Follow by Email

dimanche 30 juin 2019

La princesa está triste - Antonio Caponnetto

https://santaiglesiamilitantebis.blogspot.com/2019/06/la-princesa-esta-triste-antonio.html?m=1

SANTA IGLESIA MILITANTE - SEGUNDA ÉPOCA - BLOG ORIGINAL: La princesa está triste
Resultado de imagen para portraits of henry viii wives

Intranquilizantes informaciones de variopinta índole recorren el planeta y lo estrujan de inquietudes. Como las reales y las ficticias ya no tienen demarcaciones, ni tampoco las serias de las jocosas, terminamos por reír y llorar a la par. Gesto que,al parecer, acaba de ser autorizado por el Ministerio de Androginia, teniendo en cuenta que la risa y el llanto serían "un femenino y un masculino", según la jeringoza policial.

¿Será cierto –pregunta un lector- que la Cámara Nacional de la Construcción ha elaborado una taxonomía de los piropos emitidos por los albañiles, quedándoles exigido ahora a los robustos alarifes del altiplano, trocar los encendidos susurros a las ninfas del barrio por los requiebros al   laborioso capataz ? ¿Es ficto o es veraz que el shoteador aquel de mostacho tupido,bozo irreductible y coprolalia fiera, no es otro que la señorita Juana García, discípula del Conde de Chikoff? ¿Qué hay de onírico y qué de crudelísima vigilia, sobre las prisiones por acoso ocular que se impondría a todo grandulón que no baje la vista cuando sube la escalera que lo saca del subte? ¿Incurre en penalizado sexismo el atrevido plomero que adquirió un tubo macho, o la verdulera gentil que exhibe sus citrones, suscitando similitudes abusivas?
Y el más temido dilema:¿el calor, el alma y el agua, son víctimas del patriarcado del pronombre demostrativo latino, o la a tónica ha cedido nomás sus derechos a cambio de que un texto Anónimo sea en lo sucesivo considerado de Anónima, como quería Virginia Woolf? 
Con pródigo sentido de la oportunidad, según fuentes habitualmente insidiosas, nos hemos enterado de que quedan terminantemente vedadas por la Real Academia, las referencias lunares o selenitas utilizadas como tributo u ofrenda a las mozas en edad de merecer; ya que como bien ha dicho Frida Kahlo: "Soy el tipo de mujer que si quiero la luna,me la bajo yo solita". Enterado de lo cual y contrito, cierto vate irreductible se despidió de su amada con un discreto pasacalles que cubría todo el ancho de la Avenida 9 de Julio, diciendo: "Manola/bajate la luna sola".
Preventivamente -nos aseguran las mejores fuentes- el Vaticano estaría dispuesto a hacer su propio aporte a la paz genérica, emitiendo una Exhortación Apostólica, la Quod mandam, por la que quedaría reformada la perícopa paulina de Efesios 5, 23. En adelante, donde se dice que el varón es cabeza de la mujer deberá sustituirse el discriminatorio "caput" por el equivalente griego "kephale", fácilmente analogable con un síndrome neuropatológico.

