Follow by Email

vendredi 22 février 2019

Archbishop Viganò issues message to Pope and bishops on opening day of Vatican sex abuse summit

https://www.lifesitenews.com/news/archbishop-vigano-issues-open-message-to-pope-francis-and-bishops-on-day-on?utm_source=LifeSiteNews.com&utm_campaign=4aebf63cf1-Catholic_2_21_2019&utm_medium=email&utm_term=0_12387f0e3e-4aebf63cf1-402192817

Archbishop Viganò issues message to Pope and bishops on opening day of Vatican sex abuse summit | News
Featured Image

ROME, February 21, 2019 (LifeSiteNews) — Archbishop Carlo Maria Viganò has written an open message to Pope Francis and presidents of episcopal conferences around the world, who are gathered in Rome for the opening of a Vatican summit on clerical sex abuse. 

Here below is the full text of Archbishop Viganò's message, issued on the liturgical memorial of St. Peter Damian — Bishop, Confessor and Doctor of the Church.

*** 

We cannot avoid seeing as a sign of Providence that you, Pope Francis, and brother Bishops representing the entire Church have come together on the very day on which we celebrate the memory of St. Peter Damian. This great monk in the 11th century put all his strength and apostolic zeal into renewing the Church in his time, so deeply corrupted by sins of sodomy and simony.  He did that with the help of faithful Bishops and lay people, especially with the support of Abbot Hildebrand of the Abbey of St Paul extra muros, the future Pope Gregory VII.    

Allow me to propose for our meditation the words of our dear Pope Emeritus Benedict XVI addressed to the people of God in the General Audience of Wednesday, May 17, 2006, commenting on the very passage of the Gospel of Mark 8:27-33 that we proclaimed on today's Mass.

Peter was to live another important moment of his spiritual journey near Caesarea Philippi when Jesus asked the disciples a precise question: "Who do men say that I am?" (Mk 8: 27). But for Jesus hearsay did not suffice. He wanted from those who had agreed to be personally involved with him a personal statement of their position. Consequently, he insisted:  "But who do you say that I am?" (Mk 8: 29). 

It was Peter who answered on behalf of the others: "You are the Christ" (ibid.), that is, the Messiah. Peter's answer, which was not revealed to him by "flesh and blood" but was given to him by the Father who is in heaven (cf. Mt 16:17), contains as in a seed the future confession of faith of the Church. However, Peter had not yet understood the profound content of Jesus' Messianic mission, the new meaning of this word:  Messiah.

He demonstrates this a little later, inferring that the Messiah whom he is following in his dreams is very different from God's true plan. He was shocked by the Lord's announcement of the Passion and protested, prompting a lively reaction from Jesus (cf. Mk 8: 32-33).

Peter wanted as Messiah a "divine man" who would fulfil the expectations of the people by imposing his power upon them all:  we would also like the Lord to impose his power and transform the world instantly. Jesus presented himself as a "human God," the Servant of God, who turned the crowd's expectations upside-down by taking a path of humility and suffering.

This is the great alternative that we must learn over and over again:  to give priority to our own expectations, rejecting Jesus, or to accept Jesus in the truth of his mission and set aside all too human expectations.

Peter, impulsive as he was, did not hesitate to take Jesus aside and rebuke him. Jesus' answer demolished all his false expectations, calling him to conversion and to follow him: "Get behind me, Satan! For you are not on the side of God, but of men" (Mk 8: 33). It is not for you to show me the way; I take my own way and you should follow me.

Peter thus learned what following Jesus truly means. It was his second call, similar to Abraham's in Genesis 22, after that in Genesis 12: "If any man would come after me, let him deny himself and take up his cross and follow me. For whoever would save his life will lose it; and whoever loses his life for my sake and the Gospel's will save it" (Mk 8: 34-35). This is the demanding rule of the following of Christ:  one must be able, if necessary, to give up the whole world to save the true values, to save the soul, to save the presence of God in the world (cf. Mk 8: 36-37). And though with difficulty, Peter accepted the invitation and continued his life in the Master's footsteps.

And it seems to me that these conversions of St Peter on different occasions, and his whole figure, are a great consolation and a great lesson for us. We too have a desire for God, we too want to be generous, but we too expect God to be strong in the world and to transform the world on the spot, according to our ideas and the needs that we perceive.

God chooses a different way. God chooses the way of the transformation of hearts in suffering and in humility. And we, like Peter, must convert, over and over again. We must follow Jesus and not go before him:  it is he who shows us the way.

So it is that Peter tells us:  You think you have the recipe and that it is up to you to transform Christianity, but it is the Lord who knows the way. It is the Lord who says to me, who says to you:  follow me! And we must have the courage and humility to follow Jesus, because he is the Way, the Truth and the Life."

Maria, Mater Ecclesiae, Ora pro nobis,

Maria, Regina Apostolorum, Ora pro nobis.

Maria, Mater Gratiae, Mater Misericordiae, Tu nos ab hoste protege et mortis hora suscipe.

 

+ Carlo Maria Viganò

Tit. Archbishop of Ulpiana
Apostolic Nuncio
February 21, 2019
Memorial of St. Peter Damian

El Valle no se toca

jeudi 21 février 2019

Ver "Ending celibacy is not remedy for clerical sex abuse: Julio Loredo"

Il nous faut une actualisation de l'analyse de Jean Madiran

https://www.riposte-catholique.fr/archives/150034

Il nous faut une actualisation de l'analyse de Jean Madiran

Suite à cet article, un lecteur réagit :

I.

1. Ce qu'il nous faut, c'est une actualisation de cette forme d'analyse et de dénonciation, "madiranienne" de la poursuite actuelle de l'auto-décatholicisation et de la post-modernisation du catholicisme, cette décatholicisation, hier "conciliaire", aujourd'hui "évangélique", demain "synodale",

  • ayant été, globalement ou grosso modo, "communisante", dans les années 1960-1970, puis "socialisante", dans les années 1980-1990, avant de commencer à être "sociétalisante", c'est-à-dire croire-ensembliste, en l'homme, et vivre-ensembliste, en ce monde, depuis le début des années 2000,
  • ayant rendu possible la soumission de l'Eglise à une conception iréniste et utopiste des réflexions sur, et des relations avec les confessions chrétiennes non catholiques, dans le cadre d'un genre de dialogue interconfessionnel oecuméniste ; avec les religions non chrétiennes, dans le cadre d'une sorte de dialogue interreligieux unanimiste ; et avec telle conception dominante de l'homme et du monde, d'abord dans le cadre du gaudium-et-spisme post-conciliaire à la française, ensuite dans celui de ce que l'on appelle, au moins depuis mars 2013, le dialogue interconvictionnel.

2. Il est question de raisonner ici, non avant tout en termes d'apostasie ou d'hérésie, mais bien plutôt en termes d'oxymore et d'utopie, car nous sommes aujourd'hui en présence d'un christianisme catholique qui est "contemporain" non seulement sous l'angle chronologique, mais aussi, en assez grande partie, sous l'angle axiologique ou idéologique, et qui se dit ou, en tout cas, se veut, assez souvent, post-orthodoxe et post-réaliste.

