanzar la resurrección de entre los muertos. Así caen por tierra toda altivez y orgullo. El único motivo que te queda para gloriarte, oh hombre, y el único motivo de esperanza consiste en hacer morir todo lo tuyo y buscar la vida futura en Cristo; de esta vida poseemos ya las primicias, es algo ya incoado en nosotros, puesto que vivimos en la gracia y en el don de Dios. Y es el mismo Dios quien activa en nosotros el querer y la actividad para realizar su designio de amor. Y es Dios también el que, por su Espíritu, nos revela su sabiduría, la que de antemano destinó para nuestra gloria. Dios nos da fuerzas y resistencia en nuestros trabajos. He trabajado más que todos —dice Pablo—; aunque no he sido yo, sino la gracia de Dios conmigo. Dios saca del peligro más allá de toda esperanza humana. En nuestro interior —dice también el Apóstol— dimos por descontada la sentencia de muerte; así aprendimos a no confiar en nosotros, sino en Dios que resucita a los muertos. Él nos salvó y nos salva de esas muertes terribles; en él está nuestra esperanza, y nos seguirá salvando.

From a homily by Saint Basil the Great, bishop (Hom. 20 De humiliate, 3: PG 31, 530-531) Boast only of the Lord



The wise man must not boast of his wisdom, nor the strong man of his strength, nor the rich man of his riches. What then is the right kind of boasting? What is the source of man’s greatness? Scripture says: The man who boasts must boast of this, that he knows and understands that I am the Lord. Here is man’s greatness, here is man’s glory and majesty: to know in truth what is great, to hold fast to it, and to seek glory from the Lord of glory. The Apostle tells us: The man who boasts must boast of the Lord. He has just said: Christ was appointed by God to be our wisdom, our righteousness, our sanctification, our redemption, so that, as it is written, a man who boasts must boast of the Lord.

Boasting of God is perfect and complete when we take no pride in our own righteousness but acknowledge that we are utterly lacking in true righteousness and have been made righteous only by faith in Christ.

Paul boasts of the fact that he holds his own righteousness in contempt and seeks the righteousness in faith that comes through Christ and is from God. He wants only to know Christ and the power of his resurrection and to have fellowship with his sufferings by taking on the likeness of his death, in the hope that somehow he may arrive at the resurrection of the dead.

Here we see all overweening pride laid low. Humanity, there is nothing left for you to boast of, for your boasting and hope lie in putting to death all that is your own and seeking the future life that is in Christ. Since we have its first fruits we are already in its midst, living entirely in the grace and gift of God.

It is God who is active within us, giving us both the will and the achievement, in accordance with his good purpose. Through his Spirit, God also reveals his wisdom in the plan he has preordained for our glory.

God gives power and strength in our labors. I have toiled harder than all the others, Paul says, but it is not I but the grace of God, which is with me.

God rescues us from dangers beyond all human expectation. We felt within ourselves that we had received the sentence of death, so that we might not trust ourselves but in God, who raises the dead; from so great a danger did he deliver us, and does deliver us; we hope in him, for he will deliver us again.

من مواعظ القديس باسيليوس الكبير الأسقف (العظة 20، في التواضع، 3: PG 31، 530- 531) من أراد أن يفتخر فليفتخر في الرب


     "لا يَفتَخِرِ الحَكِيمُ بِحِكمَتِهِ، وَلا يَفتَخِرِ الجَبَّارُ بِجَبَرُوتِهِ، وَلا يَفتَخِرِ الغَنِيُّ بِغِنَاهُ" (إرميا ٩: ٢٢-٢٣).

     وما هو الافتخارُ الحقيقيُّ، وفِيمَ يكونُ الإنسانُ كبيرًا؟ "بِهَذَا لِيَفتَخِرْ المُفتَخِرُ، بِأنَّهُ يَفهَمُ وَيَعرِفُنِي، لأنّي أنَا الرَّبُّ" (إرميا ٩: ٢٣).

     هذه هي رِفعةُ الإنسانِ، هذا هو مجدُه وجلالُه: أن يَعرِفَ حقًّا مَن هو كَبِيرٌ، وأن يَتَمسَّكَ به وأن يأخُذَ المجدَ من ربِّ المجد. قالَ الرَّسول: "مَن افتَخَرَ فَلْيَفتَخِرْ فِي الرَّبِّ" (١ قورنتس ١: ٣١). وقالَ إنَّ يسوعَ المسيحِ: "صَارَ لَنَا حِكمَةً مِن لَدُنِ الله وَبِرًّا وَقَدَاسَةً وَفِدَاءً، لِيَتِمَّ مَا وَرَدَ فِي الكِتَابِ: مَن افتَخَرَ فَلْيَفتَخِرْ فِي الرَّبِّ" (١ قورنتس ١: ٣١).

     يكونُ هذا الافتخارُ الكاملُ والتَّامُّ في الله، عندما يفتخرُ أحدٌ لا ببِرِّهِ بل يَعلَمُ أنّه مجرَّدٌ من البِرِّ الحقيقيِّ، وإنّما بُرِّرَ فقط بالإيمانِ بيسوعَ المسيح.

     وبهذا يفتخرُ بولس، أنّه يزدري بِرَّ نفسِه. وإنّما يبحثُ عن البِرِّ الذي هو بالمسيحِ والذي هو من الله، عن البِرِّ في الإيمانِ، لِيَعرِفَهُ ويَعرِفَ قدرةَ قيامتِه ويشارِكَ في آلامِه، فيصيرَ شبيهًا بموتِه، إن أرادَ بطريقةٍ ما أن يصلَ إلى قيامةِ الموتى.

     هنا يَسقُطُ كلُّ تعالٍ وكلُّ كبريَاءٍ. لم يَبقَ لكَ شيءٌ تَقدِرُ أن تفتخرَ به، أيُّها الإنسان، لأنَّ افتخارَكَ ورجاءَك هما فيه، لتُمِيتَ كلَّ ما لَكَ، وتطلبَ الحياةَ المقُبِلَةَ في المسيح. وقد حصَلْنا على بواكِيرِها ونحن هنا، ولهذا فنحن نحيا حياةً كاملةً في نعمةِ اللهِ وهباتِه.

     "إنَّ الله هُوَ الَّذِي يَعمَلُ فِيكُم الإرَادَةَ وَالعَمَلَ فِي سَبِيلِ رِضَاهُ" (فيلبي ٢: ١٣). ومرَّةً أخرى يَكشِفُ اللهُ بالرُّوحِ القُدُسِ عن حكمتِه التي سبقَ وحدَّدَ أن تكونَ لمجدِنا.

     إنَّ اللهَ يمنحُ القوَّةَ والصَّبرَ في المشَقَّات. "قَد جَهَدْتُ أكثَرَ مِنهُم جَمِيعًا، وَمَا أنَا جَهَدْتُ، بَل نِعمَةُ الله الَّتِي هِيَ مَعِي" (١ قورنتس ١٥: ١٠).

     إنَّ اللهَ يُنَجِّي من المهالكِ فوقَ كلِّ رجاءٍ بشَرِيٍّ. "أحسَسْنَا أنَّهُ قُضِيَ عَلَينَا بِالمَوتِ، لِئَلا نَتَّكِلَ عَلَى أنفُسِنَا، بَل عَلَى الله الَّذِي يُقِيمُ الأموَاتَ. فَهُوَ الَّذِي أنقَذَنَا مِن أمثَالِ هَذَا المَوتِ وَسَيُنقِذُنَا مِنهُ" (٢ قورنتس ١: ١٠).

HOMÉLIE DE SAINT BASILE SUR L'HUMILITÉ « Notre fierté, c'est la croix du Christ »


Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, que le vaillant se glorifie pas de sa vaillance, que le riche ne se glorifie de sa richesse ! Alors, où est la vraie gloire et en quoi l'homme est-il vraiment grand ? Le prophète répond : Celui qui veut se glorifier trouvera sa gloire s'il reconnaît et comprend que je suis le Seigneur.