Jaranas al margen, téngase por veramente sucedido el encuentro feminista bajo el lema "No queremos ser princesas sino alcadesas", organizado en varios círculos académicos ibéricos; el uso de chiquillas como portadoras publicitarias de la tal leyenda, y hasta la puesta en marcha de "Talleres de desprincesamiento para niñas",con el apoyo de no pocas instituciones educativas supuestamente prestigiosas. Los Estudios Disney, se sabe, se han sumado a esta campaña y ofrecen productos nuevos, en los cuales, verbigracia, ningún beso viril puede quebrar el hechizo que tenga cautiva a una dama; mientras las protagonistas más audaces completan su propuesta desprincesadora diciendo que, en rigor, quieren ser dragonas.
 Todo esto, nos libre Dios, está ocurriendo más allá de cualquier chanza.
 Sucedió incluso, como rebote de la tal campaña, que la pequeña Ainsley Turner, de cinco años, en Carolina del Norte, fue premiada porque en su clase de danzas, no quiso vestirse con gasas,coronas y purpurinas sino disfrazarse de pancho o hotdog. El fundamento del encomio,claro, es que la indumentaria elegida libremente, para desprincesarse, tiene además una proverbial connotación fálica. Repetimos que tamaños delirios están en curso y que escapa al terreno de los sarcasmos con que principiamos este suelto. La consigna de desprincesarse, complementada con la de volverse dragonas y malas madres(sic),utilizando el verbo "perrear", como ideal afrodisíaco de la neomujer liberada, ocupa hoy un lugar destacado en los programas internacionales de la ESI, y una amplísima bibliografía lo corrobora. 
No es el caso demorarse ahora en los sesudos análisis de la cuentística infantil clásica. Bien sabemos que a sus muchos y merecidos elogios se le ha hecho también algunas objeciones atendibles. Tampoco es el caso de repetir aquí lo que tantos maestros nos enseñaron sobre el inmenso valor pedagógico de las historias y las leyendas, las fábulas y las crónicas, que entre lo veraz y lo imaginativo, han servido para forjar la personalidad sana de sucesivas generaciones. De todo esto nos hablaron Chesterton, Mircea Eliade,Russel Kirk, John Seniors o el mismo Tolkien. Y entre nosotros, el gigante Braulio y la olvidada Berta Elena Vidal de Battini.
Lo tremendo es lo que el programa "desprincesador" persigue y propone. No,claro, la ruptura de un estereotipo, sino el aniquilamiento de un arquetipo regio. No tampoco la liberación de un clisé, sino el odio a la aristocracia del espíritu. Menos aún el abandono de una función social, sino la despedida del orden natural. Ni siquiera el desaire ante ciertos tópicos cansinos, sino el rencor canallesco hacia los paradigmas literarios que remiten a la Cristiandad, o le sirven de propedéutica para su mejor comprensión.
El "desprincesamiento" es el odio al cetro y a la monarquía, al velo de la mujer eterna y al sable del guerrero ecuestre; al alcazábar del peñasco altivo y al grial que se esconde en un socavón milenario; a la lanza que desenmaraña caminos y abre paso a un llanero probo; a la capacidad de sacrificarlo todo, oblativamente, por un amor cautivo, y al vivir libremente aprisionado de un ideal, que tarda en aparecer como un jinete tártaro. 
El "desprincesamiento" es el odio a la almena que sólo permite asomar esperanzas matutinas, al puente levadizo que se iza para que dentren únicamente nuestros más altos anhelos; al cruzado que queda exhausto tras batirse con el dragón, el filo sangrante, la sangre en el filo, y el tajo o el bisel incoagulados.
Y digámoslo todo: es el rechazo por la virginidad atesorada y la castidad en acto. Porque en la cosmovisión aprincesada de los relatos feéricos, la pureza es un don, el candor un obsequio, la blancura una meta a la que nadie llega si no ha borrado sus máculas en la ascesis o si ha tenido la fuerza para vivir sin ellas.
No quieren ser princesas ni madres. Ni siquiera hermanas, hijas, esposas o viudas. Lo gritan explícitamente con infernal orgullo: quieren ser perras y dragonas. Yermas, homicidas y sumideros de instintos. No está mal que haya bestiarios, y que en ellos los animales tengan su significado y su símbolo, y hasta su aplicabilidad a las personas. Los tuvo el Medioevo, por ejemplo, fecundo siempre en alegorías. Baste consultar, por ejemplo, los  lindos repertorios de Oxford y Eberdeen. Pero lo que nunca se había visto sino en esta época sombría, es que los hombres y las mujeres pudieran sentise reivindicados en las analogías con las salvajadas ferales.
Tiene motivos la princesa de Rubén Darío para estar triste. No sólo le han borrado la risa, el color y las alas, le han dicho que su misión virginal y maternal ofende; que su caballero puede ser sustituido por un androide asexuado o una meretriz de lata. Le han dicho,al fin, que la prole fructuosa es un estorbo y que el mismo vientre adornado de alunadas curvas es un atentado a la silueta impuesta como canon por la estética mundialista. Le han dicho con la soez Helen Gurley que son preferibles "las chicas malas que van a todas partes, que las buenas que se van al cielo". Y ella se crió en el arte de contemplar las estrellerías y los soles desde las cimbras,los arbotantes y las cúpulas.
Una esperanza queda, según el mismo Darío:
"-Calla, calla, princesa -dice el hada madrina-;
en caballo con alas, hacia aquí se encamina,
en el cinto la espada y en la mano el azor,
el feliz caballero que te adora sin verte,
y que llega de lejos, vencedor de la Muerte,
a encenderte los labios con su beso de amor."
Pero nos resta algo pendiente, y no vamos a callarlo. Porque resulta ser que en el programa "desprincesador" que se oferta, la alternativa innovadora y revolucionaria que se le plantea a la mujer, es la de convertirse en alcaldesa. No, por supuesto, como imitación femenina del modelo que trazó Lope de Vega; sino como emulación de ciertas albadesas contemporáneas, caracterizadas por vivir y pensar contranatura.  Repugnantemente.
Y es curioso que desde España –donde encuentra todo este proyecto "desprincesador" un caudal importante de propulsores y de activistas- se omita la figura de la primera alcaldesa del siglo XX, la señora Pilar Careaga Basabe de Lequerica. Fue ingeniera industrial, recibida en la Escuela de Madrid con sólo veintiún años. Fue Alcaldesa de Bilbao desde el 7 de julio de 1969 hasta el 7 de julio de 1975. Y fue además la dueña de un sinfín de emprendimientos políticos, sociales, culturales, materiales y espirituales, que jalonaron una trayectoria pública fecundísima. 
¿En dónde estará la extraña razón por la que la Alcaldesa Pilar, adelantada y pionera en semejante puesto, no sea mencionada ni reivindicada jamás por las que les proponen a las niñas "emponderarase" en un municipio antes que "someterse" en un hogar?
Es sencillo. Pilar adhirió a la prédica de Don Ramiro de Maeztu. Identificada con la Cruzada del Caudillo, fue detenida en 1936 por los rojos en la prisión de Larrinaga. De allí pasó a otra cárcel hasta que pudo recuperar su libertad, y se alistó en la Sección Femenina de Falange, sirviendo a la patria de diversos modos,aún como enfermera en los campos de batalla. Por Orden de 10 de julio de 1939,el Generalísimo le concedió la Cruz Roja al Mérito Militar, por su elevado espíritu, entusiasmo y desprecio de todo riesgo y fatiga demostrados en el transcurso de la Campaña, habiendo sufrido fuego de cañón y fusilería enemiga, en Hospitales de Campaña.   
 Estaba en posesión de numerosas condecoraciones, entre ellas: Cruz del Mérito Militar Roja, Medalla de la Campaña 1936-1939, Medalla de Sufrimientos por la Patria, Gran Cruz de Sanidad, Gran Cruz de Beneficencia de 1ª Clase, Gran Cruz de la Orden de Cisneros, Cruz Pro Ecclesia et Pontífice, Medalla de Plata de la Diputación de Vizcaya, Medalla de Plata de la Juventud y Banda de la Orden Civil de Alfonso X El Sabio.
Pilar estuvo en la primera fila fundacional de Fuerza Nueva, y en los valiosísimos tomazos de sus Memorias,el entrañable Blas Piñar habla de ella, laudatoriamente, en no pocas ocasiones. En especial, cuando una feminista miserable, Marta Ruíz, desde las páginas de "Sábado Gráfico", el 26 de julio de 1969, la atacó de un modo grosero y obsceno. Entonces, como cuadra, salió Blas en su defensa con un artículo brioso y cálido, caballeresco y señorial, tal como fue siempre su talante. "Siendo mujer –le dice Blas- ha sido otra mujer la que ha pretendido ofenderte. [A ti], que nunca has perdido un átomo de feminidad entregada a lides que suelen acaparar los hombres[...]. Pero tú seguirás siendo Alcalde de Bilbao, con una ejecutoria limpia, y con esta mordedura, que lucirás como se muestran las condecoraciones, o como Cristo enseñó sus estigmas después de resucitado".
El 25 de marzo de 1979, en el poblado costeño de Guecho,Vizcaya, tras un intento frustro de secuestro, la ETA le disparó arteramente, hiriéndola de extrema gravedad en un pulmón. "Al final –escribió Luis Villamea al respecto-,así es la vida. Después de una estela de generosidades, ha recibido por todo pago un tiro en el pulmón, y por la espalda, prueba de la cobardía y el rencor de sus enemigos, que lo son de España. Ella pudo con todo y con todos".
Ni vale la pena formularse la pregunta retórica de rigor. ¿Qué hubiera pasado, qué estaría pasando aún hoy, si Pilar Careaga, primera alcaldesa de España, hubiese hecho y padecido cuanto hizo y sufrió, pero en vez de pertenecer a las filas de Dios, de la Hispanidad Eterna y del Orden Natural, hubiese sido una vulgar militante feminista? ¿Qué hubiera pasado si a Pilar, a quien no se le ocurrió jamás "desprincesarse" sino, por el contrario, entregar su pañuelo rojo y gualda a los caballeros de las mejores justas, hubiese sido una anarco libertaria de la peor ralea? ¿Qué hubiera pasado si en vez de ser la católica hija de un conde y la esposa fiel de un varón de antiguo abolengo, hubiese sido judía, negra,comunista y lesbiana? Pues ya lo sabemos. Hasta ahora, los homenajes a su persona no hubieran cesado. Ni tampoco los insultos al patriarcado femicida que, literalmente, quiso acabar con su vida. Por eso, para no ser ingratos ni amnésicos, le dedicamos nuestra sencilla nota a su memoria.
Se ha hecho larga esta reconquista del palacio, así que vamos concluyendo, con una confesión privada.
Soy un abuelo afortunado. Está viviendo temporariamente en casa una nieta de tres años, que lleva el nombre de Santa Isabel de Castilla. Todas las noches ella se ornamenta (no se disfraza) de princesa o de reina, y exigiendo el trato acorde a su augusto invento genealógico, remeda danzar, ante el menguado y aquiescente público doméstico, algunas piezas clásicas que son de su especial agrado. Entonces nuestro modesto y desvencijado comedor se puebla ante sus ojos y sus pies, de heraldos y de pajes,de alminares y cimborrios, de tizonas y coladas. Y aunque le he ofrecido ser albadesa del patio donde juega, insiste en ser princesa del imperio que forjó su alma.

