Follow by Email

lundi 27 juin 2016

SERMON DE SAINT AUGUSTIN « SUR LES BREBIS » Le troupeau de Dieu



Les paroles que nous avons chantées expriment notre condition chrétienne : nous sommes les brebis de Dieu. Car c'est lui le Seigneur notre Dieu, c'est lui qui nous a faits. Il est notre Dieu. Nous sommes le peuple de son pâturage, les brebis guidées par sa main. Les bergers humains ~ n'ont pas fait les brebis qu'ils possèdent ; les brebis qu'ils conduisent, ce n'est pas eux qui les ont créées. Tandis que le Seigneur notre Dieu, parce qu'il est Dieu et créateur, a fait pour lui les brebis qu'il possède et qu'il conduit. Ce n'est pas un autre qui les a rassemblées, et celles qu'il a rassemblées, ce n'est pas un autre qui les conduit. ~

Après avoir professé dans ce cantique que nous sommes ses brebis, le peuple de son pâturage, les brebis guidées par sa main, écoutons ce qu'il nous dit comme à ses brebis. Précédemment, il parlait aux bergers et nous étions dans l'effroi ; ~ maintenant, c'est aux brebis qu'il parle et vous l'écoutez avec sécurité. Qu'y a-t-il donc dans ces paroles aujourd'hui ? Ne devrions-nous pas, à notre tour, être en sécurité, tandis que vous éprouveriez de l'effroi ? Pas du tout. D'abord parce que nous avons beau être pasteurs, le pasteur n'écoute pas seulement avec effroi ce qui est dit aux pasteurs, mais aussi ce qui est dit aux brebis. Car s'il écoute tranquillement ce qui est dit aux brebis, c'est qu'il ne s'intéresse pas à elles. Ensuite, et nous l'avons dit plus d'une fois à votre charité, deux points doivent être considérés à notre sujet : le premier c'est que nous sommes chrétiens, le second c'est que nous avons l'autorité. Du fait que nous avons l'autorité, nous sommes comptés parmi les pasteurs, si nous en sommes de bons. Du fait que nous sommes des chrétiens, nous sommes nous aussi, avec vous, des brebis. Que le Seigneur s'adresse aux pasteurs ou aux brebis, nous devons donc toujours l'écouter avec effroi, et l'inquiétude ne doit pas quitter notre cœur. ~

Apprenez donc, mes frères, pourquoi le Seigneur réprimande les brebis déloyales, et ce qu'il promet à ses brebis. Et vous, dit-il, mes brebis. ~ Quel bonheur d'être le troupeau de Dieu. Si l'on y réfléchit, mes frères, même au milieu des larmes et des épreuves présentes, cela donne une grande joie. ~. Car il a été dit : Toi qui es le pasteur d'Israël à celui dont il est dit : Il n'a pas sommeil, il ne dort pas, le gardien d'Israël. Donc, il veille sur nous quand nous veillons, il veille aussi sur nous quand nous dormons. Si le bétail d'un homme est en sécurité à cause de son berger humain, quelle doit être notre sécurité lorsque c'est Dieu qui nous conduit, non seulement parce qu'il nous conduit, mais aussi parce qu'il nous a faits! ~

Et vous, dit-il, mes brebis, parole du Seigneur : Voici que je vais juger entre brebis et brebis, entre béliers et boucs. Qu'est-ce que les boucs viennent faire dans le troupeau de Dieu ? Dans les mêmes pâturages, auprès des mêmes sources, les boucs destinés à être mis à la gauche du Seigneur sont mélangés avec les brebis de sa droite. Ils commencent par être tolérés avant d'être séparés. Et cela exerce la patience des brebis, à la ressemblance de la patience de Dieu. C'est lui qui fera la séparation: les uns à gauche, les autres à droite.