3. Ainsi, en cherchant bien, on pourra trouver quelqu'un qui aura la présence d'esprit de préciser ou de rappeler davantage ce qui suit :

a) cette hérésie du XX° siècle est plutôt une utopie de la deuxième moitié du XX° siècle, ou a pour conséquence une utopie, qui se situe dans le prolongement de tout un ensemble, dont les principaux éléments fondateurs sont apparus avant la fin du premier tiers du XIX° siècle, notamment

  • dans la conception de la conscience de l'homme qui est proche de celle, ou telle que celle de Kant,
  • dans la conception du devenir du monde qui est proche de celle, ou telle que celle de Hegel,
  • dans le catholicisme libéral, tel qu'on le trouve à partir des idées et de l'oeuvre de Lamennais,
  • dans le protestantisme libéral, tel qu'on le trouve à partir des idées et de l'oeuvre de Schleiermacher ;

b) les experts et les Pères du Concile qui ont cru devoir prêter la main à la préparation puis à la validation des premières parties de Dignitatis humanae et de Nostra aetate, à la deuxième partie de Gaudium et spes, et à Unitatis redintegratio, ont manifestement cherché à procéder

  • à une conciliation entre la conception catholique et une conception libérale de la liberté, dans le domaine de la religion,
  • à une conciliation entre la conception catholique et une conception agnostique de la religion, et surtout des religions non chrétiennes,
  • à une conciliation entre la conception catholique et une conception libérale ou socialiste d'une partie des thèmes présents dans Gaudium et spes, comme on le voit dans les chapitres II (sur la culture) et IV (sur la communauté politique) de la deuxième partie de cette constitution pastorale,
  • à une conciliation entre la conception catholique et une conception protestante libérale, à propos des réflexions catholiques sur, et des relations des catholiques avec les confessions chrétiennes non catholiques, et vis-à-vis des réflexions et des relations entre les diverses confessions chrétiennes.

Le point a) qui précède décrit la toile de fond intellectuelle dont l'influence a rendu possible, 130 ans après, l'apparition de ces quatre "conciliations".

4. Une autre réflexion ou remarque s'impose : cette hérésie du XX° siècle, ou plutôt cette utopie de la deuxième moitié du XX° siècle, est tellement une "hérésie des évêques", pour reprendre l'expression de Jean Madiran,

  • qu'il est même arrivé, dans les années 1960-1970, qu'elle soit l'hérésie, ou l'utopie, la plus proche possible du premier d'entre les évêques, à Rome,
  • qu'il est aussi arrivé, dans les années 1980-1990, qu'elle soit l'hérésie, ou l'utopie, la plus proche possible du premier, parmi les évêques, le dialogue interconfessionnel oecuméniste, et surtout le dialogue interreligieux unanimiste, étant allés bien plus loin sous Jean-Paul II que sous Paul VI.

5. Comment sortir de cette perspective ou de cette tentative de transformation du christianisme catholique en une religion de l'oxymore, dans le cadre de laquelle bien des ambivalences, incohérences, inconséquences, inconsistances sont justifiées, légitimées, valorisées, véhiculées, tout en étant d'autant plus dissimulées dans leurs causes, ou minimisées dans leurs effets, que l'on considère communément et confusément qu'une incohérence inconséquente n'a pas à être considérée comme telle, dès lors qu'elle est "bien intentionnée", en direction de l'extérieur de l'Eglise ?

6. Avant et afin de commencer, ou de continuer davantage, à en sortir, il est nécessaire de rendre compte de l'une des caractéristiques fondamentales du christianisme catholique contemporain, lequel, manifestement, et assez souvent,

– ne se veut pas avant tout surnaturellement, théologalement, missionnairement et trinitairement catholique, d'une manière confessante,

mais

– se veut avant tout axiologiquement, idéologiquement, anthropocentriquement et humanitairement contemporain, d'une manière dialoguante.

7. Pour pouvoir commencer ou continuer à en sortir, il est donc nécessaire de concevoir, puis de déployer une ligne de pensée propice à l'actualisation de ce qu'a fort bien élucidé et explicité Jean Madiran, en 1968, en précisant ou en rappelant que la crise que le christianisme catholique contemporain inflige à lui-même, au moins depuis le début de l'avant-Concile, sous Pie XII, n'est pas assimilable, et ne peut pas être réduite, à une crise d'adaptation ou d'évolution, conjoncturelle et en surface, mais est compréhensible, et doit être comprise, pour ce qu'elle est vraiment : une crise d'inspiration et d'orientation, fondamentale et en profondeur, une crise d'identité, ou plutôt une mutation de son identité, d'une extrême gravité.

8. En effet, au coeur de cette crise, ou plutôt au sein de cette mutation, que le catholicisme s'inflige, beaucoup considèrent en substance

– que ce qui devrait pouvoir faire encore autorité, d'une manière éclairante, exigeante, orthodoxe, réaliste, et qui provient de l'intérieur du catholicisme, en ce qu'il a de spécifique, ne doit pas ou ne doit plus pouvoir faire autorité, notamment d'une manière informative et régulatrice,

et

– que ce qui ne devrait pas pouvoir faire autorité, et qui provient d'une conception tout à fait adogmatique, consensualiste, idéaliste, immanentiste, inclusiviste, oecuméniste ou unanimiste des réflexions sur, et des relations avec les confessions chrétiennes non catholiques, avec les religions non chrétiennes, et avec telle conception dominante de l'homme et du monde, doit pouvoir faire autorité, d'une manière hégémonique et irréversible…

II.

9. Il est utile de développer les raisons pour lesquelles il convient d'actualiser l'analyse et l'appréciation de Jean Madiran sur la crise de l'Eglise, ou plutôt sur la mutation, ou la transmutation, du christianisme catholique contemporain, puisque bien des clercs qui en ont la charge veulent qu'il soit de moins en moins catholique et de plus en plus contemporain, non pour mieux le faire comprendre de son environnement extérieur, en tant que composante du christianisme qui fonctionne avant tout à l'annonce, en vue de la conversion et de la sainteté, mais pour mieux le faire approuver par son environnement extérieur, en tant que composante du christianisme qui fonctionne avant tout au dialogue, en vue du consensus et du suivisme.

10. Il y a au moins deux courants de pensée, particulièrement caractéristiques du catholicisme des années 1960-1970, qui ont à peu près disparu, aujourd'hui, en Europe et en France : une certaine forme d'existentialisme marxisant et un certain type d'évolutionnisme teilhardien.

11. Or, la présence de ces deux courants de pensée, dans les années qui ont précédé la publication de L'hérésie du XX° siècle, comme dans celles qui ont suivi cette publication, a eu une influence non négligeable, non seulement, bien entendu, sur la rédaction de ce livre, mais aussi, évidemment, sur la réception, ou plutôt sur la non réception du même livre, puisque, au sein même de l'Eglise, bon nombre de ceux qui auraient dû pouvoir être un tant soit peu disponibles et réceptifs pour ce livre ont été inspirés par l'un et/ou par l'autre de ces deux courants de pensée, l'articulation et la coopération entre cet existentialisme marxisant et cet évolutionnisme teilhardien ayant eu une influence considérable sur le "gaudium-et-spisme post-conciliaire à la française" qui a constitué, notamment hier, des années 1960 aux années 2000 incluses, "l'idéologie implicite" de l'épiscopat français.

12. Et il y a d'autres courants de pensée, particulièrement caractéristiques du catholicisme des années 1980, 1990, 2000 et 2010, dont Jean Madiran n'a pas eu la possibilité de parler, dans les années 1960 et 1970, alors que ces courants de pensée ont une assez grande part de responsabilité dans l'inscription de la crise de l'Eglise, ou plutôt de la mutation de l'Eglise, dans la durée et en profondeur, et dans le fait que le recentrage wojtylien, puis ratzingérien, a été, en assez grande partie, bien plus un demi-recentrage, en surface, qu'un véritable recentrage, en plénitude et en profondeur.

13. En particulier, il est certain que Jean Madiran n'a pas pu parler, dans les années 1960-1970, du dialogue interreligieux, d'inspiration pour ainsi dire panchristique et postmoderne, auquel nous avons droit depuis la fin des années 1970 ou le début des années 1980, puisque, précisément, nous n'avons droit à ce dialogue interreligieux là, avec cette ampleur et cette source d'inspiration là, que depuis le début du pontificat de Jean-Paul II.