Son todos de ella estos versos que le escribí y que les dejaré transcriptos, como estrambote. De ella y de cuantas niñas queden todavía en el mundo, para gloria del Altísimo, que quieran ser princesas; que una mano viril les baje la luna hasta sus plantas, y que no deseen ir a todas partes sino tomar el cielo por asalto: 
Donde olvidó el zapato Cenicienta
y Blancanieves despertó en un beso,
donde puede un ratón, dentro de un queso
tener refugio, ropa y vestimenta.

Donde el gigante pierde su egoísmo
o Pinocho su hechura de madera,
el dragón su maléfica humareda
si un príncipe lo arroja en el abismo.

Donde las hadas salen de madrinas,
como vuelan las flechas de los elfos,
los caballos relinchan con sus belfos,
diestros jinetes lanzan jabalinas.

Donde el viento le grita: ¡te despeino!
persiguiendo a Preciosa, la gitana,
se asoma Galadriel a la ventana,
basta un ropero para entrar a un reino.

Donde hay duendes cantando junto a un pino
con tubas, chirimías y violines
haciendo rondas con los querubines
mientras frota la lámpara Aladino.
Donde las casas son de chocolate
‒¡pobres Hansel y Gretel tan golosos‒
en los bosques hay ciervos, zorros,osos
y un caballero de pendón granate.

Allí te quiero, con los ornamentos
de la niñez que imaginó el poeta.
Allí te quiero, mi pequeña nieta:
que vivas en la tierra de los cuentos.

Ver "Leçon de catéchisme N° 123, l'extrême-onction."

Ver "Humanum Genus contre les sectes maçonniques (3)"

Ver "Humanum Genus contre les sectes maçonniques (2)"

Ver "Humanum Genus contre les sectes maçonniques (1)"

samedi 29 juin 2019

Saint Thomas d'Aquin et le chapitre VIII d'Amoris Laetitia

https://www.lesalonbeige.fr/saint-thomas-daquin-et-le-chapitre-viii-damoris-laetitia/

Saint Thomas d'Aquin et le chapitre VIII d'Amoris Laetitia

C'est bien de suivre le conseil très prudent de saint Jean-Paul II selon lequel, en théologie morale, il ne faut pas s'éloigner de l'enseignement de saint Thomas d'Aquin. Mais si on le fait, il faut vraiment suivre la pensée du docteur commun et non la transformer en un succédané. Car, en tronquant des passages, en ne tenant pas compte du contexte ou pire encore en ne comprenant pas le texte lui-même, il est facile de lui faire dire tout et n'importe quoi. Prenons, trois extraits tirés des écrits de Mgr Fernández et qui ont influencé le fameux chapitre VIII, provenant directement ou indirectement de la doctrine thomiste, et voyons si elles correspondent vraiment à la pensée de leur auteur:

-"Compte tenu des influences qui atténuent ou éliminent l'imputabilité (cf. CCC 1735), il est toujours possible qu'une situation objective de péché puisse coexister avec la vie de la grâce sanctifiante":    
 Dans cette affirmation, Mgr Fernández commence par reprendre avec ses propres mots un point du Catéchisme de l'Eglise Catholique, pour ensuite en conclure la possible cohabitation dans une âme du péché mortel et de la grâce sanctifiante.  Le CEC s'inspire lui fortement de la thématique thomiste. Il nous dit que "L'imputabilité et la responsabilité d'une action peuvent être diminuées voire supprimées par l'ignorance, l'inadvertance, la violence, la crainte, les habitudes, les affections immodérées et d'autres facteurs psychiques ou sociaux". De fait, pour qu'il y ait un péché qui nous prive de la grâce, il faut en plus d'une matière grave, une pleine advertance de l'aspect mauvais de l'acte et un libre consentement de la volonté.
Ce qui importe aux yeux de saint Thomas, au-delà de certaines circonstances particulières telle la violence, la crainte, etc, (circonstances qui n'ont pas de valeur dans le cadre d'une nouvelle union en plus de celle validement contractée par un précédent mariage), c'est le fondement de ce qui constitue l'acte moral humain, à savoir un choix qui soit guidé par la raison. Citant saint Jean Damascène, il nous rappelle que "le volontaire appartient à l'acte qui est une opération rationnelle" (I-II, qu.6, 1, sed contra), un acte humain ne peut être qu'un acte volontaire qui lui-même est un acte raisonnable. Chez Thomas d'Aquin, ce qui règle l'action de l'homme, c'est ce qui fait de lui un homme à l' image de Dieu, à savoir sa raison.  "Aussi le bien et le mal, dans les actes dont nous parlons présentement, doivent-ils se prendre par rapport à ce qui est propre à l'homme en tant qu'homme: c'est la raison" (De Malo, qu.II, art.4, resp.)
  Ainsi, il faut allier la connaissance et la volonté pour poser un acte humain méritoire ou blâmable. C'est pour cela que Thomas d'Aquin insiste dans sa Somme Théologique sur l'ignorance, notion que l'on retrouve au tout début de l'énumération du CEC. C'est de loin la plus importante pour faire que l'acte soit conscient et volontaire. L'ignorance peut excuser du péché, mais pas dans n'importe condition. Contrairement à ce que dit notre prélat Argentin, l'ignorance n'excuse pas "toujours" du péché car il y a ignorance et ignorance. Certaines ignorances n'enlèvent pas le caractère volontaire de l'acte mauvais.  C'est le cas nous dit Thomas d'Aquin si "l'acte de volonté se porte sur l'ignorance elle-même, par exemple lorsque quelqu'un veut ignorer pour avoir une excuse à son péché ou pour n'en être pas détourné, selon cette parole du livre de Job (Jb 21,14): « Nous ne voulons pas connaître tes voies. » C'est ce qu'on appelle l'ignorance affectée. – D'une autre façon, on appelle ignorance volontaire celle de quelqu'un qui peut et doit savoir; c'est ainsi, nous l'avons dit plus haut, que « ne pas agir » et « ne pas vouloir » sont appelés du volontaire. Cette ignorance-là peut se produire, soit qu'on ne considère pas en acte ce qu'on peut et doit considérer, et c'est une ignorance de mauvais choix, qui a sa source dans la passion ou l'habitude; soit qu'on ne se soucie pas d'acquérir la connaissance qu'on peut et doit avoir; c'est de cette manière que l'ignorance des propositions universelles du droit, que l'on est tenu de connaître, est appelée volontaire comme provenant de la négligence." (I-II, qu.6, a.8, resp.)
C'est pour cette raison que le CEC au numéro 1736, juste après celui cité par Mgr Fernández, précise que premièrement "Tout acte directement voulu est imputable à son auteur", mais également que "une action peut être indirectement volontaire quant elle résulte d'une négligence à l'égard de ce qu'on aurait dû connaître ou faire, par exemple un accident provenant d'une ignorance du code de la route."
Qui plus est, quand on sait que les citations de Mgr Fernández visent à disculper les divorcés remariés, et à enlever par l'argument de l'ignorance, l'imputabilité d'actes désordonnés, le recours à la théologie thomiste est pour d'autant plus malvenue. En effet si il y a un exemple qui revient souvent dans l'argumentation de saint Thomas pour montrer que certains actes sont mauvais en soi, c'est bien, notamment dans le De Malo, celui de l'adultère. Dans la Somme Théologique, c'est justement le seul exemple qu'il prend pour démontrer qu'il existe des cas où la volonté qui suit la raison erronée peut être mauvaise, alors qu'il a été démontré auparavant qu'une bonne volonté doit suivre une raison qui se trompe. S'il y a une chose qui n'excuse pas du mal, c'est tout ce qui touche à "l'ignorance de la loi de Dieu qu'on est tenu de connaître", car cette loi révélée dans le décalogue est aussi une loi inscrite dans le cœur de l'homme. Une erreur qui provient d'une telle ignorance fait que "la volonté qui se conforme à cette raison erronée est mauvaise" (I-II, qu.19, a.6, resp).
 Par contre si un " homme prend pour son épouse une femme qui ne l'est pas, et veut s'approcher d'elle lorsqu'elle le sollicite, sa volonté est excusée du mal, parce que l'erreur provient de l'ignorance d'une circonstance, qui excuse et cause l'involontaire". Cette circonstance exceptionnelle équivalent à une sorte d'ignorance invincible, n'a évidemment rien à voir avec les situations ordinaires dont veut nous parler Mgr Fernández. Car lui vise des divorcés remariés qui savent parfaitement que le nouveau conjoint n'est pas celui du premier mariage validement contracté. Nous sommes ici en présence d'un cas de figure qui ne souffre pas de demie mesure: ou bien l'ignorance est totale sans culpabilité aucune de la part du fautif, ou bien il a conscience de s'unir avec une personne qui n'est pas le conjoint légitime.  Saint Thomas ajoute que " l'ignorance produit parfois l'involontaire, et parfois ne le produit pas" et que " l'ignorance qui rend un acte involontaire lui enlève sa valeur de bien et de mal moral, mais non l'ignorance qui ne le rend pas involontaire". L'ignorance peut être voulue directement ou indirectement. Cette dernière "résulte d'une négligence, si l'on ne veut pas apprendre ce que l'on est tenu de savoir", c'est ce que disait le CEC au numéro 1736. Saint Thomas continue en disant que " si la raison ou la conscience se trompe volontairement, soit directement (en prenant comme par hasard l'exemple de l'adultère de David avec la femme d'Urie), soit indirectement, par une erreur portant sur ce qu'on est tenu de savoir, une telle erreur n'excuse pas du mal la volonté qui agit conformément à cette raison ou conscience erronée".