Voilà quelle est la noblesse de l'homme, voilà quelle est sa gloire et sa grandeur : connaître vraiment ce qui est grand et s'y unir, et rechercher sa gloire dans la gloire de Dieu. L'Apôtre dit en effet : Celui qui se glorifie, qu'il se glorifie dans le Seigneur, après avoir dit : Le Christ a été envoyé pour être notre sagesse, pour être notre justice, notre sanctification, notre rédemption. ~

Voilà quelle est en Dieu notre fierté parfaite et exacte : ne pas se flatter de sa propre justice, mais savoir qu'on est dépourvu de vraie justice et ne trouver sa justice que dans la foi au Christ. Et c'est en cela que Paul se glorifie, car il méprise sa propre justice : il recherche cette justice qui est donnée par le Christ, qui vient de Dieu et qui consiste en la foi, pour connaître le Christ, éprouver la puissance de sa résurrection, et communier aux souffrances de sa passion, en reproduisant sa mort dans l'espoir de parvenir à ressusciter d'entre les morts.

Alors, toute la prétention de l'orgueil s'écroule. Il ne te reste plus rien, pauvre homme, dont tu puisses te vanter, où tu puisses mettre ta fierté et ton espérance. Il ne te reste qu'à mortifier tout ce que tu possèdes, qu'à chercher dans le Christ ta vie future. Nous l'avons par avance, nous y sommes déjà, puisque nous vivons entièrement par la grâce que Dieu nous donne.

Et certes, c'est l'action de Dieu qui produit en nous la volonté et l'action, parce qu'il veut notre bien. En outre Dieu nous révèle par son Esprit sa sagesse qui a préparé notre gloire. Et c'est Dieu qui nous donne la force dont nous avons besoin dans nos labeurs. J'ai travaillé plus qu'eux tous, dit saint Paul ; non pas moi, mais la grâce de Dieu qui est avec moi.

Dieu nous a délivrés de tout danger au-delà de toute espérance humaine. Nous avions reçu en nous-mêmes notre arrêt de mort, dit saint Paul. Ainsi notre confiance ne pouvait plus se fonder sur nous-mêmes, mais sur Dieu qui ressuscite les morts. C'est lui qui nous a arrachés à une telle mort et nous en arrachera ; en lui nous avons mis notre espérance : il nous en arrachera encore.

LECTURES (LUNDI, 3ÈME SEMAINE DE CARÊME)


PREMIÈRE LECTURE
2 R 5, 1-15a

« Il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien »

Lecture du deuxième livre des Rois

En ces jours- là,
Naaman, général de l’armée du roi d’Aram,
était un homme de grande valeur et hautement estimé par son maître,
car c’est par lui que le Seigneur avait donné la victoire
au royaume d’Aram.
Or, ce vaillant guerrier était lépreux.
Des Araméens, au cours d’une expédition en terre d’Israël,
avaient fait prisonnière une fillette
qui fut mise au service de la femme de Naaman.
Elle dit à sa maîtresse :
« Ah ! si mon maître s’adressait
au prophète qui est à Samarie,
celui- ci le délivrerait de sa lèpre. »
Naaman alla auprès du roi et lui dit :
« Voilà ce que la jeune fille d’Israël a déclaré. »
Le roi d’Aram lui répondit :
« Va, mets-toi en route.
J’envoie une lettre au roi d’Israël. »
Naaman partit donc ;
il emportait dix lingots d’argent, six mille pièces d’or
et dix vêtements de fête.
Il remit la lettre au roi d’Israël. Celle-ci portait :
« En même temps que te parvient cette lettre,
je t’envoie Naaman mon serviteur,
pour que tu le délivres de sa lèpre. »
Quand le roi d’Israël lut ce message,
il déchira ses vêtements et s’écria :
« Est-ce que je suis Dieu,
maître de la vie et de la mort ?
Ce roi m’envoie un homme
pour que je le délivre de sa lèpre !
Vous le voyez bien : c’est une provocation ! »
Quand Élisée, l’homme de Dieu,
apprit que le roi d’Israël avait déchiré ses vêtements,
il lui fit dire :
« Pourquoi as- tu déchiré tes vêtements ?
Que cet homme vienne à moi,
et il saura qu’il y a un prophète en Israël. »

Naaman arriva avec ses chevaux et son char,
et s’arrêta à la porte de la maison d’Élisée.
Élisée envoya un messager lui dire :
« Va te baigner sept fois dans le Jourdain,
et ta chair redeviendra nette, tu seras purifié. »
Naaman se mit en colère et s’éloigna en disant :
« Je m’étais dit :
Sûrement il va sortir,
et se tenir debout
pour invoquer le nom du Seigneur son Dieu ;
puis il agitera sa main au-dessus de l’endroit malade
et guérira ma lèpre.
Est-ce que les fleuves de Damas,
l’Abana et le Parpar,
ne valent pas mieux que toutes les eaux d’Israël ?
Si je m’y baignais,
est-ce que je ne serais pas purifié ? »
Il tourna bride et partit en colère.
Mais ses serviteurs s’approchèrent pour lui dire :
« Père ! Si le prophète t’avait ordonné quelque chose de difficile,
tu l’aurais fait, n’est-ce pas ?
Combien plus, lorsqu’il te dit :
“Baigne-toi, et tu seras purifié.” »
Il descendit jusqu’au Jourdain et s’y plongea sept fois,
pour obéir à la parole de l’homme de Dieu ;
alors sa chair redevint semblable à celle d’un petit enfant :
il était purifié !
Il retourna chez l’homme de Dieu avec toute son escorte ;
il entra, se présenta devant lui et déclara :
« Désormais, je le sais :
il n’y a pas d’autre Dieu, sur toute la terre,
que celui d’Israël ! »

– Parole du Seigneur.

PSAUME
Ps 41 (42), 2, 3 ; 42 (43), 3, 4

R/. Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant. (41, 3ab)

Comme un cerf altéré
cherche l’eau vive,
ainsi mon âme te cherche,
toi, mon Dieu.

Mon âme a soif de Dieu,
le Dieu vivant ;
quand pourrai- je m’avancer,
paraître face à Dieu ?

Envoie ta lumière et ta vérité :
qu’elles guident mes pas
et me conduisent à ta montagne sainte,
jusqu’en ta demeure.

J’avancerai jusqu’à l’autel de Dieu,
vers Dieu qui est toute ma joie ;
je te rendrai grâce avec ma harpe,
Dieu, mon Dieu !

ACCLAMATION
Ps 129, 5.7

Gloire au Christ,
Sagesse éternelle du Dieu vivant.
Gloire à toi, Seigneur.
J’espère le Seigneur, et j’attends sa parole
près du Seigneur est l’amour, l’abondance du rachat.
Gloire au Christ,
Sagesse éternelle du Dieu vivant.
Gloire à toi, Seigneur.

EVANGILE
Lc 4, 24-30

Jésus, comme Élie et Élisée, n’est pas envoyé qu’aux seuls Juifs

 Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Dans la synagogue de Nazareth,
Jésus déclara :
« Amen, je vous le dis :
aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays.
En vérité, je vous le dis :
Au temps du prophète Élie,
lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie,
et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre,
il y avait beaucoup de veuves en Israël ;
pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles,
mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon,
chez une veuve étrangère.
Au temps du prophète Élisée,
il y avait beaucoup de lépreux en Israël ;
et aucun d’eux n’a été purifié,
mais bien Naaman le Syrien. »

À ces mots, dans la synagogue,
tous devinrent furieux.
Ils se levèrent,
poussèrent Jésus hors de la ville,
et le menèrent jusqu’à un escarpement
de la colline où leur ville est construite,
pour le précipiter en bas.
Mais lui, passant au milieu d’eux,
allait son chemin.

– Acclamons la Parole de Dieu.

dimanche 28 février 2016

Mgr de Galarreta : « Je pense que le pape va aller dans le sens d’une reconnaissance unilatérale. » | CR – Agenzia di informazione settimanale

Mgr de Galarreta : « Je pense que le pape va aller dans le sens d'une reconnaissance unilatérale. » | CR – Agenzia di informazione settimanale

5_galarreta-econe

(http://www.dici.org) Mgr Alfonso de Galarreta a donné une conférence à Bailly, près de Versailles, le 17 janvier 2016. Il y a exposé la situation actuelle de l'Eglise et a informé ses auditeurs de l'état présent des relations entre Rome et la Fraternité Saint-Pie X. Il avait dirigé la commission des théologiens de la Fraternité Saint-Pie X, lors des entretiens doctrinaux avec Rome, entre 2009 et 2011. Voici les extraits les plus significatifs de sa conférence, transcrits par DICI.

