Follow by Email

samedi 23 avril 2016

COMMENTAIRE DE SAINT CYRILLE D'ALEXANDRIE SUR LA LETTRE AUX ROMAINS « C'est le Christ qui est notre paix : des deux, il a fait un seul peuple... »


Il est écrit : Tous, tant que nous sommes, nous formons un seul corps et nous sommes membres les uns des autres, car le Christ nous rassemble dans l'unité par les liens de l'amour : C'est lui qui, des deux, a fait un seul peuple ; il a fait tomber le mur qui les séparait, la haine, en supprimant les prescriptions juridiques de la Loi. Il faut donc que nous ayons les mêmes sentiments réciproques ; si un membre souffre, que tous les membres partagent sa souffrance ; si un membre est à l'honneur, que tous partagent sa joie.

C'est pourquoi, dit encore saint Paul, accueillez-vous les uns les autres comme le Christ vous a accueillis pour la gloire de Dieu. Accueillons-nous les uns les autres, si nous voulons avoir les mêmes sentiments. Portons les fardeaux les uns des autres ; rassemblés dans la paix, gardons l'unité dans un même Esprit. C'est ainsi que Dieu nous a accueillis dans le Christ. Car celui-ci a dit vrai : Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils pour nous. En effet, le Fils a été donné en rançon de notre vie à tous, nous avons été affranchis de la mort, rachetés de la mort et du péché.

Saint Paul éclaire les perspectives de ce plan de salut lorsqu'il dit que le Christ s'est fait le serviteur de la circoncision en raison de la fidélité de Dieu. Car Dieu avait promis aux patriarches, pères des Juifs, qu'il bénirait leur descendance qui deviendrait aussi nombreuse que les astres du ciel. C'est pour cela que le Verbe, qui est Dieu, s'est manifesté dans la chair et s'est fait homme. Il maintient dans l'existence toute la création et il assure le bien-être de tout ce qui existe, puisqu'il est Dieu. Mais il est venu en ce monde en s'incarnant non pour être servi, mais, comme il le dit lui-même, pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude.

Il le reconnaissait bien : il est venu évidemment pour accomplir les promesses faites à Israël, puisqu'il disait : Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues d'lsraël. C'est pourquoi saint Paul ne ment pas lorsqu'il dit que le Christ s'est fait le serviteur des Juifs pour garantir les promesses faites à leurs pères. Mais il dit aussi que le Christ a été chargé par Dieu le Père de faire obtenir miséricorde aux païens, afin qu'eux aussi le glorifient comme le Créateur et l'Artisan de toutes choses, le Sauveur et le Rédempteur. ~ Ainsi, la clémence divine s'est étendue à tous, les païens ont été accueillis, et le mystère de la sagesse accompli dans le Christ n'a pas dévié de son but de miséricorde. Pour remplacer ceux qui sont tombés, c'est le monde entier qui a été sauvé par la compassion de Dieu.