 Pour ce qui concerne l'adultère, selon Thomas d'Aquin, aucune ignorance n'enlève l'imputation au mal. C'est un acte qui de soi est mauvais (De Malo, II,4) car puisque "l'acte reçoit son espèce de l'objet, il sera spécifié selon une certaine raison d'objet par rapport à un principe actif déterminé".
En effet, les actes humains sont spécifiés par ce qui appartient de soi à la raison, et l'exemple qui vient directement à l'esprit de saint Thomas est encore une fois celui de l'adultère: "C'est pourquoi s'unir à sa femme et s'unir à une femme qui n'est pas la sienne sont des actes qui diffèrent selon l'espèce, en tant qu'actes de rai son". Voila selon lui l'exemple typique d'acte humain comme acte de la raison qui illustre ce fait fondamental que "les actes humains tiennent de leur espèce d'être bons ou mauvais".
  S'unir avec une femme autre que la sienne ne pourra jamais être un acte bon pour saint Thomas car il est spécifiquement mauvais. Un acte bon peut être vicié par différentes choses, mais selon notre Docteur, "un acte spécifié dans le mal ne peut jamais être bon"(ibid, sol.2). Si un acte bon peut être mal accompli, un acte mauvais ne peut être bien accompli. Le mal venant de défauts singuliers, "c'est pourquoi, quel que soit l'élément qui est mauvais, de l'acte ou de son ordonnance à la fin, le tout est jugé mauvais".  C'est aussi pourquoi on ne peut pas faire un mal pour qu'en sorte un bien. L'intention ne justifie pas les moyens. Dans le thomisme, l'objet de l'acte spécifie aussi la bonté ou la malice de cet acte. Aucune bonne intention ne pourra justifier un adultère aux yeux de saint Thomas. La "vie de la grâce sanctifiante" ne peut absolument pas "coexister" dans le thomisme avec "une situation objective de péché", contrairement à ce que croit Mgr Fernández.     En effet, nous avons vu que la seule circonstance valable pour disculper quelqu'un qui s'unirait à une autre personne que celle épousée est un cas de figure extrême et peu vraisemblable. Par contre les circonstances pour ce qui concerne l'adultère, ont un effet inverse.  Aucune circonstance n'est atténuante, mais pire, les circonstances sont aggravantes. En effet, non seulement la circonstance peut augmenter la bonté d'un acte bon ou la malice d'un acte mauvais, mais pire encore, elle peut également donner l'espèce à l'acte moral en ajoutant "une difformité nouvelle ressortissant à une autre espèce de péché" (De Malo, qu.VII, art.4, resp). C'est ce qui arrive, précise Thomas d'Aquin,"quand un homme s'approche d'une femme qui non seulement n'est pas la sienne, mais est celle d'un autre". La circonstance fait passer l'acte à une autre espèce d'acte, car elle ajoute l'injustice qui lèse le bien du prochain. Cette nouvelle difformité confère une espèce nouvelle. Ainsi, la circonstance n'en est plus vraiment une mais plutôt devient la différence spécifique de l'acte moral. L'adultère qui s'oppose à la loi divine et donc à la charité, s'oppose à la chasteté et s'oppose en plus à la justice.
        – "Thomas a reconnu que quelqu'un pouvait avoir la grâce et la charité, mais sans pouvoir exercer correctement l'une des vertus «propter aliquas dispositiones contrarias» (ST I-II 65, 3, ad 2). Cela ne signifie pas qu'il ne possède pas toutes les vertus, mais plutôt qu'il ne peut pas manifester clairement l'existence de l'une d'entre elles car l'action extérieure de cette vertu se heurte à des difficultés résultant de dispositions contraires: «Certains saints sont réputés ne pas posséder certaines vertus, dans la mesure où ils éprouvent des difficultés dans les actes de ces vertus, même s'ils ont l'habitude de toutes les vertus »(ibid., ad 3)    
 Ce passage a aussi pour but de montrer que l'on peut vivre de façon "irrégulière" tout en étant en état de grâce. Les saints, d'après saint Thomas ont éprouvés des difficultés dans l'exercice de la vertu, malgré leur sainteté et leur état de grâce. Certains sont même privés de vertu.  Le fidèle lambda sera donc d'autant plus excusé, lui qui n'est pas encore un grand saint, s'il comprend les normes de l'Eglise (et ici précisément les normes du mariage), sans comprendre les valeurs comprises dans ces normes (la fidélité, l'indissolubilité, l'aspect sacramentel du mariage, etc…). Il peut, lui aussi, être limité dans ses capacités de décisions (justifier de rester dans cet état de désordre), ou il faut comprendre qu'il puisse prendre des décisions qui n'ajoutent pas une nouvelle faute (abandonner les enfants d'une nouvelle union).
 En fait l'utilisation de cette citation de Thomas d'Aquin dans l'esprit de Mgr Fernández, et reprise dans l'exhortation apostolique, vise à concilier un état objectif désordonné avec l'état de grâce sanctifiante. On peut ainsi demeurer et vivre comme des époux alors qu'on est l'époux ou l'épouse de quelqu'un d'autre. 
 Le problème est que le texte en question ne veut pas dire que les saints ont eu du mal à vivre en état de grâce, ou ont pratiqué le mal sans perdre la grâce, ni qu'on peut vivre de la charité sans avoir certaines vertus. Bien au contraire, il enseigne que "avec la charité sont infusées à la fois toutes les vertus morales" et que "celui qui perd la charité par le péché mortel, perd toutes les vertus morales infuses" (I-II, qu.65,a.3 resp.). Or s'unir avec une autre femme que la sienne, sauf en cas de mariage invalide prouvé, est un adultère, et un adultère est un péché mortel par excellence (celui qui est pris sans cesse en exemple par saint Thomas comme nous l'avons déjà dit et vu). Voila ce qu'il se proposait de montrer. Aucun saint ne peut l'être sans posséder la charité et avec elle "les vertus morales qui permettent à l'homme d'accomplir toutes les bonnes œuvres".  Et que doit-on comprendre du passage choisi par Mgr Fernández?
Saint Thomas veut seulement dire qu'on peut avoir la charité et éprouver soit des difficultés, soit un manque de plaisir dans l'accomplissement des œuvres vertueuses, pour diverses raisons telles le sommeil ou la fatigue. De même, les vertus infuses ne fonctionnent pas comme les vertus acquises. Ces dernières sont plus soumises aux habitus, ou actes précédents répétés, que ne le sont les premières. Donc le saint, qui vit davantage des vertus infuses, peut éprouver plus de difficultés à agir que celui qui possèdent des habitus acquis qui ont tendance à supprimer les dispositions contraires.