Une aggravation de la crise de la foi qui suscite des réactions publiques

Dans une première partie, Mgr de Galarreta constate que se développe à Rome « une volonté de tirer toutes les conséquences contenues dans les principes du concile Vatican II ». Les idées conciliaires d'œcuménisme, de liberté religieuse et de collégialité étant désormais acquises, selon les autorités romaines, c'est la morale qui est maintenant atteinte par une forme d'évolutionnisme : « Cela est vrai déjà pour le dogme, pour la vérité (selon les progressistes) ; cela est vrai déjà pour l'œcuménisme, la liberté religieuse, la collégialité, tout l'esprit libéral révolutionnaire… alors pourquoi pas pour la morale aussi ? Au fond, c'était une incohérence de ne pas appliquer l'évolution à la morale également », cette dernière est donc amenée à s'adapter aussi « en fonction de la vie de l'homme, les mœurs, les lois, l'évolution des choses … ».

Néanmoins le prélat argentin reconnaît que, face à ce désastre, une réaction se manifeste : « Maintenant c'est dans l'Eglise actuelle, officielle, qu'il commence à y avoir des réactions. Et des réactions qui vont en profondeur, car certains se rendent compte quand même qu'il y a un problème doctrinal, un problème de foi. Ils se rendent compte qu'il y a un problème aussi dans le magistère conciliaire et postconciliaire. Ils commencent à se poser des questions et, aspect très important, ils comprennent que pour s'opposer à cette rupture totale avec la Tradition, il faut réagir, et nécessairement s'opposer aux autorités qui sont les diffuseurs de ces erreurs. C'est ainsi qu'on voit des cardinaux, des évêques, des prêtres, des laïcs qui commencent à réagir, et dans le bon sens et dans un très bon sens même, quelquefois avec beaucoup de fermeté. »

Une double proposition romaine : doctrinale et canonique

Mgr de Galarreta indique ensuite qu'une proposition de prélature personnelle a été faite par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, à l'été 2015, accompagnée d'une proposition de déclaration doctrinale. Et il fait savoir que le « Supérieur général a envoyé les deux textes romains à tous les supérieurs majeurs et à quelques théologiens de la Fraternité, ainsi qu'aux évêques pour qu'on en fasse une analyse, qu'on lui donne notre avis ».

Au sujet de la proposition de déclaration doctrinale, l'évêque argentin reconnaît : « Ce que l'on voit dans la déclaration doctrinale, c'est qu'il n'y a plus la profession de foi du cardinal Ratzinger. Les autorités romaines nous demandent la profession de foi de Pie IV, c'est-à-dire la profession de foi du concile de Trente. Ensuite, dans la précédente proposition, il y avait un paragraphe sur la liberté religieuse. Ils ont supprimé cette exigence. L'œcuménisme est supprimé. Sur la messe ils nous demandaient de reconnaître la validité et la légitimité. Maintenant ils nous demandent de reconnaître la validité des nouveaux sacrements, de la nouvelle messe, selon l'édition typique, l'édition latine originale. Ce que la Fraternité a toujours reconnu. Voyez, ils enlèvent des conditions pour essayer d'arriver. »

Puis, Mgr de Galarreta indique que le Supérieur général a tenu à répondre à l'offre romaine de reconnaître la Fraternité 'telle qu'elle est', par une réponse préalable qui ne reste pas dans le vague : « Mgr Fellay nous a dit : 'avant de répondre à cette proposition de la Congrégation de la Foi, je vais leur écrire, de façon assez exhaustive, pour bien préciser comment nous sommes et comment nous agissons, qu'est-ce que nous prêchons, qu'est-ce que nous faisons, qu'est-ce que nous ne faisons pas, et ce que nous ne sommes pas prêts à faire' », – afin de savoir si la Fraternité est acceptée 'telle qu'elle est' vraiment.

Le prélat argentin fait alors part de ses réserves pour une raison doctrinale de fond : « Eux, ils entendent surtout et toujours nous faire accepter, au moins vaguement, au moins en principe, le concile Vatican II et ses erreurs ». Et il ajoute que cette volonté romaine se retrouve, au plan pratique, dans la proposition canonique : « Il y a toujours, d'une façon ou d'une autre, une soumission par rapport aux dicastères romains ou par rapport aux évêques ». Ce qui l'amène à affirmer que, personnellement, il refuserait les propositions romaines : « Pour moi, un accord avec la Rome actuelle est exclu ». Il précise qu'il s'agit d'un refus prudentiel dicté par les circonstances – en l'absence de garanties nécessaires à la vie de la Fraternité –, et il tient à bien se distinguer de ceux qui font de ce refus un absolu :

« Nous ne refusons pas, vous le voyez, de façon absolue et théorique la possibilité d'un accord avec Rome. C'est cela qui nous distingue de la 'Résistance'. Pour eux c'est un principe. C'est une question doctrinale : 'Vous ne pouvez pas admettre la possibilité d'un accord avec Rome, sans être libéral'. Ce n'est pas notre position. Il faut le redire : ce n'était pas la position de Mgr Lefebvre. Il a signé un protocole d'accord avec Rome. Et à ce moment là, même quand il a rompu après le protocole, Monseigneur a bien dit : 'c'est parce qu'il n'y a pas les conditions nécessaires pour notre survie, pour notre protection'. Parce qu'ils veulent nous tromper, parce qu'ils ne veulent pas nous donner la Tradition, parce qu'ils veulent nous ramener à Vatican II. C'est parce qu'il n'y a pas les conditions. Il a dit : 'S'ils m'avaient donné les conditions, les conditions que j'avais mises, j'aurais signé'. Cela Mgr Lefebvre l'a dit après les sacres. Et il a précisé : 'Si j'ai signé un protocole d'accord, c'est parce qu'il n'y avait rien de contraire à la foi'. Ni dans le contenu, ni dans le fait de signer. C'est évident. Donc nous continuons dans cette ligne. »

Le palais de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Le palais de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Vers une reconnaissance unilatérale de la Fraternité ?

Dans une seconde partie, et au-delà des propositions de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Mgr de Galarreta confie publiquement qu'il pense que le pape peut prochainement conférer un statut à la Fraternité Saint-Pie X :

« Je pense plutôt, et c'est là l'autre aspect des choses, que ce pape qui dit à qui veut l'entendre que nous sommes catholiques, qui dit et répète que la Fraternité est catholique, que nous sommes catholiques, qu'il ne va jamais nous condamner et qu'il faut régler notre 'affaire'. Je pense que – il a déjà commencé dans cette voie-là –, quand il verra qu'il n'y a pas d'entente avec la Congrégation de la Foi, je pense qu'il va passer outre toute condition doctrinale, théorique, pratique, ou quoi que ce soit… Il va faire des pas lui-même, dans le sens d'une reconnaissance de la Fraternité. Il a déjà commencé, il va tout simplement poursuivre. Ici je dis non pas ce que je désire, je dis ce que je prévois. Je prévois, je pense que le pape va aller dans le sens d'une reconnaissance unilatérale de la Fraternité, et plutôt par la voie des faits que par une voie de droit ou légale, canonique. »

Mgr de Galarreta reconnaît que « cette reconnaissance de fait aurait un effet bon, bénéfique : c'est une ouverture apostolique assez extraordinaire, cela aura un effet extraordinaire ». Mais il ajoute qu'il y aurait alors deux risques : celui de créer une division en interne et celui de conditionner la prédication dans certaines circonstances. Et de s'interroger : « Il faudra une sagesse, une prudence extraordinaire, une fermeté, une clarté très grande. Sommes-nous capables de cela ? »

