Follow by Email

vendredi 1 juillet 2016

TRAITÉ DE SAINT AUGUSTIN SUR LA PRÉDESTINATION DES SAINTS C'est par grâce que vous êtes sauvés



La lumière la plus éclatante sur la prédestination et la grâce, c'est le Sauveur lui-même, médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, le Christ Jésus. Par quels mérites préalables de sa foi ou de ses œuvres, la nature humaine qui est en lui a-t-elle obtenu d'occuper cette place ? Répondez à ma question : cet homme, comment a-t-il mérité d'être le Fils unique de Dieu, assumé par le Verbe coéternel au Père dans l'unité d'une personne divine ? Quelle sorte de bien, de sa part, a précédé cette union ? Qu'a-t-il fait auparavant, qu'a-t-il cru, qu'a-t-il demandé pour parvenir à cette supériorité inexprimable ? Si cet homme, dès qu'il a commencé d'exister, a commencé d'être le Fils unique de Dieu, n'est-ce pas par l'action et l'accueil du Verbe ? ~

C'est pourquoi nous devons découvrir en notre chef la source même par laquelle, selon la mesure de chacun, la grâce se répand dans tous ses membres. Tout homme devient chrétien, lorsqu'il commence à croire, par cette même grâce qui a fait que cet homme-là, dès son origine, est devenu le Christ. Le chrétien est rené de ce même Esprit Saint de qui le Christ est né. La rémission des péchés s'accomplit en nous par ce même Esprit Saint, grâce auquel le Christ n'a aucun péché. Certainement Dieu a su à l'avance qu'il agirait ainsi. Cette prédestination des saints a donc éclaté au plus haut degré chez le Saint par excellence. Qui donc pourrait la nier, parmi ceux qui comprennent bien les paroles de vérité ? Car nous avons appris que le Seigneur de gloire a été prédestiné, en tant que cet homme est devenu Fils de Dieu. ~

Jésus a donc été prédestiné, si bien que celui qui devait être le fils de David selon la chair, devrait être cependant le Fils de Dieu en toute puissance, selon l'Esprit de sanctification ; et cela parce qu'il est né de l'Esprit Saint et de la Vierge Marie. C'est ainsi que s'est réalisée de façon inexprimable cette adoption sans précédent d'un homme par le Verbe qui est Dieu, au point qu'on pourrait le dire proprement et véritablement tout ensemble Fils de Dieu et fils d'homme : fils d'homme, parce que c'est un homme qui est accueilli, et Fils de Dieu, parce que c'est le Fils unique de Dieu qui accueille l'homme. Sans cela, on ne devrait pas croire en la Trinité, mais en une quaternité.

Cette exaltation prédestinée de la nature humaine est telle, si sublime et si souveraine, qu'on ne peut en concevoir de plus élevée. De même, la divinité, de son côté, ne pouvait s'abaisser davantage qu'en accueillant la nature humaine avec la faiblesse de sa chair jusqu'à mourir sur la croix. De même donc que cet être unique a été prédestiné à être notre chef, ainsi avons-nous été prédestines, si nombreux que nous soyons, à être ses membres. Les mérites humains n'ont rien à dire ici, puisqu'ils avaient disparu par la faute d'Adam ; et ce qui doit régner, c'est la grâce de Dieu qui règne par Jésus Christ notre Seigneur, Fils unique de Dieu et le seul Seigneur. Si quelqu'un découvre dans notre chef des mérites préalables à cette génération sans pareille, qu'il cherche donc en nous, ses membres, des mérites préalables à notre innombrable régénération.