Éprouver parfois de la difficulté à exercer la vertu à cause d'empêchements extérieurs tels la fatigue, ou la maladie, n'équivaut pas à ne pas posséder la vertu. Or si l'on dit que les saints n'ont pas certaine vertus, c'est dans le sens où "ils éprouvent de la difficulté dans les actes des vertus" et il ajoute "pour la raison qu'on vient de dire", et cela n'enlève rien au fait qu'ils possèdent les habitus de toutes les vertus. Le passage tronqué de Mgr Fernández ne permet pas de comprendre la pensée de son auteur. Il lui fait même dire l'inverse. Là où Thomas expose l'impossibilité pour le saint d'avoir la charité sans avoir de façon connexe toutes les autres vertus infuses informées par celle-ci, le cardinal argentin lui fait dire qu'on peut avoir la charité sans bien pratiquer certaines vertus, voire sans les posséder. Bref, l'ignorance pratique des normes, la négligence dans leur acquisition, la permanence dans un état de vie douteux, la pratique d'actes non vertueux, autant d'arguments dont le but est de trouver des circonstances atténuantes à une situation opposée à la loi divine et donc à la vertu de charité. Nous sommes bien loin des empêchements dont parle Thomas d'Aquin dans les solutions 2 et 3 de la question 65.       
Ajoutons une petite précision sur les normes et les valeurs du mariage demandées aux fidèles catholiques par l'Eglise. Celle-ci n'exige pas l'impossible en la matière. Pour qu'il y ait mariage valide, il suffit  de conférer et de recevoir de l'autre le droit in corpus (aux actes de l'union des corps en vue de propager le genre humain). La seule connaissance nécessaire est de savoir que le mariage est une union permanente (indissoluble) entre un homme et une femme et que sa finalité première est la propagation du genre humain. Dans ces conditions, une ignorance invincible, seule ignorance qui rendrait invalide un mariage, supposerait l'impossibilité pour une personne de comprendre ces conditions qui ont toujours été présumées par l'Eglise à partir de la puberté: on peut donc parler d'immaturité avant mais normalement pas après, sauf exception qu'il faut alors prouver. Une telle immaturité ressemblerait davantage à une déficience mentale, ce qui pourrait remettre en question la possibilité d'un mariage tout court.
L'Eglise n'attend pas que les fidèles comprennent nécessairement l'essence du mariage pour qu'il soit valide. Même une erreur simple d'intelligence concernant l'indissolubilité ou le caractère sacramentel du mariage n'empêchent pas sa validité. Seul un acte positif de la volonté qui ferait qu'une personne par exemple veut contracter expressément un mariage dissoluble peut le rendre invalide.
Nous voyons bien que l'Eglise est peu exigeante envers ses enfants, et que Dieu ne demande pas l'impossible. Nul besoin d'être un saint théologien pour comprendre ce qu'est un mariage dans ses grandes lignes. L'argument de l'immaturité est fragile pour le rendre invalide. Quoi qu'il en soit, le texte de saint Thomas utilisé plus haut est tout à fait hors sujet pour justifier les "situations irrégulières".
 -He wrote that "one cannot maintain those [sexual] acts in each and every case are gravely dishonest in a subjective sense. In the complexity of particular situations is where, according to St. Thomas [Aquinas], 'the indetermination increases'."
Cette citation tirée de la page Wikipedia de Victor Manuel Fernández, à servi de support au n° 304 du chapitre VIII d'Amoris Laetitia qui renvoie à des bouts du passage suivant de la Somme Théologique:  "C'est pourquoi, bien que dans les principes généraux il y ait quelque nécessité, plus on aborde les choses particulières, plus on rencontre de défaillances. (…) Dans le domaine de l'action, au contraire, la vérité ou la rectitude pratique n'est pas la même pour tous dans les applications particulières, mais uniquement dans les principes généraux; et chez ceux pour lesquels la rectitude est identique dans leurs actions propres, elle n'est pas également connue de tous. (…) plus on descend aux détails, plus les exceptions se multiplient" (I-II, qu.94, a.4, resp.)
Le Pape, ou plutôt Fernández, évoque la complexité des situations particulières qui font que les indéterminations augmentent. Ceci entraîne à ses yeux l'impossibilité de qualifier certains actes sexuels de gravement désordonnés d'une façon absolue. Il faut les considérer cas par cas, et selon la subjectivité de chacun. Cela va permettre au pape de dépasser la norme générale pour rejoindre les situations particulières de chacun dans un discernement pratique au cas par cas, sans tomber dans le danger d'une "insupportable casuistique".
Que signifie saint Thomas dans le texte utilisé ci-dessus? Ce qui en ressort est que la morale et la raison pratique s'intéressent au particulier et au contingent, contrairement aux sciences théoriques qui portent sur le général et le nécessaire. La loi naturelle est la même pour tous dans les prescriptions générales, mais elle n'est pas appliquée comme il le faudrait par tous parce quand on descend dans les détails des actes humains particuliers, pleins de facteurs entrent en jeu: passions, habitudes, degré d'intelligence, bonne volonté, éducation, caractère, etc… Les principes sont les mêmes pour tous, mais comme dans l'acquisition de la connaissance, l'erreur peut introduire des variations dans les conclusions, et des faire varier les choix pratiques dans les actes particuliers moraux.
Saint Thomas, ne parle pas "d'exceptions" mais utilise le latin "deficere". Ce qu'il veut nous montrer, ce n'est pas que la loi naturelle se fragmente en actes divers qui se valent tous, mais que la loi naturelle,plus on s'éloigne de ses principes immuables et valables pour tous, ne sont pas appliqués comme il le faudrait pour que les actes soient vertueux. Il déplore une dégradation, une corruption: "plus on aborde les choses particulières, plus on rencontre de défaillances." Loin de justifier cette diversité bonne ou mauvaise des cas particuliers, il regrette que dans "un petit nombre de cas" (ce qui limite le champ de cette mauvaise application de la loi naturelle), "elle peut comporter des exceptions (comprendre des "défaillances"), d'abord dans sa rectitude, à cause d'empêchements particuliers (…); elle comporte encore des exceptions (défaillances) quand à sa connaissance;c'est parce que certains ont une raison faussée par la passion, par une coutume mauvaise ou par une mauvaise disposition de la nature". Bref, on aura compris que pour lui, loin de justifier des situations particulières désordonnées, ce passage au contraire, critique la mauvaise application pratique de la loi naturelle, reflet de la loi divine, aux actes concrets de chacun dans la vie courante. Selon Thomas d'Aquin, plus on descend dans le détail, plus on risque de se tromper et de mal agir. Il ne s'agit pas pour lui de cautionner tous les actes individuels comme s'ils se valaient tous. Nous sommes ici aux antipodes du relativisme et du subjectivisme.