Le prélat argentin répond en demandant de garder une confiance surnaturelle face à ces éventualités : « Si la Providence nous envoie cela, c'est là que nous aurons les grâces nécessaires pour surmonter les difficultés et pour les gérer comme il faut, mais bien sûr dans la mesure où ce n'est pas produit par notre volonté, où cela s'impose à nous. Si on a les idées claires, on pourra toujours en profiter pour le bien. Mais dans ce cas hypothétique, – je vous donne mon opinion sur des conjectures, n'est-ce pas ? – dans ce cas-là je pense qu'on aura les grâces nécessaires pour persévérer et pour faire le bien que nous devons faire dans la Sainte Eglise. Le Bon Dieu ne va jamais nous renier, arrêter de nous donner les moyens pour persévérer dans la foi et dans le vrai combat, si nous restons toujours dans la foi, dans l'espérance, dans la charité, dans la force de la confession de la foi, dans la sanctification quotidienne. »

La peur des risques et la confiance en la Providence divine

Et de conclure après avoir soulevé une objection : « Alors vous me direz : 'dans ces cas-là, il y a un risque !' – Oui, bien sûr. Dans la vie il y a beaucoup de risques, dans une guerre encore plus. Nous sommes en guerre. Donc ce sera ce que le Bon Dieu voudra. Mais j'ai confiance en la Providence, et j'ai une confiance totale en l'amour de Notre-Seigneur Jésus-Christ pour la Sainte Eglise. Alors dans la mesure où nous ne le cherchons pas, même si cela arrive, je pense qu'il ne faut pas s'affoler. Rien ne change. C'est le même combat qui continue, la même ligne. Simplement, il s'agit de profiter de ces espaces de liberté qui nous sont laissés. Dans une guerre si l'ennemi abandonne des tranchées, il faut les prendre ; s'il recule, il faut avancer. Vous n'allez pas rester chez vous sous prétexte qu'il y a des risques. Il faut faire les choses prudemment, et après il faut du courage. Et surtout chez nous il faut la confiance en Dieu. C'est le combat pour Dieu. C'est le combat de Dieu. Notre confiance est en Lui et en la Très Sainte Vierge Marie.

« Personnellement je ne suis pas inquiet du tout par rapport à l'avenir de la Fraternité ou de la Tradition ; par contre, par rapport à l'avenir de la société, de nos nations jadis catholiques ou même de l'Eglise officielle, oui, je suis inquiet et pessimiste. On prévoit que cela évolue vers le pire. Or c'est justement lorsque nous arrivons à une situation beaucoup plus désespérée, extrême, qu'il y a l'intervention de la Divine Providence, l'intervention de Dieu qui a toujours ses moyens divins. Notre Seigneur est toujours le maître des événements, de l'histoire. Et pas seulement en général, mais en particulier. Donc si l'Evangile nous dit qu'il n'y a pas un seul cheveu de notre tête qui tombe…, que tous les cheveux de notre tête sont comptés, qu'il n'y a pas un moineau qui tombe sans la permission de Dieu (cf. Mt 10, 29-30), je pense qu'il faut rester très serein. C'est comme cela qu'on garde un jugement équitable sur les réalités objectives, et que l'on conserve une attitude non seulement équilibrée, mais catholique, chrétienne et sainte. C'est là la sagesse que nous a transmise Mgr Lefebvre, cette attitude catholique. Nous pouvons très bien garder aujourd'hui cette ligne dans la situation actuelle de la Sainte Eglise, tout comme devant toutes les éventualités qui vont se présenter d'ici peu. »

(Source : FSSPX/MG – Transcription DICI n°331 du 26/02/16)


http://www.corrispondenzaromana.it/international-news/mgr-de-galarreta-je-pense-que-le-pape-va-aller-dans-le-sens-dune-reconnaissance-unilaterale/

MiL - Messainlatino.it: Se anche il Papa (in certi casi) può sbagliare di Randall Smith

MiL - Messainlatino.it: Se anche il Papa (in certi casi) può sbagliare di Randall Smith

Vi segnaliamo un'interessante articolo di un noto teologo americano, di sicura fede cattolica e fedele al magistero, su un tema molto spinoso in questi difficili giorni.


Nel 1986, Papa Giovanni Paolo II organizzò una Giornata Mondiale di Preghiera per la Pace ad Assisi alla quale invitò 160 capi religiosi tra cui ebrei, buddisti, sikh, hindu, giainisti, zoroastriani e membri di culti tradizionali africani. Alcuni cattolici ne furono scandalizzati. Successivamente, il Papa pubblicò le encicliche Centesimus Annus (1991), Veritatis Splendor (1993), Evangelium Vitae (1995) e Fides et Ratio (1998). Domanda: un cattolico che si fosse indignato per l'incontro di preghiera di Assisi sarebbe poi stato tenuto a prestare «religioso ossequio dell'intelletto e della volontà» (1) agl'insegnamenti di queste encicliche?

Nel 1929, Papa Pio XI firmò i Patti Lateranensi con il governo fascista di Benito Mussolini, il quale riconobbe l'indipendenza dello Stato del Vaticano e garantì sostegno economico alla Chiesa. All'epoca, e da allora, le critiche sono state molte, sia perché si trattava di un accordo con i fascisti, sia perché il Pontefice aveva ceduto la tradizionale autorità papale sugli "Stati pontifici". Forse che i cattolici che giudicano quella decisione del Papa un errore enorme non siano vincolati agl'insegnamenti di sue encicliche come la Quas primas (1925), la Quadragesimo anno (1931) o la Divini Redemptoris (1937)?

Nel 1633, Papa Urbano VIII ricusò con fermezza il giudizio dei membri del suo stesso tribunale inquisitoriale secondo i quali Galileo avrebbe dovuto essere perdonato per l'"errore" di avere pubblicato il Dialogo sopra i due massimi sistemi del mondo. Sembra che il Pontefice, che in precedenza aveva difeso e protetto lo scienziato, si fosse offeso perché Galileo aveva messo gli argomenti sostenuti dal Papa sulle labbra di un suo personaggio di nome "Simplicio", ovvero di un sempliciotto. La decisione del Pontefice di mettere Galileo agli arresti domiciliari è tristemente nota. Forse che questa sua singola decisione infici tutti gli altri suoi insegnamenti di fede e di morale?

Occorre fare dunque qualche distinguo. La Chiesa afferma che i Papi possono, in alcune occasioni, quando intendono esplicitamente farlo, insegnare infallibilmente in
materia di fede e di morale. In tutta la storia della Chiesa sono forse otto i proclami che soddisfano gl'inflessibili requisiti del pronunciamento infallibile. La maggior parte degl'insegnamenti pontifici sono dunque autorevoli, ma non infallibili e pertanto non richiedono l'«assenso di fede» (2), come invece gl'insegnamenti infallibili, bensì il «religioso ossequio dell'intelletto e della volontà».

È mai lecito per un cattolico osservante non essere d'accordo con un insegnamento autorevole e però non infallibile di un Papa? Sì, lo è. Se una persona ha analizzato accuratamente un certo insegnamento, e se dopo preghiera e riflessione coscienziose ritiene che sia opportuna una correzione fraterna, allora quella persona ha la possibilità di esprimere il suo disaccordo pubblicamente a patto che a) le sue ragioni siano serie e ben fondate; b) il dissenso né metta in discussione né impugni l'autorità docente della Chiesa; e c) la natura di quel dissenso non sia tale da generare scandalo.

Ho spesso pensato che questa sia una buona "regola del pollice" valida per la discussione con tutti. Per assumere determinate posizioni bisogna avere ragioni valide; ci si deve sforzare di non impugnare l'integrità o le buone intenzioni del proprio interlocutore; e si deve argomentare in modo da non generare scandalo. Raramente si convincono gli altri (inclusi gli spettatori) con le minacce; di solito così si riesce solo a mettere la propria posizione in cattiva luce. Questo per quanto riguarda gli insegnamenti del Papa. Ma invece gli atti del Papa? Assieme al dono dell'infallibilità, i Papi hanno anche il dono dell'impeccabilità (dal latino peccatum, "peccato"), vale a dire un carisma speciale che ci garantisce che non sbagliano mai? La Chiesa non lo ha mai affermato. Anzi, al contrario, i più convinti difensori dell'infallibilità hanno sempre distinto quest'ultima dall'impeccabilità esattamente perché a) è chiaro che un certo numero di Papi ha commesso peccati gravi e perché b) è materia di fede che tutti i Papi siano peccatori, proprio come tutti noi, e cioè bisognosi della grazia salvifica di Dio ottenuta con la morte e la risurrezione di Cristo. Noi non adoriamo l'uomo; rispettiamo la carica; e abbiamo fede nella promessa fatta da Cristo alla Sua Chiesa di essere con essa fino alla fine dei tempi, mandando il Suo Santo Spirito a guidarla e a proteggerla.