14. De même, il est certain que Jean Madiran n'a pas pu parler, dans les années 1960-1970, de la combinaison ou du remplacement du mode de raisonnement historiciste, tout à fait caractéristique du pontificat de Paul VI, avec ou par le mode de raisonnement herméneutiste, qui a commencé à émerger à la fin des années 1960 ou au début des années 1970, dans certains cercles philosophiques et théologiques, mais qui n'a commencé à s'épanouir avec davantage d'ampleur et de portée qu'à partir de la fin des années 1970 ou du début des années 1980, sous le pape Jean-Paul II.

15. En outre, il est certain que, pendant longtemps, du début des années 1960 au milieu des années 1980, certains ont cru, de bonne foi, que le combat entre les conservateurs et les "intégristes", d'un côté, entre les rénovateurs et les "progressistes", de l'autre côté, était réductible à un combat entre la "droite" de l'Eglise, anti-communiste, anti-socialiste, anti-marxiste, anti-teilhardienne, et la "gauche" de l'Eglise, située à l'opposé.

16. Mais, par ailleurs, il est tout aussi certain que, au moins depuis le milieu des années 1980, c'est-à-dire depuis que "l'esprit du Concile" a été rejoint par "l'esprit d'Assise", et depuis que l'un et l'autre de ces deux "esprits" ont été encouragés, favorisés, légitimés, valorisés par des clercs peu soupçonnables d'avoir été philo-communistes, ou même philo-socialistes, avant ou pendant le pontificat de Jean-Paul II, nous n'en sommes plus tout à fait à cette distinction, plus "politique" ou temporelle que "religieuse" ou spirituelle, entre la "droite" et la "gauche" de l'Eglise.

En d'autres termes, il semble vraiment que nous soyons aujourd'hui en présence d'une bi-polarisation, au sein de l'Eglise, qui n'a plus tout à fait les mêmes fondements, ni le même contenu, qu'entre 1965 et 1985, et une actualisation de l'analyse et de l'appréciation de Jean Madiran sur les origines, les composantes et les conséquences de la crise de l'Eglise, ou plutôt de la mutation de l'Eglise, pourrait permettre d'expliciter le spécifique de cette nouvelle bi-polarisation, probablement entre les catholiques avant tout "confessants" et les catholiques avant tout "dialoguants".

III.

17. Hier, Jean Madiran et quelques autres intellectuels catholiques ont été confrontés, dans les années 1960-1970, à des intellectuels catholiques, rénovateurs ou progressistes, qui, certes, étaient vraiment rénovateurs ou progressistes, et d'une manière très idéologique ou très intellectualiste.

18. Mais, aujourd'hui, il crève les yeux que si, de nos jours, des intellectuels catholiques, orthodoxes et réalistes, et non irénistes ni utopistes, essayaient de critiquer davantage, d'une manière explicite et spécifique, la poursuite de l'auto-décatholicisation post-conciliaire à laquelle nous avons droit depuis 1965, ils seraient confrontés, notamment, non à des idéologues ni à des intellectuels à peu près dignes de ce nom, mais à des néo-catholiques postmodernes et sentimentaux, qui semblent vraiment croire en ceci : "il suffit d'aimer" les confessions chrétiennes non catholiques, les religions non chrétiennes et les traditions croyantes non chrétiennes, telle conception dominante de l'homme et du monde, "l'Europe", "les migrants", etc., dans le respect de telle conception consensualiste fraternitaire de l'inclusion au sein ou autour de l'Eglise, ou dans celui de telle conception inclusiviste périphériste du dialogue interreligieux et du dialogue interconvictionnel. Oui, manifestement, pour certains d'entre eux, "il suffit d'aimer", par la foi en l'homme, pour la gloire de l'homme, pour le bonheur de l'homme dans le monde et pour la paix entre les hommes dans le monde.

19. Du temps de Jean Madiran et dans les années 1960-1970, des intellectuels catholiques rénovateurs, proches de, ou tels que Congar, Rahner, etc., avaient des connaissances théoriques et des connaissances historiques considérables, en philosophie, en théologie, etc. On pouvait ne pas être d'accord avec eux, et le moins que l'on puisse dire est que la suite a montré que ceux qui n'étaient pas d'accord avec l'anthropologie rahnerienne et avec l'ecclésiologie congarienne n'avaient pas tort, mais nul ne pouvait contester l'érudition philosophique et/ou théologique de ces rénovateurs.

20. Mais, aujourd'hui, surtout, apparemment, depuis le début des années 2010, on ne peut qu'être effaré par la mièvrerie ou la pauvreté des arguments mis en avant par les continuateurs ou les imitateurs des rénovateurs ou des progressistes d'hier, les décatholicisateurs ou postmodernisateurs d'aujourd'hui considérant en substance que leurs contradicteurs n'ont pas le niveau, ou ont un point de vue déficient en charité chrétienne, ou ont un point de vue dépassé par l'évolution des mentalités, ou encore ont un point de vue qui porte atteinte à l'orientation préférentielle de l'Eglise, qui n'est plus avant tout enseignante, mais qui est désormais avant tout écoutante, en direction de "l'avenir" et de "l'unité".

21. Il y a d'ailleurs un signe qui ne trompe pas, sur l'absence d'arguments des pérennisateurs de l'auto-décatholicisation post-conciliaire : c'est leur autoritarisme "évangélique", au préjudice de leurs contradicteurs, qui sont ainsi sommés d'obéir à des clercs qui, EUX, n'obéissent pas, ou n'obéissent plus aux références et aux thématiques respectueuses du catholicisme, et transmettrices du catholicisme, qui devraient pouvoir continuer à faire autorité, au sein de l'Eglise catholique. Certes, cet autoritarisme (hier "conciliaire", demain "synodal" ?) a existé dès les années 1960, mais il semble vraiment que, depuis le début de cette décennie, il soit au moins autant à l'ordre du jour que dans les années 1960 et dans les années 1970.

22. Et l'on en arrive à présent à la "dernière" raison pour laquelle il semble vraiment indispensable d'actualiser l'approche de Jean Madiran, marquée par les années 1960-1970 ; celui-ci, sous Jean XXIII, puis sous Paul VI, a eu en face de lui des clercs décatholicisateurs qui ont longtemps cru que cette orientation programmatique, ou que cette stratégie globale, allait finir, tôt ou tard, par donner des fruits, les sacro-saints "fruits du Concile".

23. Mais aujourd'hui, les continuateurs des clercs critiqués par Jean Madiran et par d'autres auteurs savent bien, EUX, et même très bien, que cette orientation programmatique, ou que cette stratégie globale, placée sous le signe de la dénaturation ou de la dérégulation de la foi catholique, en tant que théologale, de la morale chrétienne, de la liturgie ou des sacrements de l'Eglise, et de la vie chrétienne, en tant que surnaturelle, donne assez peu de fruits, ou ne donne pas de fruits, et ils savent même qu'elle donne assez peu ou pas de fruits au sein de la vie morale et de la vie spirituelle d'une partie des clercs qui y adhèrent le plus…

24. Voilà, il faut bien le dire, toute la différence de perception, ou de "ressenti", entre les années 1960-1970 et les années 2010 : Jean Madiran a eu en face de lui des clercs qui se sont permis de mépriser ou de négliger ses analyses et ses appréciations, parce que, en gros, il était dépassé, il était du passé, alors qu'eux étaient des "bâtisseurs d'avenir", inspirés par une conception "conciliaire" de l'avenir, orientés vers une relation "conciliaire" à l'avenir, qui ont longtemps cru que leur dynamique "pastorale" allait finir par commencer à donner, chaque année, un peu plus de fruits…

…Alors qu'aujourd'hui, un évêque diocésain, depuis l'intérieur de l'Eglise qui est en France, qui dirait, en substance, que le catholicisme souvent dit "identitaire" incarne un passé révolu, tandis que le catholicisme parfois dit "humanitaire" incarne un avenir prometteur, provoquerait, dans certains milieux mieux informés et plus lucides que d'autres, un gigantesque éclat de rire, compte tenu du fait que les vocations religieuses et sacerdotales sont souvent d'un côté, et que les fermetures de communautés religieuses, de séminaires et de presbytères sont souvent de l'autre côté…

Ver "Why Catholic leaders must warn about dangers of homosexuality: Scott School"

Ver "Vatican’s promotion of sex-ed programs is part of sex abuse crisis: John Smeaton"

Ver "Catholic leaders must stop trivializing homosexuality: Jean-Pierre Maugendre"

Ver "Blaming abuse crisis on 'clericalism' is act of clericalism: Michael Matt"

Ver "Cdl. Brandmüller explains why he and Cdl. Burke wrote open letter to bishops at abuse summit"

Chartres : pèlerinage des pères de famille

https://fsspx.news/fr/chartres-pelerinage-des-peres-de-famille-45201

Chartres : pèlerinage des pères de famille
fsspx.news
news-header-image

Cette journée de prière et de sacrifice, placée sous le patronage de saint Joseph, modèle des travailleurs, est aussi un moment d'amitié, de convivialité et de détente. 