L'autore di "Gender Diktat", Rodolfo de Mattei, torna con il suo secondo libro...


Qual'è stato il processo storico che ha portato all'odierna "normalità" omosessuale?
Il saggio si propone di delineare alcuni passaggi chiave di quello che l'autore definisce appunto il "processo di normalizzazione" dell'omosessualità, del quale la teoria del gender è una delle due facce della stessa medaglia.



Associazione Fiducia, piazza Santa Balbina, 8, 00153 Roma Italia, Italy


vendredi 28 juin 2019

Cour de cassation : crime d'État

http://www.lagrif.fr/index.php?option=com_k2&view=item&id=152:cour-de-cassation-crime-d-etat&Itemid=385

Cour de cassation : crime d'État
Cour de cassation : crime d'État

La Cour de cassation sous la présidence de son 1° président Bertrand Louvel a donc misérablement suivi ce jour l'avis du procureur général François Molins.

Ce dernier s'est illustré en prônant le respect de la décision de faire mourir l'handicapé Vincent Lambert par arrêt de son alimentation et de son hydratation. Condamnation à mort par la soif d'un être absolument innocent.

Ce, sous le regard de Viviane Lambert, la mère du condamné.

Le procureur Molins a motivé son avis par l'opinion qu' « ériger la vie en valeur suprême serait remettre en cause la loi Léonetti et le droit à l'IVG ».

Exit le Décalogue, fondement de la civilisation humaine, et son commandement « tu ne tueras pas » !

Certes, dans la civilisation humaine, il est des graves décisions qui peuvent impliquer de risquer des vies ou encore de devoir choisir entre deux vies, c'est le cas de la guerre nécessaire et juste pour sauver un peuple. C'est le cas du choix entre la vie de l'enfant et la vie de la mère.

Rien de tel pour justifier le crime d'État de mise à mort de Vincent Lambert que suivront inéluctablement des milliers d'autres décisions de tuer.

La Cour de cassation a œuvré pour la rétrogradation morale vers la forme moderne de la barbarie, vers la forme la plus achevée du racisme, le racisme antihumain.

Notre-Dame de Paris, état de la question – Terres de Mission


Notre-Dame de Paris, état de la question

Terre de mission n°132

Église universelle : Notre-Dame – La France au cœur

François-Joseph Ambroselli a contribué de manière remarquable à deux publications qui ont consacré une large place à l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Tout d'abord un hors-série du Figaro intitulé Notre-Dame – La France au cœur. Ensuite, sous le titre Notre-Dame des sept douleurs un article très fouillé dans le numéro de juin-juillet du Figaro-histoire. Un état de la question précis et passionnant.

Église en France : Tout ou rien – Sœur Clare Crockett

Morte à l'âge de 33 ans, en 2016, lors d'un tremblement de terre en Equateur, sœur Clare Crockett avait rejoint la congrégation, d'origine espagnole, des sœurs du foyer de la Mère. Damien Sanchez a participé à la traduction en français de la biographie de la religieuse, originellement tournée en espagnol, sous le titre Tout ou rien – Sœur Clare Crockett. Ce film dresse le portrait attachant d'une jeune fille, « comme les autres » si ce n'est un tempérament particulièrement entier, saisie par la grâce et à ce moment décidée à devenir « l'épouse du crucifié ». Un bel, émouvant et consolant témoignage.