Anni fa qualcuno mi riferì che Giovanni Paolo II non dava la Comunione sulla mano, deducendo da questo che il Papa condannava quella pratica. Io suggerii che se il Papa avesse inteso dare questo messaggio avrebbe avuto un numero enorme di canali ufficiali per farlo. Esiste una sorta di idolatria del Papa che, alla lunga, non aiuta. Mi chiedo cosa direbbe oggi quel mio amico. Se sta ancora scambiando gli atti personali del Papa per insegnamenti pontifici ufficiali probabilmente è confuso, e persino arrabbiato. Dare a ogni atto di un Papa un significato politico significa ripetere quella sciocchezza che ha spinto certa gente a condannare Cristo per avere seduto a tavola ("gigioneggiando") con prostitute ed esattori delle tasse. Si diceva che quei gesti «causavano scandalo», «seminavano confusione» e «davano man forte ai nemici della Chiesa». Forse. O forse no. «Solo il tempo dirà chi ha ragione».

Alcuni Pontefici hanno commesso grandi errori. Ma tutti i Papi hanno commesso qualche errore; dopo tutto, sono uomini. Chi cerca la perfezione e l'innocenza, cerca una Chiesa che non esiste: quella è una vuota promessa del padre della menzogna, non la Chiesa fondata da Cristo. Ritrovarsi confusi e delusi da un Papa è una situazione piuttosto comune nella storia della Chiesa. Ma i cattolici che immaginano di avere l'autorità di stabilire il criterio canonico per giudicare il magistero di questo o di quel pontificato in verità dimostrano semplicemente a) di essere sempre stati dei protestanti e b) di avere dell'autorità una concezione troppo influenzata dalla politica statunitense di oggi: per loro il compito dell'autorità è fare ciò che dico io e schiacciare i miei avversari. La Chiesa non è sempre stata servita bene dai suoi Papi. Ma, a maggior ragione, si è trovata molto peggio quando ha ceduto alle voci moralistiche delle masse, specialmente quelle che gridano «Crocifiggilo!»

Le note apposte al testo sono redazionali:

(1) Codice di diritto canonico, 1983, Can. 752. Ndt

(2) Ibidem. Ndt.


* Randall Smith è docente di Teologia nella University of St. Thomas di Houston, in Texas. La versione originale di questo articolo, che qui si riproduce in traduzione italiana di Marco Respinti con il permesso dell'editore e del direttore, è stata pubblicata il 12 febbraio 2016 con il titolo "Papal Errors" su The Catholic Thing (clicca qui) una delle iniziative editoriali più fresche e intelligenti dello scenario statunitense degli ultimi anni, diretto dal saggista Robert Royal (fondatore e presidente del Faith and Reason Institute di Washington) e animata da firme di primo piano della pubblicistica e dell'apologetica cattoliche quali Brad Miner, James V. Schall S.J., Hadley Arkes, Michael Novak, Anthony M. Esolen e don C. John McCloskey. 

La crisi della Chiesa nell’analisi di Mons. Marcel Lefebvre | Riscossa Cristiana

http://www.riscossacristiana.it/la-crisi-della-chiesa-nellanalisi-di-mons-marcel-lefebvre/

HOMILÍA 28 DE FEBRERO DE 2016 ESCRITO POR P. ALFONSO GÁLVEZ EL 28 FEBRERO 2016.

http://www.alfonsogalvez.com/public/audio/2016/2016.02.28H.mp3

Troisième dimanche de Carême (Rite Extraordinaire)


careme-3

Évangile selon saint Luc 11, 14-28
En ce temps-là, Jésus expulsait un démon, un démon muet. Le démon sorti, le muet parla, et les foules furent dans l'admiration. Mais quelques-uns dirent : « C'est par Béelzéboub, le chef des démons, qu'il expulse les démons. » D'autres, pour le mettre à l'épreuve, lui demandaient un signe venant du ciel. Connaissant leurs pensées, Jésus leur dit : « Tout royaume divisé contre lui-même court à la ruine, et ses maisons croulent l'une sur l'autre. Si donc Satan s'est, lui aussi, divisé contre lui-même, comment son royaume se maintiendra-t-il ?... puisque vous dites que c'est par Béelzéboub que j'expulse les démons. Et si moi, c'est par Béelzéboub que j'expulse les démons, vos fils à vous, par qui les expulsent-ils ? Aussi seront-ils eux-mêmes vos juges. Mais si c'est par le doigt de Dieu que j'expulse les démons, c'est donc que le royaume de Dieu est arrivé pour vous. Quand un homme fort et bien armé garde son palais, ses biens sont en sûreté. Mais qu'un plus fort survienne et le batte, il lui enlève l'armure en laquelle il mettait sa confiance, et il distribue ses dépouilles. Qui n'est pas avec moi est contre moi, et qui n'amasse pas avec moi dissipe. Lorsque l'esprit immonde est sorti d'un homme, il erre par des lieux arides en quête de repos. N'en trouvant pas, il se dit : 'Je vais retourner dans ma maison, d'où je suis sorti.' à son arrivée, il la trouve balayée, bien en ordre. Alors il s'en va prendre sept esprits plus méchants que lui ; ils reviennent et s'y installent. Et l'état final de cet homme devient pire que le premier. » Il parlait ainsi, quand une femme éleva la voix du milieu de la foule et lui dit : « Heureux les flancs qui t'ont porté et les seins qui t'ont allaité ! » - « Heureux bien plutôt, répondit Jésus, ceux qui écoutent la parole de Dieu et l'observent ! »

On peut entendre ces paroles (...) même des mauvais catholiques qui, à l'époque de leur baptême, avaient été délivrés de l'esprit immonde. Ce mauvais esprit parcourt alors les lieux arides, c'est-à-dire, qu'en tentateur habile et rusé, il examine les coeurs des fidèles qui ont été purifiés de toutes les pensées impures et dangereuses, pour voir s'il peut y imprimer la trace de ses pas maudits. Il dit: « Je retournerai dans ma maison d'où je suis sorti ». Ces paroles doivent nous faire craindre que les fautes, que nous regardions comme à jamais effacées, ne profitent de notre négligence pour reprendre sur nous leur funeste empire. Il trouve cette maison nettoyée, c'est-à-dire purifiée par la grâce du baptême des souillures du péché; mais complètement dénuée de l'ornement des bonnes oeuvres. Les sept mauvais esprits qu'il prend avec lui, représentent l'universalité des vices. Ces esprits sont plus mauvais que lui, parce que cette maison non seulement aura les sept vices directement opposés aux sept vertus spirituelles, mais elle voudra encore, par un sentiment d'hypocrisie, paraître avoir ces vertus.

S. Bède le Vénérable (Hom. in Lc., 4,11)
Tandis que les scribes et les pharisiens tentent le Seigneur, et blasphèment contre ses oeuvres, une simple femme proclame avec une foi vraiment admirable le mystère de son incarnation: « Lorsqu'il parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu du peuple, lui dit: « Heureuses les entrailles qui vous ont porté »,etc. C'est ainsi qu'elle confond tout ensemble, les calomnies des princes des Juifs et la perfidie des hérétiques futurs. En effet, de même que les Juifs, par leurs blasphèmes contre les oeuvres de l'Esprit saint, niaient que le Sauveur fût le vrai Fils de Dieu, ainsi les hérétiques, en niant par la suite que par la coopération de l'Esprit saint, Marie, toujours vierge, ait contribué à former la chair du Fils de Dieu, n'ont pas voulu reconnaître que le Fils de l'homme fût le Fils véritable du Père, de même nature que lui. Mais si la chair du Verbe de Dieu fait homme, est étrangère à la chair de la Vierge mère, pourquoi proclamer bienheureuses les entrailles qui l'ont porté, et les mamelles qui l'ont allaité. Quelle raison de croire qu'il ait été nourri de son lait, si l'on ne veut admettre qu'il ait été conçu de son sang, puisque selon les médecins, le lait et le sang ont une seule et même source. Or, ce bonheur n'est pas le partage exclusif de celle qui a mérité d'enfanter corporellement le Verbe de Dieu, mais encore de tous ceux qui s'appliquent à concevoir spirituellement par la foi ce même Verbe, à l'enfanter et à le nourrir dans leur coeur, et dans celui du prochain, par la pratique des bonnes oeuvres: « Mais Jésus lui répondit: Bien plus heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique ».
S. Bède le Vénérable (Hom. in Lc., 4,11)