Le pèlerinage poursuit un triple objectif : 

- donner par la pénitence et la prière, l'occasion particulière à tout père de famille de se sanctifier, le salut de la famille étant étroitement lié à la sainteté du chef de famille ; 
- acquérir, par l'intercession de saint Joseph, la persévérance dans la réalisation des devoirs d'état du père de famille ; 
- obtenir, par l'intercession de Notre Dame, la réhabilitation du rôle du chef de famille dans la société. 

Pèlerinage entre Epernon et Chartres, distance parcourue : 25 km 
Rendez-vous samedi 16 mars 2019, en gare d'Epernon à 7h30 
Arrivée à Notre-Dame de Chartres à 16h30 
16h30 - 17h00 : prière dans la cathédrale 
17h00-17h15 : mouvement cathédrale - gare de Chartres 
17h34 : départ du train Chartres-Epernon 
18h01 : arrivée en gare d'Epernon 

Renseignements et inscriptions en ligne sur le site du Mouvement Catholique des Familles  

Téléphone : 06 38 78 66 18 - Courriel : contact@m-c-familles.fr    

 



Appel de Chartres n°227




Appel de Chartres n°227

Debout ! La mission vous attend !


« Le bonheur de certains appartient, par un mystère de charité, à tout le monde » écrivait Paul Claudel.

Cette phrase me semble aujourd'hui particulièrement appropriée aux pèlerins de Notre Dame de Chrétienté : chaque pèlerin, quel qu'il soit, est en effet, si l'on suit le grand poète français, à la fois un « certain » et un « tout le monde », ou encore le bonheur de chaque pèlerin appartient à tout le monde, et le bonheur de certains appartient également à chaque pèlerin. Et ce, sans s'arracher les cheveux ni les couper en quatre, bien que la référence au génial écrivain du Soulier de satin puisse, j'en conviens, évoquer de telles tractations !

Remarquons tout d'abord que c'est bien « par un mystère de charité » que ce petit miracle de chaque Pentecôte s'accomplit. Le Saint-Esprit, troisième personne de la Sainte Trinité, est ce nœud d'amour qui unit le Père et le Fils, en procédant de Leur amour, et c'est bien Lui qui protège notre pèlerinage de Chrétienté. Sans Lui, nous ne pouvons rien faire ! Mystère de charité, aussi, qui est celui de l'Eglise, vivifiée par sa tête, le Christ, mort par amour pour nous. Sur des bases ainsi stables, voyons l'enseignement de l'écrivain.

Le bonheur de certains, dit-il, appartient à tout le monde. Le mois de février, qui s'allonge démesurément entre les joies de Noël et l'ascèse quadragésimale, paraît propice à la douce somnolence de l'hibernation. Mais les Français ne sont pas de la race des ours ! Ils sont de la race d'un saint Bernard, d'une sainte Thérèse de Lisieux, d'un saint Théophane Vénard ! Prêcher, prier, évangéliser et baptiser sans relâche, en un mot se sacrifier. La France est le pays qui a fourni le plus de missionnaires. Le cardinal Sarah, qui nous a tant honorés l'année dernière, aime à redire qu'il doit la pourpre de son cardinalat au sang des missionnaires français venus dans sa terre natale. « Seigneur, le zèle de ta maison me consume », dit l'Ecriture Sainte. En ces temps de vent, de froidure et de pluie, laissons-là nous aussi nos manteaux, pour nous vêtir de livrées jolies et de broderies. Un missionnaire, c'est d'abord un saint, un « contemplatif en action » (Redemptoris missio). C'est en ce sens que le bonheur de certains appartient à chaque pèlerin, à un « tout le monde » qui englobe aujourd'hui chaque marcheur et ange gardien de Pentecôte. Le sommeil en hiver est fatal au voyageur...

Amis pèlerins, debout ! Il est temps de réveiller votre entourage, de réfléchir au chapitre où vous pèlerinez, de le grossir par votre zèle apostolique, et de nourrir le dit zèle ! Comment ? C'est tout simple : participez aux récollections régionales, venez soutenir vos chefs de chapitre et vous rassasier de la bonne parole de nos aumôniers, venez préparer votre marche, et raffermir vos pieds par l'accroissement des connaissances.

Votre aimable région est dépourvue de chapitre ? Votre paroisse se meurt d'inexistence au sein du pèlerinage ? Faites advenir le printemps et les fleurs sur ces terres glacées et désolées ! Fondez votre chapitre, en écrivant à votre chef de région !

Que les esprits timides et débordés se rassurent : notre patronne des missions est bien la carmélite de Lisieux, qui depuis son couvent sut être une âme missionnaire d'élite. Et c'est bien le conseil de Dom Chautard « Qui ne connaît cette parole de saint Bernard aux apôtres : Si vous êtes sage, soyez des réservoirs et non des canaux (...). Le canal laisse écouler l'eau qu'il reçoit sans en garder une goutte. Le réservoir au contraire se remplit d'abord, puis, sans se vider, verse un trop-plein toujours renouvelé dans les champs qu'il fertilise. Combien qui, adonnés aux œuvres, ne sont jamais que des canaux et restent eux-mêmes à sec alors qu'ils s'efforcent de féconder les cœurs ! ». Depuis votre prière quotidienne, chaque pèlerin pourra assurer le bonheur de tous, puisque prier pour tout le monde !

Mais aussi, le bonheur de chaque pèlerin appartient à tout le monde. A savoir que « toute âme qui s'élève élève le monde ». Tout le monde, ce sont nos communautés religieuses amies qui, depuis leur cloître, font monter leurs prières vers Dieu pour chaque pèlerin. Tout le monde, c'est l'Eglise triomphante – et j'ajouterais française – qui, du haut du ciel, contemple ses descendants, ceux de chez nous, qui sont encore militants. Le missionnaire est un témoin de l'amour de Dieu, et dans ce sens, le bonheur que reçoit chaque pèlerin ne lui appartient pas, mais devient vitrail de l'amour de Dieu pour les autres, chacun étant coloré par la Grâce à sa façon.

Chacun reflète l'Aventure, qui est celle de la Foi, de l'Espérance et de la Charité. Saint Grégoire écrit ainsi « L'apostolat ne consiste pas à courir après les âmes, mais à être tel que les âmes viennent à vous ». Saint Benoît-Joseph Labre, le mendiant missionnaire, saint François de Sales dans son évêché protestant, le Bienheureux Charles de Foucauld dans son ermitage sont, chacun à leur manière, des missionnaires-vitraux.

Amis pèlerins, votre bonheur appartient à tous, et le bonheur de certains dépend de vous. C'est encore un écrivain français qui nous dit, fin connaisseur qu'il était des grandes vérités de la nature : « Et ce champ inculte où tu marches attend non pas que tu pleures sur sa mauvaise végétation, mais que tu le défriches pour y semer le bon grain. Là où il n'y a pas d'amour, mettez de l'amour et vous tirerez de l'amour ». A bientôt sur les routes de Chartres, dans cette campagne beauceronne qui n'attend que votre amour !

