Follow by Email

dimanche 14 février 2016

Premier dimanche de Carême (Rite Extraordinaire)


careme-1

Évangile selon saint Matthieu 4.1-11

En ce temps-là, Jésus fut conduit Par l’Esprit dans le désert pour être tenté par le diable. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, finalement il eut faim. Le tentateur, s’approchant, lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres se changent en pains. » Jésus répliqua : « il est écrit : ‘L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.’ » Le diable alors l’emmène dans la Cité sainte, le place sur le faîte du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas, car il est écrit : ‘Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et ils te porteront dans leurs mains, de peur que ton pied ne heurte quelque pierre.’ » - « Il est écrit aussi, lui déclara Jésus : ‘Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu.’ » De nouveau le diable l’emmène sur une montagne très élevée, lui fait voir tous les royaumes du monde avec leur gloire et lui dit : « Tout cela, je te le donnerai si, tombant à mes pieds, tu me rends hommage. » Cette fois, Jésus lui dit : « Va-t’en, Satan, car il est écrit : ‘Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et ne rendras de culte qu’à lui seul.’ » Le diable alors le laissa, et voici que des anges s’approchèrent de Jésus et se mirent à le servir.

En examinant le déroulement de la tentation du Seigneur, nous pourrons comprendre avec quelle ampleur nous avons été délivrés de la tentation. L’ennemi des origines s’est dressé contre le premier homme, notre ancêtre, par trois tentations : il l’a tenté par la gourmandise, la vaine gloire et l’avarice. C’est par la gourmandise qu’il lui a montré le fruit défendu de l’arbre et l’a persuadé de le manger. Il l’a tenté par la vaine gloire en disant : « Vous serez comme des dieux » (Gn 3,5). Et c’est en y ajoutant l’avarice qu’il l’a tenté en disant : « Vous connaîtrez le bien et le mal. » En effet, l’avarice n’a pas seulement pour objet l’argent, mais aussi les honneurs.

Mais quand il a tenté le second Adam (1Co 15,47), les mêmes moyens qui lui avaient servi à terrasser le premier homme ont vaincu le diable. Il le tente par la gourmandise en lui demandant : « Ordonnez que ces pierres deviennent des pains » ; il le tente par la vaine gloire en lui disant : « Si vous êtes le Fils de Dieu, jetez-vous en bas » ; il le tente par le désir avide des honneurs lorsqu’il lui montre tous les royaumes du monde en déclarant : « Tout cela, je vous le donnerai si, tombant à mes pieds, vous m’adorez ». Ayant ainsi fait prisonnier le diable, le second Adam l’expulse de nos cœurs par le même accès qui lui avait permis d’y entrer et de les tenir en son pouvoir.

Il y a autre chose que nous devons considérer dans la tentation du Seigneur : il pouvait précipiter son tentateur dans l’abîme, mais il n’a pas manifesté son pouvoir personnel ; il s’est limité à répondre au diable par des préceptes de la Sainte Écriture. Il l’a fait pour nous donner l’exemple de sa patience, et nous inviter ainsi à recourir à l’enseignement plutôt qu’à la vengeance. Voyez quelle est la patience de Dieu, et quelle est notre impatience ! Nous sommes emportés de fureur dès que l’injustice ou l’offense nous atteignent ; le Seigneur, lui, a enduré l’hostilité du diable, et il ne lui a répondu qu’avec des paroles de douceur.

S. Grégoire le Grand (Homélies sur l’Évangile, n°16)

« Après son baptême, Jésus a été conduit par l’Esprit à travers le désert, où il a été mis à l’épreuve par le démon ». Tout ce que Jésus a fait et enduré était destiné à nous instruire. Il a donc voulu être conduit en ce lieu pour lutter avec le démon, afin que personne parmi les baptisés ne soit troublé si après son baptême il subit de plus grandes tentations, comme si c’était extraordinaire ; mais il doit supporter tout cela comme étant dans l’ordre des choses. C’est pour cela que vous avez reçu des armes : non pour rester oisifs, mais pour combattre.

Voici pour quels motifs Dieu n’empêche pas les tentations qui vous surviennent. D’abord pour vous apprendre que vous êtes devenus beaucoup plus forts. Puis, afin que vous gardiez la mesure, au lieu de vous enorgueillir des grands dons que vous avez reçus, car les tentations ont le pouvoir de vous humilier. En outre, vous serez tentés afin que cet esprit du mal, se demandant encore si vous avez vraiment renoncé à lui, soit convaincu, par l’expérience des tentations, que vous l’avez totalement abandonné. Quatrièmement, vous êtes tentés pour être entraînés à être plus forts et plus solides que l’acier. Cinquièmement, afin que vous ayez la certitude absolue que des trésors vous ont été confiés. Car le démon ne vous aurait pas assaillis s’il n’avait pas vu que vous receviez un plus grand honneur.

S. Jean Chrysostome (Homélies sur l’Évangile de Matthieu, n° 13,1)