De los tratados de san Agustín, obispo, sobre el evangelio de san Juan (Tratado 15,10-12.16-17: CCL 36,154-156) LLEGA UNA MUJER DE SAMARIA A SACAR AGUA


Llega una mujer. Se trata aquí de una figura de la Iglesia, no santa aún, pero sí a punto de serlo; de esto, en efecto, habla nuestra lectura. La mujer llegó sin saber nada, encontró a Jesús, y él se puso a hablar con ella. Veamos cómo y por qué. Llega una mujer de Samaria a sacar agua. Los samaritanos no tenían nada que ver con los judíos; no eran del pueblo elegido. Y esto ya significa algo: aquella mujer, que representaba a la Iglesia, era una extranjera, porque la Iglesia iba a ser constituida por gente extraña al pueblo de Israel. Pensemos, pues, que aquí se está hablando ya de nosotros: reconozcámonos en la mujer, y, como incluidos en ella, demos gracias a Dios. La mujer no era más que una figura, no era la realidad; sin embargo, ella sirvió de figura; y luego vino la realidad. Creyó, efectivamente, en aquel que quiso darnos en ella una figura. Llega, pues, a sacar agua. Jesús le dice: «Dame de beber». Sus discípulos se habían ido al pueblo a comprar comida. La samaritana le dice: ¿Cómo tú, siendo judío, me pides de beber a mí, que soy samaritana?" Porque los judíos no se tratan con los samaritanos. Ved cómo se trata aquí de extranjeros: los judíos no querían ni siquiera usar sus vasijas. Y como aquella mujer llevaba una vasija para sacar el agua, se asombró de que un judío le pidiera de beber, pues no acostumbraban a hacer esto los judíos. Pero aquel que le pedía de beber tenía sed, en realidad, de la fe de aquella mujer.
Fíjate en quién era aquel que le pedía de beber: Jesús le contestó: «Si conocieras el don de Dios, y quién es el que te pide de beber, le pedirías tú, y él te daría agua viva.» Le pedía de beber, y fue él mismo quien prometió darle el agua. Se presenta como quien tiene indigencia, como quien espera algo, y le promete abundancia, como quien está dispuesto a dar hasta la saciedad. Si conocieras —dice— el don de Dios. El don de Dios es el Espíritu Santo. A pesar de que no habla aún claramente a la mujer, ya va penetrando, poco a poco, en su corazón y ya la está adoctrinando. ¿Podría encontrarse algo más suave y más bondadoso que esta exhortación? Si conocieras el don de Dios, y quién es el que te pide de beber, le pedirías tú, y él te daría agua viva. ¿De qué agua iba a darle, sino de aquella de la que está escrito: En ti está la fuente viva? Y ¿cómo podrán tener sed los que se nutren de lo sabroso de tu casa?
De manera que le estaba ofreciendo un manjar apetitoso y la saciedad del Espíritu Santo, pero ella no lo acababa de entender; y como no lo entendía, ¿qué respondió? La mujer le dice: «Señor, dame esa agua: así no tendré más sed, ni tendré que venir aquí a sacarla.» Por una parte, su indigencia la forzaba al trabajo, pero, por otra, su debilidad rehuía el trabajo. Ojalá hubiera podido escuchar: Venid a mi todos los que estáis cansados y agobiados, y yo os aliviaré. Esto era precisamente lo que Jesús quería darle a entender, para que no se sintiera ya agobiada; pero la mujer aún no lo entendía.

From a treatise on John by Saint Augustine, bishop (Tract. 15, 10-12. 16-17: CCL 36, 154-156) A Samaritan woman came to draw water



A woman came. She is a symbol of the Church not yet made righteous but about to be made righteous. Righteousness follows from the conversation. She came in ignorance, she found Christ, and he enters into conversation with her. Let us see what it is about, let us see why a Samaritan woman came to draw water. The Samaritans did not form part of the Jewish people: they were foreigners. The fact that she came from a foreign people is part of the symbolic meaning, for she is a symbol of the Church. The Church was to come from the Gentiles, of a different race from the Jews.

We must then recognize ourselves in her words and in her person, and with her give our own thanks to God. She was a symbol, not the reality; she foreshadowed the reality, and the reality came to be. She found faith in Christ, who was using her as a symbol to teach us what was to come. She camethen to draw water. She had simply come to draw water, in the normal way of man or woman.

Jesus says to her: Give me water to drink. For his disciples had gone to the city to buy food. The Samaritan woman therefore says to him: How is it that you, though a Jew, ask me for water to drink, though I am a Samaritan woman? For Jews have nothing to do with Samaritans.

The Samaritans were foreigners; Jews never used their utensils. The woman was carrying a pail for drawing water. She was astonished that a Jew should ask her for a drink of water, a thing that Jews would not do. But the one who was asking for a drink of water was thirsting for her faith.

Listen now and learn who it is that asks for a drink. Jesus answered her and said: If you knew the gift of God, and who it is that is saying to you, “Give me a drink,” perhaps you might have asked him and he would have given you living water.

He asks for a drink, and he promises a drink. He is in need, as one hoping to receive, yet he is rich, as one about to satisfy the thirst of others. He says: If you knew the gift of God.The gift of God is the Holy Spirit. But he is still using veiled language as he speaks to the woman and gradually enters into her heart. Or is he already teaching her? What could be more gentle and kind than the encouragement he gives? If you knew the gift of God, and who it is that is saying to you, “Give me a drink,” perhaps you might ask and he would give you living water.

What is this water that he will give if not the water spoken of in Scripture: With you is the fountain of life? How can those feel thirst who will drink deeply from the abundance in your house?

He was promising the Holy Spirit in satisfying abundance. She did not yet understand. In her failure to grasp his meaning, what was her reply? The woman says to him, Master, give me this drink, so that I may feel no thirst or come here to draw water. Her need forced her to this labor, her weakness shrank from it. If only she could hear those words: Come to me, all who labor and are burdened, and I will refresh you.Jesus was saying this to her, so that her labors might be at an end; but she was not yet able to understand.

من كتابات القديس أغسطينس الأسقف في إنجيل القديس يوحنا (جزء 15، 10-12 و16-17: CCL 36، 154-156) جاءت امرأة من السّامرة تستقي ماء