Vous voulez sortir de votre hibernation alors rejoignez-nous en vous proposant auprès de votre chef de région ! (cliquez ici)

Vous voulez aider durant l'année et marcher durant le pèlerinage alors n'hésitez pas les anges gardiens ont besoin de votre aide dès maintenant ! (angesgardiens@nd-chretiente.com)

Vous voulez aider les pèlerins qui marchent auprès des chapitres familles alors écrivez-nous ! (familles@nd-chretiente.com)

Vous êtes à l'autre bout du monde et vous voulez nous aider à distance, nous avons besoin de vous ! (recrutement@nd-chetiente.com)

Vous l'aurez compris la direction des pèlerins (DIRPEL) recrute et vous invite dès maintenant à nous proposer vos talents ! (recrutement@nd-chetiente.com)

Sursum corda !

La Direction des Pèlerins


www.nd-chretiente.com


Notre-Dame de Chrétienté - 191 avenue du Général Leclerc 78220 Viroflay - Tél: 01.39.07.27.00

mercredi 20 février 2019

Leading Church historian explains why Vatican abuse summit won’t touch homosexuality

https://www.lifesitenews.com/opinion/leading-church-historian-explains-why-vatican-abuse-summit-wont-touch-homos

Leading Church historian explains why Vatican abuse summit won't touch homosexuality | Opinion
Featured Image

Editor's note: An international group of lay Catholics held a public demonstration in Rome yesterday just outside the Vatican, demanding that Pope Francis and the world's bishops address homosexuality during the upcoming abuse summit as the major cause of the sexual abuse crisis in the Catholic Church. The following statement was given by Prof. Roberto de Mattei during a press conference at the event. Read all statements here

February 20, 2019 (LifeSiteNews) – If the summit of the presidents of the Bishops' Conferences of the world gathered by Pope Francis limits itself to addressing only the abuse of minors, as the title of the summit indicates, without addressing, for example, the question of homosexuality in the Church, it will be a meeting destined to fail, because it will not address the true causes of the problem.

It would be hypocrisy to limit the scandal to pedophilia, ignoring the plague of homosexuality, which is not only a vice contrary to human nature but also forms the basis for a structure of power within the Church. And it would be hypocritical to limit itself to only denouncing moral scandals, without addressing their doctrinal roots, which stem from the years of the Second Vatican Council and the post-conciliar period.

It seems instead that ecclesiastical authority is interested in crimes such as pedophilia or rape, not because they are a most grave violation against divine and natural law and thus constitute an offense against God, but only because they are an example of violence against our neighbor and thus are legally crimes in modern secular states.  But the modern secular states which condemn pedophilia promote homosexuality, and today the men of the Church are afraid of being called out as "homophobes".

In recent days, this has been displayed in the media campaign to launch the new book of Frédéric Martel, Sodoma, which asserts that every churchman who condemns homosexuality is a homophobe and every homophobe is a repressed homosexual. Thus the true sin is said to be the hypocrisy of those who do not publicly declare themselves homosexual. 

This book represents an attempt to exercise menacing media pressure on the bishops who are gathering in Rome in order to reduce them to silence. We are here today to break down this wall of silence. Silence may be broken with words, as we are doing in this press conference, but also by symbolic actions, such as we have done in our demonstration in Piazza San Silvestro. Speaking does not mean only murmuring words, and thus a public demonstration can express a message more strongly than verbal language. 

St. Gregory the Great in his Pastoral Ruledefines wicked pastors as "mute dogs, incapable of barking" (Isaiah 56:10). " For a pastor, what is the fear of speaking the truth, if not turning his back on his enemy with his silence?" Our appeal is made to the Presidents of the Bishops' Conferences gathered in Rome, and to the bishops of the world, asking that someone among them will have the courage to stand up and break the silence, as Archbishop Carlo Maria Viganò did.

If this does not happen, our testimony will remain as an admonition against those Pastors of the Church who, with their sepulchral silence, are in fact disowning Catholic faith and morals. But Our Lord Jesus Christ has told us that He will confess or deny before God whoever will have confessed or denied Him before men (Mt 11:32, Lk 9:26, 13:8-9).

Ver "SAN IGNACIO DE LOYOLA Y LA COMPAÑIA DE JESÚS por Agnus Dei Prod"

La paz de Cristo en el Reino de Cristo: redescubramos al papa Pío XI

https://adelantelafe.com/la-paz-de-cristo-en-el-reino-de-cristo-redescubramos-al-papa-pio-xi/

La paz de Cristo en el Reino de Cristo: redescubramos al papa Pío XI

El día 10 del presente mes de febrero se cumplen 80 años del fallecimiento de Su Santidad Pío XI (Achille Ratti), que ocupó el trono de San Pedro entre 1922 y 1939. Quizás no debería sorprendernos mucho que en un mundo en el que las comunicaciones electrónicas van y vienen incesantes haya caído en un olvido generalizado alguien que inició su pontificado hace un siglo. Pero Pío XI, cuyo rotundo lema da título al presente artículo, merece ser mejor conocido y cordialmente estimado por sus magníficas encíclicas, todas ellas llenas de fuego, claridad y valor. Digo más: esos documentos constituyen una valiosa fuente a la que recurrir, válida para todos los tiempos, no solamente para el tenso periodo de entreguerras en que dicho pontífice fue llamado a servir a la Iglesia de Cristo.

El que habría de reinar como Pío XI era de origen humilde y gozó de una tranquila trayectoria intelectual con un doctorado en teología que le llevó a ser director de la Biblioteca Vaticana. La exitosa labor que desempeñó más tarde como nuncio en Polonia y como arzobispo de Milán hicieron de él un buen candidato al solio pontificio a la muerte de Benedicto XV.

Ni la Iglesia ni el mundo tardaron mucho en conocer el temple del nuevo pontífice. Su encíclica inaugural, Ubi arcano Dei consilio (1922) describe la situación internacional tras la Primera Guerra Mundial con una sagacidad espiritual que ningún historiador seglar podría igualar, y propone como única solución convincente una aplicación concienzuda de la doctrina social de la Iglesia. Esta insistencia en poner por obra el magisterio social católico, este empeño en formular una alternativa verdaderamente católica a la escalada socialista, la furia  fascista y la crueldad del capitalismo, habría de ocupar a Pío XI en muchas de sus treinta y tantas encíclicas. Dicen que cuantos más cambios se introducen, más sigue todo igual, y esto resulta particularmente pertinente con las encíclicas de Pío XI. Los fieles siguen enfrentados a los mismos desafíos de cuando las escribió, aunque haya cambiado el tono o el ritmo de la música.

Le sigue en orden, y con una importancia tremenda en el Magisterio de la Iglesia, la muy controvertida Quadragesimo anno (1931), promulgada con motivo del cuadragésimo aniversario de la Rerum novarum de León XIII (1891). De todas las encíclicas de temática social publicadas desde León XIII hasta Juan Pablo II, ninguna es más contundente, directa y completa que ésta, con su certero análisis de las finanzas internacionales ante el trasfondo de explotación que conforma los mercados económicos. Ya va siendo hora de recuperar los derechos de nacimiento que nos corresponden como católicos volviendo a las más ricas fuentes de sabiduría social de la Iglesia, entre la cuales sin duda amerita contarse esta encíclica.

El rasgo fundamental que caracterizó las enseñanzas de Pío XI fue el reinado de Cristo sobre todos los hombres, sociedades, naciones e instituciones. Este ideal del primado y omnipresencia de Cristo motivaba su pensamiento, deseos, intervenciones y orientación. Y ése es el ideal que sigue siendo totalmente vigente para nosotros. La Iglesia Católica sólo florecerá en este periodo de modernidad tardía en la medida en que conozca y viva las enseñanzas de Pío XI proclamó denodadamente en su encíclica Quas primas (1925), que es una de las cartas más importantes que haya escrito un papa en el siglo XX. En dicha carta Pío XI establece una nueva festividad, la de Cristo Rey, fiesta que ha llegado a ser familiar para todos los católicos del mundo aunque su finalidad original haya quedado un tanto empañada por posteriores alteraciones litúrgicas.

Su clásica encíclica Casti-connubii (1930) es la mejor exposición que haya publicado un papa sobre el concepto católico de matrimonio, con su elevado y realista concepto del sacramento. Si no contrastamos las últimas enseñanzas de Juan Pablo II sobre el matrimonio con Casti connubii, y la entendemos en continuidad con ella, corremos el riesgo de malinterpretarlas. No se puede leer una encíclica mejor que ésa en preparación para la vida conyugal.

Este pontífice nos dio también la carta magna de la educación cristiana de niños y jóvenes, Divini illius magistri (1929). Los padres que escolarizan a sus hijos en casa tendrán la alegría de ver que Pío XI es partidario de que la norma establecida por Dios es que los niños sean instruidos en casa por sus progenitores, siendo la excepción moderna que les enseñen personas ajenas a su familia en colegios rebosantes de peligros para su formación moral y religiosa. Lo cual no impide, claro está, que el Papa explique los principios que deben observar todos los educadores en la enseñanza de alumnos cristianos, ya se trate de parientes de los niños o de docentes profesionales. El eco de esta encíclica sigue resonando hoy en día en que tantos de los males que deploraba Pío XI, novedosos en su tiempo, como la educación sexual, son el pan nuestro de cada día. Lo positivo es que buena parte de lo que dice este pontífice sobre la pedagogía eficaz y el orden jerárquico de las materias sigue siendo válido y aplicable.

Las dos encíclics de 1937, respectivamente sobre las aberraciones soviéticas y las de los nazis, —Divini Redemptoris y Mit brennender Sorge— transportan conmovedoramente al lector a las escalofriantes épocas en que se escribieron. A pesar de sus limitaciones temporales, dichas encíclicas expresan una filosofía política católica que continúa siendo válida hoy siempre lo será, además de constituir una crítica contundente de errores que, a pesar de ser refutados constantemente por la realidad, no dejan de resurgir en toda sociedad opulenta y hastiada o pobre y arruinada y en la miseria.

En Ad catholici sacerdotii (1935), Pío XI se dirige con franqueza a todos los sacerdotes y aspirantes al sacerdocio. Es una de las encíclicas más apasionadas y elocuentes y uno de los tratados mejor razonados sobre la naturaleza, privilegios y exigencias del sacerdocio, motivo por el cual debería ser de lectura obligada para todos los seminaristas. Pío XI parece oscilar entre exaltar las alabanzas de tan elevada vocación y señalar sus ineludibles exigencias. El lector se queda con la impresión de que el estado y la vocación sacerdotales son un don sublime y provechoso del Padre de las Luces; un don que muchos más tendrían que acoger. Es más, ¡yo diría que la mera lectura de esta encíclica aumentaría el número de vocaciones al sacerdocio!

Por último, me gustaría mencionar la fascinante encíclica sobre el cine, Vigilanti cura (1936) escrita cuando este medio de entretenimiento comenzaba a cobrar importancia. Si ha habido un hombre que ha sabido entender lo que depararía el futuro ha sido Achille Ratti. En la encíclica lamenta la iniciación a la lujuria y el deseo que proporcionan muchas películas y propone estrictas orientaciones para que obispos y comisiones de laicos ejerzan una censura. La endeble orientación cinematográfica facilitada por empleados de las diócesis estadounidenses es una pariente pobre de los sanos y precisos principios morales que, con sensibilidad artística, formuló Pío XI en 1936. Si pudiéramos volver a la sencilla sensatez con inocencia de niños que prescribe Vigilanti cura, se lograrían grandes avances en pro de la santidad.

La vida de Pío XI concluyó en medio del tenebroso clima que estallaría dando lugar a la Segunda Guerra Mundial. En su lecho de muerte, ofreció su vida por la paz del mundo. La lectura de sus encíclicas nos pone en contacto con un papa de un catolicismo sin concesiones que, como velaba con sincero interés por su grey, no permitió que ésta se descarriara; todo lo contrario, señaló constantemente el camino a la vida trazado por la experiencia y la tradición católicas. Nos sería de mucho provecho recurrir a su sabiduría para que nosotros, mal guiados por prelados de otra calaña, no terminemos recorriendo los falsos caminos que el mundo actual hace pasar por exigencias ineludibles de una sociedad posmoderna.

(Traducido por Bruno de la Inmaculada. Artículo original)

Cdl. Burke: Pope’s declaration saying God wills ‘diversity of religions’ is ‘not correct’

https://www.lifesitenews.com/news/cdl.-burke-popes-declaration-saying-god-wills-diversity-of-religions-is-not?utm_source=LifeSiteNews.com&utm_campaign=2111a104ac-Catholic_2_19_2019&utm_medium=email&utm_term=0_12387f0e3e-2111a104ac-402192817

Cdl. Burke: Pope's declaration saying God wills 'diversity of religions' is 'not correct' | News
Featured Image

February 19, 2019 (LifeSiteNews) – Cardinal Raymond Burke thinks the controversial statement in a joint Catholic-Muslim declaration signed by Pope Francis in Abu Dhabi earlier this month, which says that God wills a diversity of religions, is wrong and should be removed.

The statement "has to be removed from this accord because it's not correct," Burke said.

The prefect emeritus of the Apostolic Signatura joined numerous theologians and philosophers who have criticized the passage that stated the "diversity of religions" is "willed by God."

Pope Francis signed the document, "On Human Fraternity for World Peace and Living Together," along with Sheikh Ahmed el-Tayeb, grand imam of Egypt's al-Azhar Mosque, on February 4.

The signing was part of an interreligious meeting during Francis' three-day apostolic visit to the United Arab Emirates February 3-5, the first time a pope has visited the Arabian Peninsula.

While the Vatican has called the document "an important step forward" in Christian-Muslim relations and a "powerful sign of peace and hope for the future of humanity," some are saying the particular passage seems to contradict the Catholic faith.

Others have downplayed the controversy associated with the statement.

The full passage reads:

"Freedom is a right of every person: Each individual enjoys the freedom of belief, thought, expression and action. The pluralism and the diversity of religions, color, sex, race and language are willed by God in His wisdom, through which He created human beings. This divine wisdom is the source from which the right to freedom of belief and the freedom to be different derives. Therefore, the fact that people are forced to adhere to a certain religion or culture must be rejected, as too the imposition of a cultural way of life that others do not accept."

In comments to the National Catholic Register, Burke observed how some have tried to explain the statement by saying that the pope is referencing the permissive will of God –  that other religions are an "an evil that God permits."

According to the cardinal, however, the Abu Dhabi document is not stating this, but rather, "that the plurality or diversity of religions is good."

"That's a mistaken notion," said Burke. "It's certainly confusing for the faithful regarding salvation, which comes to us through Christ alone."

Burke isn't alone in saying the statement is incorrect and needs to be removed from the document.

The passage contradicts the Great Commission

Austrian Catholic philosopher Josef Seifert asked, "How can God, who wants his disciples to go out and preach to the whole world and baptize them, have willed any Christian heresy, let alone religions that deny the faith of which Jesus says to Nicodemus that he who believes in him will be saved and he who does not will be damned (John 3:18)?"

The passage contradicts the Great Commission, said Seifert, which is Christ's instruction to make disciples of all nations, baptizing them in the name of the Father and of the Son and of the Holy Spirit, and spreading His teaching. Instead it turns God "into a relativist," Seifert said, who neither knows there is only one truth, nor cares whether men "believe in truth or falsity."

Seifert called on Pope Francis to "revoke" the sentence that "constitutes a total break with logic as well as with biblical and Church teaching."