    "جَاءَتِ امرَأَةٌ" (يوحنا ٤: ٧). هذه المَرأَةُ هي صورةُ الكنيسةِ، لا المبرَّرَةِ بل التي يجبُ أن تُبَرَّرَ بعدُ. موضوعُ الكلامِ هو هذا: جاءَتْ جاهِلَةً، فوجَدَتْهُ، وأخذَ يسوعُ يُكلِّمُها. لِنَرَ كيف ولماذا جاءَتِ "امرَأَةٌ مِنَ السَّامِرَةِ تَستَقِي مَاءً". لم يكُنِ السَّامريُّون يَختلِطون مع اليهود. كانوا غُرَباءَ عنهم. وهذا الأمرُ له دلالةٌ أن تكونَ المرأَةُ قادِمَةً من بينِ الغُربَاءِ، فهي بذلك صورَةٌ للكنيسة. لأنَّ الكنيسةَ سوف تأتي من الأُمَمِ الغريبةِ عن اليهود.
    لِنَسمَعْ أنفسَنا في كلامِها، وَلْنَتَعرَّفْ على أنفسِنا فيها، وَلْنَحمَدِ اللهَ فيها من أجلِ أنفسِنا. هي صورَةٌ لا حقيقة. كانَتْ هي أوّلًا الصورةَ ثم صارَتْ الحقيقة، لمّا آمنَتْ بالذي أرادَ أن يجعلَ منها صورةً لنا. "جَاءَتْ تَستَقِي". جاءَتْ بكلِّ بساطةٍ تستقي ماءً كما اعتادَ الرِّجالُ أو النِّساءُ أن يستقُوا.
    "قَالَ لَهَا يَسُوع: اسقِينِي. وَكَانَ التَّلامِيذُ قَد مَضَوْا إلَى المَدِينَةِ لِيَشتَرُوا طَعَامًا. فَقَالَتْ لَهُ المَرأَةُ السَّامِرِيَّةُ: كَيفَ تَسأَلُنِي أن أَسقِيَكَ وَأنتَ يَهُودِيٌّ وَأنَا امرَأَةٌ سَامِرِيَّةٌ؟ لأنَّ اليَهُودَ لا يُخَالِطُونَ السَّامِرِيِّينَ" (يوحنا ٤: ٧-٩).
    إنَّها من الغُرَبَاءَ. ولم يَكُنِ اليهودُ يستخدمون حتى آنِيَتَهم. كانَ مع المرأةِ دَلوٌ تستقي به الماءَ، وقد دَهِشَتْ لمّا سمِعَتْ يهودِيًّا يَطلُبُ منها أن تَسقِيَهُ: فليسَتْ تلك عادةُ اليهود. أمّا هو الذي طلَبَ أن يشربَ، فقد كانَ عَطِشًا إلى إيمانِها.
    واسمَعْ أيضًا ماذا يطلبُ إذ طلبَ أن يشربَ. "أجَابَهَا يَسُوعُ: لَو كُنْتِ تَعرِفِينَ عَطَاءَ الله، وَمَن هُوَ الَّذِي يَقُولُ لَكِ "اسقِينِي"، لَسَأَلْتِهِ أنتِ فَأعطَاكِ مَاءً حَيًّا" (آية ١٠).
    طلبَ أن يشرَبَ ووَعَدَ أن يَسقِيَ. هو محتاجٌ ويبحثُ عمَّن يقدِّمُ له الماء، ولكنَّه أيضًا غنِيٌّ ويَبحَثُ عمَّن يُغنِيهِ فيُروِيه بغناه. "لَوْ كُنتِ تَعرِفِينَ عَطَاءَ الله". عَطَاءُ الله هو الرُّوحُ القُدُس. وظلَّ يتكلَّمُ مع المرأةِ بكلامٍ ضِمنِيِّ وغامضٍ. حتى دخلَ شيئًا فشيئًا في قلبِها. وبدأَ يعلِّمُها. أيُّ تعليمٍ ألطفُ وأعذَبُ من هذا التَّعليم؟ "لَو كُنْتِ تَعرِفِينَ عَطَاءَ الله، وَمَن هُوَ الَّذِي يَقُولُ لَكِ "اسقِينِي"، لَسَأَلْتِهِ أنتِ فَأعطَاكِ مَاءً حَيًّا" (آية ١٠).
     وأيَّ ماءٍ سوف يُعطِي إلا الماءَ الذي قالَ فيه المزمورُ: "إنَّ يَنبُوعَ الحَيَاةِ عِندَكَ" (مزمور ٣٥: ١٠). وكيف يَعطَشُ هؤلاءِ الذين "مِن دَسَمِ بَيتِكَ يَشبَعُونَ" (مزمور ٣٥: ٩). 
    وعَدَ بالماءِ الغزيرِ، وبالرُّوحِ القُدُسِ الذي يُروِي، إلاّ  أنَّها لم تَفهَمْ. ولأنَّها لم تَفهَمْ أجابَتْ فقالَتْ: "يَا رَبُّ، أعطِنِي هَذَا المَاءَ، لِكَي لا أعطَشَ فَأعُودَ إلَى الاستِقَاءِ مِن هُنَا" (آية ١٥). حاجتُها اضطَرَّتْها إلى العمل، ولكنَّ كَسَلَها كانَ يرفُضُ العمَلَ. يا لَيتَها سَمِعَتْ ما قالَ قبلًا: "تَعَالَوْا إلَيَّ جَمِيعًا، أيُّهَا المُرهَقُونَ المُثقَلُونَ، وَأنَا أُرِيحُكُم" (متى ١١: ٢٨). هذا ما كانَ يقولُه لها يسوعُ الآنَ حتى لا تتعبَ بعدَ الآن. أمّا هي فلَم تَفهَمْ.

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND SUR LA PASSION Préparons nous au pardon mutuel


Le seigneur a dit : Je ne suis pas venu appeler les justes mais les pécheurs. Il n’est donc pas permis à aucun chrétien de haïr qui que ce soit : personne ne peut être sauvé si ce n’est dans le pardon des péchés et, ceux que la sagesse du monde méprise, nous ne savons pas à quel point la grâce de l’Esprit peut leur donner du prix. Que le peuple de Dieu soit saint et qu’il soit bon : saint pour se détourner de ce qui est défendu, bon pour agir selon les commandements. Bien qu’il soit grand d’avoir une foi droite et une saine doctrine, et que soient digne de louange la sobriété, la douceur et la pureté, toutes ces vertus demeurent pourtant vaines sans la charité. Et on ne peut pas dire qu’une conduite excellente soit féconde si elle n’est pas engendrée par l’amour. ~

Que les croyants fassent donc la critique de leur propre état d’esprit et qu’ils examinent attentivement les sentiments intimes de leur cœur. S’ils trouvent au fond de leur conscience quelque fruit de la charité, qu’ils ne doutent pas que Dieu est en eux. Et pour devenir de plus en plus capables d’accueillir un hôte si grand, qu’ils persévèrent et grandissent dans la miséricorde par des actes. Si en effet l’amour est Dieu, la charité ne doit connaître nulle borne, car aucune limite ne peut enfermer la divinité.

Pour traduire en actes ce bien de la charité, mes frères, il est vrai que tous les temps sont bons ; et pourtant, les jours que nous vivons nous y exhortent particulièrement. Ceux qui désirent accueillir la Pâque du Seigneur avec la sainteté de l’esprit et du corps doivent s’efforcer avant tout d’acquérir cette grâce que contient la somme des vertus et couvre une multitude de péchés.

Sur le point donc de célébrer le plus grand de tous les mystères, celui où le sang de Jésus Christ a effacé nos iniquités, préparons tout d’abord le sacrifice de la miséricorde. Ce que la bonté de Dieu nous a donné, nous le rendrons ainsi à ceux qui nous ont offensés. Que les injures soient jetées dans l’oubli, que les fautes ignorent désormais la torture et que toutes les offenses soient libérées de la peur de la vengeance ! Que chacun sache bien que lui-même est pécheur et, pour recevoir le pardon, qu’il se réjouisse d’avoir trouvé à qui pardonner. Ainsi lorsque nous dirons, selon l’enseignement du Seigneur : Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, nous ne douterons pas, en formulant notre prière, d’obtenir le pardon de Dieu.

LECTURES (3ÈME DIMANCHE DE CARÊME)


PREMIÈRE LECTURE
Ex 3, 1-8a.10.13-15

« Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : Je-suis »

Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là,
Moïse était berger du troupeau de son beau-père Jéthro,
prêtre de Madiane.
Il mena le troupeau au-delà du désert
et parvint à la montagne de Dieu, à l’Horeb.
L’ange du Seigneur lui apparut
dans la flamme d’un buisson en feu.
Moïse regarda : le buisson brûlait
sans se consumer.
Moïse se dit alors :
« Je vais faire un détour
pour voir cette chose extraordinaire :
pourquoi le buisson ne se consume-t-il pas ? »
Le Seigneur vit qu’il avait fait un détour pour voir,
et Dieu l’appela du milieu du buisson :
« Moïse ! Moïse ! »
Il dit :
« Me voici ! »
Dieu dit alors :
« N’approche pas d’ici !
Retire les sandales de tes pieds,
car le lieu où tu te tiens est une terre sainte ! »
Et il déclara :
« Je suis le Dieu de ton père,
le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. »
Moïse se voila le visage
car il craignait de porter son regard sur Dieu.
Le Seigneur dit :
« J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple
qui est en Égypte,
et j’ai entendu ses cris sous les coups des surveillants.
Oui, je connais ses souffrances.
Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens
et le faire monter de ce pays
vers un beau et vaste pays,
vers un pays, ruisselant de lait et de miel.
Maintenant donc, va !
Je t’envoie chez Pharaon :
tu feras sortir d’Égypte mon peuple, les fils d’Israël. »
Moïse répondit à Dieu :
« J’irai donc trouver les fils d’Israël, et je leur dirai :
‘Le Dieu de vos pères m’a envoyé vers vous.’
Ils vont me demander quel est son nom ;
que leur répondrai-je ? »
Dieu dit à Moïse :
« Je suis qui je suis.
Tu parleras ainsi aux fils d’Israël :
‘Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : Je-suis’. »
Dieu dit encore à Moïse :
« Tu parleras ainsi aux fils d’Israël :
‘Celui qui m’a envoyé vers vous,
c’est Le Seigneur,
le Dieu de vos pères,
le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob’.
C’est là mon nom pour toujours,
c’est par lui que vous ferez mémoire de moi, d’âge en d’âge. »

– Parole du Seigneur.

PSAUME
Ps 102 (103), 1-2, 3-4, 6-7, 8.11

R/. Le Seigneur est tendresse et pitié. (Ps 102, 8a)

Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n’oublie aucun de ses bienfaits !

Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ;
il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d’amour et de tendresse.

Le Seigneur fait œuvre de justice,
il défend le droit des opprimés.
Il révèle ses desseins à Moïse,
aux enfants d’Israël ses hauts faits.

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d’amour ;
Comme le ciel domine la terre,
fort est son amour pour qui le craint.

DEUXIÈME LECTURE
1 Co 10, 1-6.10-12

La vie de Moïse avec le peuple au désert, l’Écriture l’a racontée pour nous avertir

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
je ne voudrais pas vous laisser ignorer
que, lors de la sortie d’Égypte,
nos pères étaient tous sous la protection de la nuée,
et que tous ont passé à travers la mer.
Tous, ils ont été unis à Moïse par un baptême
dans la nuée et dans la mer ;
tous, ils ont mangé la même nourriture spirituelle ;
tous, ils ont bu la même boisson spirituelle ;
car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait,
et ce rocher, c’était le Christ.
Cependant, la plupart n’ont pas su plaire à Dieu :
leurs ossements, en effet, jonchèrent le désert.
Ces événements devaient nous servir d’exemple,
pour nous empêcher de désirer ce qui est mal
comme l’ont fait ces gens-là.
Cessez de récriminer
comme l’ont fait certains d’entre eux :
ils ont été exterminés.
Ce qui leur est arrivé devait servir d’exemple,
et l’Écriture l’a raconté pour nous avertir,
nous qui nous trouvons à la fin des temps.
Ainsi donc, celui qui se croit solide,
qu’il fasse attention à ne pas tomber.

– Parole du Seigneur.

ACCLAMATION
Mt 4, 17

Gloire au Christ,
Sagesse éternelle du Dieu vivant.
Gloire à toi, Seigneur.
Convertissez-vous, dit le Seigneur,
car le royaume des Cieux est tout proche.
Gloire au Christ,
Sagesse éternelle du Dieu vivant.
Gloire à toi, Seigneur.

EVANGILE
Lc 13, 1-9

« Si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même »

 Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Un jour, des gens rapportèrent à Jésus l’affaire des Galiléens
que Pilate avait fait massacrer,
mêlant leur sang à celui des sacrifices qu’ils offraient.
Jésus leur répondit :
« Pensez-vous que ces Galiléens
étaient de plus grands pécheurs
que tous les autres Galiléens,
pour avoir subi un tel sort ?
Eh bien, je vous dis : pas du tout !
Mais si vous ne vous convertissez pas,
vous périrez tous de même.
Et ces dix-huit personnes
tuées par la chute de la tour de Siloé,
pensez-vous qu’elles étaient plus coupables
que tous les autres habitants de Jérusalem ?
Eh bien, je vous dis : pas du tout !
Mais si vous ne vous convertissez pas,
vous périrez tous de même. »
Jésus disait encore cette parabole :
« Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne.
Il vint chercher du fruit sur ce figuier,
et n’en trouva pas.
Il dit alors à son vigneron :
‘Voilà trois ans que je viens
chercher du fruit sur ce figuier,
et je n’en trouve pas.
Coupe-le. À quoi bon le laisser épuiser le sol ?’
Mais le vigneron lui répondit :
‘Maître, laisse-le encore cette année,
le temps que je bêche autour
pour y mettre du fumier.
Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir.
Sinon, tu le couperas.’ »

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

samedi 27 février 2016

Pour Kyrille, le terrorisme est un défi philosophique - Riposte-catholiqueRiposte-catholique

Pour Kyrille, le terrorisme est un défi philosophique - Riposte-catholiqueRiposte-catholique
Dans un entretien accordé à Russia Today, le patriarche Kyrille revient sur sa rencontre avec le pape François.


« Nous nous sommes convaincus qu'il est possible de parvenir à une réponse commune et, peut-être, je vais vous étonner, cela est-il facile à obtenir, a-t-il déclaré. Parce que les deux interlocuteurs partaient du même consensus moral : la foi en notre Seigneur Jésus-Christ, en Ses commandements, en Ses lois. »

Il s'exprime sur l'exclusion des chrétiens dans l'espace public en Occident :

« Il faut conserver la présence chrétienne au Proche-Orient, en Afrique du Nord. Mais nous avons besoin de plus encore. Je suis fermement convaincu qu'il faut prévenir la déchristianisation de la société moderne par nos efforts communs, car, sous la pression du sécularisme qui devient tout simplement agressif dans certains pays, les chrétiens sont mis à l'écart de l'espace public. Et, dans un certain sens, on peut dire que les chrétiens ne se sentent pas à leur aise dans beaucoup de pays développés. Une certaine pression est exercée sur les chrétiens afin de limiter les manifestations de religiosité dans l'espace public. Tout cela témoigne de l'existence de phénomènes de crise très dangereux concernant la réalité chrétienne, la présence chrétienne. Je pense que le moment était bien choisi pour rencontrer le pape François, afin de discuter en profondeur et en détail de ce problème et en tirer des réflexions communes, celles énoncées dans le texte de la déclaration. »

Et il réfléchit sur le terrorisme.

« Il faut essayer de comprendre les raisons qui incitent des gens honnêtes à se faire terroristes. (…)Quelle peut être cette motivation ? En deux mots, la voici : « Le monde est plongé dans le mal. La civilisation occidentale contemporaine, voilà le mal. Dieu en est exclu, le monde est transformé en un monde satanique privé de Dieu. Toi seul, par ton exploit, peux contribuer à la victoire sur le mal. C'est ton devoir religieux. Tu combats les forces obscures, tu luttes contre le diable. Tu es du côté de Dieu et de la lumière ». C'est ainsi que certains prédicateurs islamiques s'adressent à leurs fidèles après la prière du vendredi. Peut-être n'avaient-ils pas l'idée de prendre une bombe ou une arme et d'aller tuer. Mais ils sont inspirés par ces paroles et se considèrent comme des combattants pour la vérité de Dieu contre ce monde horrible qui peut anéantir l'islam.

Donc, pour vaincre le terrorisme, il faut que nous changions. Le terrorisme c'est avant tout un défi philosophique. Nous devons prendre conscience de ce qui se passe dans les consciences de ceux qui prennent les armes pour lutter au nom de Dieu. Je suis profondément convaincu que le développement de la civilisation humaine qui aujourd'hui passe, malheureusement, par le refus de Dieu, de la loi divine et morale, est la force qui provoque le phénomène du terrorisme. Il est très important que nous parvenions à un consensus moral global. Sur quelle base les gens peuvent-ils vivre ensemble ? Sur la base de certaines valeurs communes. Comment s'entendre sur des valeurs communes quand nous avons différents partis politiques, différents systèmes philosophiques, différents systèmes religieux ? Comment arriver à un consensus global ? Il n'y a qu'un moyen : il faut prendre le sens moral pour base de ce consensus. Le sens moral, la nature morale a été inscrite par Dieu dans l'âme humaine. Pour vous, américain, comme pour moi, russe, ce sont les mêmes notions morales. Si nous allions en Papouasie Nouvelle-Guinée, nous y trouverions au fond de l'âme humaine ces mêmes notions morales. »

Lire l'intégralité de l'interview 

http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/eglise-universelle/pour-kyrille-le-terrorisme-est-un-defi-philosphique