'Seems to overturn the doctrine of the Gospel'

Church historian Professor Robert de Mattei said the problematic statement on pluralism and the diversity of religions being "willed by God" and Francis' associated call for Christians and Muslims to enter the "ark of fraternity," a reference to the Genesis flood narrative of Noah's Ark, "seems to overturn the doctrine of the Gospel."

The ark is presented by St. Paul in Heb. 11:7 as a refuge of salvation for believers and a sign of perdition for the world, said de Mattei.

"Catholic Tradition has therefore always seen in Noah's Ark the symbol of the Church, outside of which there is no salvation," he said.

'A fundamental difference in the belief in God and the image of man from that of other religions'

In his manifesto released four days days after the controversial Abu Dhabi statement, German Cardinal Gerhard Müller, former head of the Vatican's doctrinal office, said:

The distinction of the three persons in the divine unity (CCC 254) marks a fundamental difference in the belief in God and the image of man from that of other religions. Religions disagree precisely over this belief in Jesus the Christ. … Therefore, the first letter of John refers to one who denies His divinity as an antichrist (1 John 2:22), since Jesus Christ, the Son of God, is from eternity one in being with God, His Father (CCC 663).

'Christianity is the only God-willed religion'

Bishop Athanasius Schneider, auxiliary bishop of Astana, Kazakhstan, released a statement following the Abu Dhabi document's release in which he educed the Francis pontificate's emphasis on immigration and the controversial concept of purported man-made climate change. He said among other things, "the most urgent task of the Church in our time is to care about the change of the spiritual climate and about the spiritual migration."

"Christianity is the only God-willed religion," Schneider said. "Therefore, it can never be placed complementarily side by side with other religions. Those would violate the truth of Divine Revelation, as it is unmistakably affirmed in the First Commandment of the Decalogue, who would assert that the diversity of religions is the will of God."

'False … in fact, heretical'

A Dominican theologian wishing to remain anonymous told LifeSiteNews the controversial passage in the Abu Dhabi declaration "in its obvious sense is false, and in fact heretical."

"The various religions say incompatible things about who God is and how He wants to be worshipped. Therefore they cannot all be true. Therefore God, who is truth, cannot will all religions," he said.

"God permits non-Catholic religions to exist," the Dominican theologian continued, "but permitting something is not a way of willing it, it is a way of not willing to prevent it. Thus God permits many innocent people to be killed, but He does not will it. We would not talk about God's permissive will for Jews to be gassed, for example."

The theologian also pointed out to LifeSiteNews further problematic wording in the statement through the use of the term "faith in God" to denote affirming that God exists or believing in any kind of alleged revelation, even a non-Christian one.

"Faith is the virtue through which God moves us to assent to what He has revealed through the Old Testament prophets and the New Testament apostles, and most of all through His Son," he said. "People who believe in non-Christian religions therefore do not do so by faith … but by some kind of human opinion."

Controversy around the joint Catholic-Muslim statement has not been assuaged by the conflicting reports on whether the papal theologian signed off on the document.

Sources said Dominican Father Wojciech Giertych had been consulted earlier in the process but did not see the final draft of the declaration, despite Pope Francis having claimed on his return flight from Abu Dhabi that the papal theologian "officially" read and "approved" it.

The Register had asked papal spokesman Alessandro Gisotti if the papal theologian was aware of the passage and if he'd deemed it could be interpreted in a theologically acceptable way. Gisotti responded February 13 that Giertych had seen the document on "Human Fraternity" "at the final moment of its preparation" and that there is "no basis for questioning" the Pope's words about the matter on the papal plane.

Archbishop Viganò: Vatican Abuse Summit ignores real problem, Pope has ‘lost credibility’

https://www.lifesitenews.com/news/archbishop-vigano-vatican-abuse-summit-ignores-real-problem-pope-has-lost-c?utm_source=LifeSiteNews.com&utm_campaign=2111a104ac-Catholic_2_19_2019&utm_medium=email&utm_term=0_12387f0e3e-2111a104ac-402192817

Archbishop Viganò: Vatican Abuse Summit ignores real problem, Pope has 'lost credibility' | News
Featured Image

February 15, 2019 (LifeSiteNews) – Archbishop Carlo Viganò said he is "praying intensely" for the success of the abuse summit happening next week at the Vatican, but he fears that there is "no sign" that Pope Francis, along with organizers, is willing to "attend to the real causes" of the clerical abuse crisis. 

In a Feb. 10 essay published by the National Catholic Register as part of its "Abuse and the Way to Healing" symposium, the former Nuncio to the United States offered some questions that he says reveals a lack of "genuine willingness" to address the crisis.

Viganò's first questions concerned the reluctance of those who have planned the February meeting to address the problem of predatory clerical sexual misconduct with non-minors.   

"Why will the meeting focus exclusively on the abuse of minors?" he asked. 

"These crimes are indeed the most horrific, but the crises in the United States and Chile that have largely precipitated the upcoming summit have to do with abuses committed against young adults, including seminarians, not only against minors," the Archbishop continued.  

"Almost nothing has been said about sexual misconduct with adults, which is itself a grave abuse of pastoral authority, whether or not the relationship was 'consensual.'" 

The Archbishop then addressed the role homosexuality has played in the sexual abuse crisis and how it is not being addressed at all at the summit. 

"Why does the word 'homosexuality' never appear in recent official documents of the Holy See?" Viganò asked. 

"This is by no means to suggest that most of those with a homosexual inclination are abusers, but the fact remains that the overwhelming majority of abuse has been inflicted on post-pubescent boys by homosexual clerics," he observed. 

"It is mere hypocrisy to condemn the abuse and claim to sympathize with the victims without facing up to this fact honestly. A spiritual revitalization of the clergy is necessary, but it will be ultimately ineffectual if it does not address this problem."

The Archbishop indicated that Pope Francis' problematic appointments and handling of the abuse crisis so far has made the pope lose credibility. 

"Why does Pope Francis keep and even call as his close collaborators people who are notorious homosexuals?" he asked. 

"Why has he refused to answer legitimate and sincere questions about these appointments? In doing so he has lost credibility on his real will to reform the Curia and fight the corruption," he added.

In his first testimony, in which he said that Pope Francis knew about then-Cardinal McCarrick's sexual predation on young priests and seminarians, Viganò alleged Vatican insiders Cardinal Francesco Coccopalmerio, Archbishop Vincenzo Paglia, Cardinal Edwin Frederick O'Brien and Cardinal Renato Raffaele Martino belonged to a "homosexual current." 

Recently Pope Francis appointed the former housemate of the disgraced Theodore McCarrick, Cardinal Kevin Farrell, the papal camerlengo. In this role, Cardinal Farrell will administer the Vatican when Francis dies or resigns until his successor is elected.  

Viganò believes that "doctrinal and moral corruption" of authorities in the seminaries is responsible for the clerical sexual misconduct of recent decades. 

"It is evident to all that a primary cause of the present terrible crisis of sexual abuse committed by ordained clergy, including bishops, is the lack of proper spiritual formation of candidates to the priesthood," he said. 

"That lack, in turn, is largely explained by the doctrinal and moral corruption of many seminary formators, corruption that increased exponentially beginning in the 1960s."

The Archbishop himself entered a seminary in Rome in the 1960s.  He remembers that in Rome at this time, some seminarians were very immature and that the seminaries lacked discipline. His own spiritual director believed that ordained priesthood could be a temporary state. Some spiritual directors were knowingly recommending for ordination men who were not living chaste lives.

"At the Gregorian, one of the professors of moral theology favored situation ethics," Viganò recalled.  "And some classmates confided to me that their spiritual directors had no objection to their presenting themselves for priestly ordination despite their unresolved and continual grave sins against chastity."

The former Nuncio repeated Benedict XVI's assertion that men who have deep-seated homosexual inclinations do not belong in seminaries. 

"Certainly, those who suffer from deep-seated same-sex attraction should never be admitted to seminary," Viganò stated.  

"Moreover, before any seminarian is accepted for ordination, he must not only strive for chastity but actually achieve it. He must already be living chaste celibacy peacefully and for a prolonged period of time, for if this is lacking, the seminarian and his formators cannot have the requisite confidence that he is called to the celibate life."

Viganò indicated that the "paramount responsibility" for the preparation of men for the priesthood lies with the bishops, and stated that any bishop who covers up sexual misconduct should be removed from his office. 

In regards to Pope Francis, Viganò repeated his October invitation to the pontiff to live up to his responsibilities as St. Peter's successor. 

"I urged him then, and I now urge him again, to tell the truth, repent, show his willingness to follow the mandate given to Peter and, once converted, to confirm his brothers (Luke 22:32)," he said. 

The Archbishop warned that if the bishops in attendance do not get answers to his questions, they will be betraying their sheep.  

"... I pray that they will not return to their countries without proper answers to these questions, for to fail in this regard would mean abandoning their own flocks to the wolves and allowing the entire Church to suffer dreadful consequence," he said. 

However,  Viganò  said that despite the problems he has described, he continues to have hope "because the Lord will never abandon his Church." 

Participants in the National Catholic Register "Abuse and the Way to Healing" symposium include Cardinal Gerhard Müller, Cardinal Wilfrid Napier, Archbishop Charles Chaput, clerical sexual abuse survivor Marie Collins, and Robert Royal. 

mardi 19 février 2019

L'Hérésie des évêques au XXe siècle

https://www.riposte-catholique.fr/archives/149963

L'Hérésie des évêques au XXe siècle

L'Hérésie des évêques au XXe siècle

18 février 2019

Les éditions Via Romana viennent de rééditer un ouvrage majeur de Jean Madiran, préfacé par Michel de Jaeghereet sorti d'un dossier historique rédigé parPhilippe Maxence. Cet ouvrage paru initialement en 1968 est un réquisitoire et inventaire implacable des collusions d'un épiscopat français avec le progressisme, le marxisme, le modernisme et l'évolutionnisme.

L'âme de ce manifeste : la foi de Péguy, foi ardente et anticléricale servie par une plume incisive et insolente de laïc blessé. Devenu la bête noire d'un certain épiscopat, Jean Madiran alors directeur de la revue Itinéraires est soutenu par des hommes d'Église, des philosophes, des écrivains parmi les plus éminents (le Père Guérard des Lauriers, Marcel De Corte, Henri Massis, Marcel Clément…).

L'ouvrage devint alors signe de ralliement et outil de résistance catholique face à l'effondrement doctrinal, liturgique, catéchétique, exégétique de l'après-concile en France.

Pour Jean Madiran, il y a une hérésie propre au XXe siècle et une crise spirituelle et sociale propre à notre pays, et son diagnostic demeure étonnamment d'actualité pour caractériser les faces de méduses et les promoteurs infidèles à leur baptême autant qu'à leurs charges.

Dans la postface de l'édition de 1987, Jean Madiran ajouté :

L'hérésie des évêques est la même qu'il y a vingt ans. Elle continue, identique dans sa substance. Ce livre, si je l'écrivais aujourd'hui, je l'écrirais tel qu'il est. […] Cette crise a aussi, conjointement, à différents niveaux, des explications historiques ; mystiques ; politiques ; je ne les nie pas, elles constituent en permanence le contexte implicite, et parfois explicite, de mon exposé. Mais mon objet propre est bien l'explication doctrinale, au sens plein du mot doctrine, qui désigne l'enseignement motivé de ce qui est vrai universellement et la réfutation de ce qui est faux universellement : en tout temps et en tous lieux.

Burke y Brandmüller escriben a la cumbre antiabusos: "¿Hacia dónde está yendo la Iglesia?"

https://infovaticana.com/2019/02/19/carta-de-burke-y-brandmuller-a-los-participantes-en-la-cumbre-antiabusos-hacia-donde-esta-yendo-la-iglesia/

Burke y Brandmüller escriben a la cumbre antiabusos: "¿Hacia dónde está yendo la Iglesia?"
por INFOVATICANA | 19 febrero, 2019

Los cardenales Burke y Brandmüller se han querido dirigir a los participantes del encuentro que comienza esta semana en Roma sobre los abusos sexuales por parte de sacerdotes. Les ofrecemos la carta en primicia conjunta con La Nuova Bussola, Settimo Cielo y otros medios.

Carta Abierta a los Presidentes de las Conferencia Episcopales

Estimados Hermanos, Presidentes de las Conferencias Episcopales:

¡Nos dirigimos a vosotros con profunda aflicción!

El mundo católico está desorientado y se plantea una pregunta llena de angustia: ¿hacia dónde está yendo la Iglesia?

Ante la deriva que está en marcha, parece que el problema esté reducido al de los abusos de menores, un crimen horrible, sobre todo cuando quien lo perpetra es un sacerdote, pero que, sin embargo, es sólo parte de un crisis mucho más amplia. La plaga de la agenda homosexual se ha extendido dentro de la Iglesia, fomentada por redes organizadas y protegida por un clima de complicidad y silencio. Las raíces de este fenómeno se encuentran, es evidente, en esa atmósfera de materialismo, relativismo y hedonismo en la que la existencia de una ley moral absoluta, es decir, sin excepciones, es puesta en discusión abiertamente.

Se acusa al clericalismo por los abusos sexuales, pero la responsabilidad primera y principal del clero no es el abuso de poder, sino el haberse alejado de la verdad del Evangelio. La negación, también pública, con palabras y hechos, de la ley divina y natural, es la raíz del mal que corrompe determinados ambientes de la Iglesia.

Ante esta situación, hay cardenales y obispos que permanecen en silencio. ¿También vosotros permaneceréis en silencio con ocasión de la reunión convocada en el Vaticano el próximo 21 de febrero?

Formamos parte de quienes, en 2016, interpelaron al Santo Padre sobre los "dubia" que dividían a la Iglesia tras las conclusiones del Sínodo sobre la familia. Hoy, esos "dubia" no sólo no han recibido aún respuesta, sino que son también parte de una crisis de fe más general. Por tanto, os animamos a elevar vuestra voz para salvaguardar y proclamar la integridad de la doctrina de la Iglesia.

Rezamos al Espíritu Santo para que ayude a la Iglesia e ilumine a los pastores que la guían. Es urgente y necesario un acto resolutorio. Confiamos en el Señor, que prometió: "Y sabed que yo estoy con vosotros todos los días, hasta el final de los tiempos" (Mt 28, 20).

Walter Card. Brandmüller

Raymond Leo Card. Burke

Le Mondialisme dans ses œuvres. Actes de la 18e Université.


Le Mondialisme dans ses oeuvres.
Actes de la 18e Université d'été

Le mondialisme est présenté aujourd'hui comme le remède à tous nos maux. Son avènement serait nécessaire pour nous permettre de relever les défis, réels, de l'écologie et éviter le choc des civilisations. Paix et gouvernance mondiale seraient liés.

Michel De Jaeghere présente dans l'émission Terres de Mission les Actes de la 18e Université d'été de Renaissance Catholique qui, à contre-courant de ces pétitions de principe, s'est attelée à déconstruire une utopie destructrice des communautés naturelles, et fondatrice d'un ordre marchand qui fait l'impasse sur nos enracinements, comme sur nos aspirations spirituelles.

 

Avec Aymeric Chauprade, Michel De Jaeghere, Arnaud Jayr, Claude Rousseau, Maxence Hecquard, Philippe Conrad, Michel Sarlon Malassert, Jean-Yves Le Gallou, Bruno Gollnisch, Arnaud de Lassus, Abbé Bruno Schaeffer, Jean-Pierre Maugendre

Acheter les Actes

Renaissance Catholique

13 Avenue de la Paix
92130 Issy-les-Moulineaux
01 47 36 17 36

rcatholique@wanadoo.fr