Église en Marche : querelle liturgique à Saint-Germain-en-Laye

Par le motu proprio, Summorum Pontificum, le pape Benoît XVI demandait que la célébration de la messe traditionnelle retrouve toute sa place dans l'Église et qu'un accueil généreux soit fait aux demandes des fidèles. Cette demande existe depuis 12 ans à Saint-Germain-en-Laye. Après un séjour dans cette ville, pour cause de travaux, la communauté de Port-Marly, attachée aux chanoines de l'Institut du Christ-Roi, retournera chez elle au mois de septembre. De nombreux Saint-Germanois, dont Cyril Farret d'Astiès, auteur d'un livre à paraître sur les 50 ans de la réforme liturgique, souhaitent que la forme extraordinaire du rite romain continue à être célébrée à Saint-Germain. Les négociations avec l'évêché, difficiles dans un climat de confiance rompue, sont en cours…

Voir l'émission, Ajouter un commentaire

Révoltes, Révolutions, Contre-Révolutions
28e Université d'été de Renaissance Catholique

[...] La réforme d'une société se fait-elle, toujours dans la douleur et la violence, aucune classe dirigeante ne renonçant, de son plein gré, à son pouvoir ? La Contre-Révolution ne peut-elle être qu'une Révolution en sens contraire ?

Philosophes, historiens, journalistes, universitaires et témoins qualifiés vous attendent du jeudi 11 au dimanche 14 juillet 2019, l'université d'été se tiendra au Château des Bordes, Urzy (58 - Nord de Nevers).

Inscription
Les principes de la Contre-révolution
Voir l'émission : https://youtu.be/Ye5HXxBE4KE

L'université d'été se tiendra :

Du jeudi 11 au dimanche 14 juillet 2019,

au Château des Bordes, Urzy (58 – Nord de Nevers), dans une très belle propriété familiale à la campagne.

Voir l'émission

Nous soutenir

Pour restaurer les valeurs chrétiennes dans notre pays, si prier est nécessaire, agir ne l'est pas moins.

 Aidez-nous, vous le pouvez !

Vous pouvez nous aider en versant u, don (déductible : réduction d'impôt de 66% des sommes versées à concurrence de 20% du revenu imposable)

Renaissance Catholique
13 Avenue de la Paix
92130 Issy-les-Moulineaux
Tél : 01 47 36 17 36

Synode sur l’Amazonie : pour le cardinal Brandmüller, l’Instrumentum Laboris est hérétique

https://www.riposte-catholique.fr/archives/152207

Synode sur l'Amazonie : pour le cardinal Brandmüller, l'Instrumentum Laboris est hérétique

L'Instrumentum Laboris, le document de travail sur le futur synode des évêques sur l'Amazonie, provoque, depuis qu'il a été publié, de nombreuses réserves et critiques. Il faut reconnaître que sa seule lecture provoque le malaise chez les catholiques qui ont encore un peu de doctrine et quelques connaissances historiques. Un nouveau coup vient de lui être asséné par un texte très critique du cardinal Walter Brandmüller que vient de publier Sandro Magister sur son blogue Settimo Cielo et que Diakonos.be a traduit en français.

*

Introduction

On peut vraiment trouver étonnant que, contrairement aux assemblées précédentes, cette fois le synode des évêques s'intéresse exclusivement à une région du monde où la population représente à peine la moitié de celle de la ville de Mexico, soit 4 millions d'habitants.  Ce qui contribue d'ailleurs à éveiller des soupçons quant aux véritables intentions qui sont à l'œuvre en coulisses.  Mais il faut surtout se demander quels sont les concepts de religion, de christianisme et d'Église qui sont à la base de l'Instrumentum Laboris publié récemment.  C'est ce que nous allons examiner en nous appuyant sur des extraits du texte.

Pourquoi un synode dans cette région ?

Avant tout, on est en droit de se demander pourquoi un synode des évêques devrait se pencher sur des thèmes qui – comme c'est le cas pour les trois quarts de l'Instrumentum laboris – ne concernent que marginalement les Évangiles ou l'Église.  De toute évidence, il s'agit de la part du synode des évêques d'une ingérence agressive dans les affaires purement temporelles de l'État et de la société du Brésil.  On pourrait se demander ce que l'écologie, l'économie et la politique ont à voir avec le mandat et la mission de l'Église.

Et par-dessus tout : en quoi un synode ecclésial des évêques est-il compétent pour formuler des déclarations dans ces domaines ?

Si le synode des évêques s'aventurait vraiment sur ce terrain, il sortirait alors de son rôle et ferait preuve alors d'une présomption cléricale que les autorités civiles seraient en droit de rejeter.

Sur les religions naturelles et l'inculturation

Sur cela, il faut garder en tête un autre élément que l'on retrouve à travers tout l'Instrumentum Laboris : l'évaluation très positive que l'on fait des religions naturelles, y compris des pratiques de guérison indigènes et tout ce qui s'en suit, y compris des pratiques et des rites mythico-religieux.  Dans le contexte de l'appel à l'harmonie avec la nature, on y parle même de dialogue avec les esprits (n° 75).

Ce n'est pas seulement l'idéal du « bon sauvage » tel que Rousseau et les Lumières l'ont esquissé que l'on compare ici à l'homme européen décadent.  Ce courant de pensée se poursuit bien plus loin dans le temps, jusqu'au tournant du XXe siècle où il culmine en une idolâtrie panthéiste de la nature.  Herman Claudius (1913) a composé l'hymne du Mouvement des Travailleurs Socialistes : « Quand nous marchons côte à côte… », dont un couplet dit ceci : « Verts bouleaux et vertes graines, voyez comment la vieille Mère Nature sème à pleines mains, avec un geste de supplication pour que l'homme devienne sien… »  Il est intéressant de noter que ce texte a été ensuite recopié dans le livre de chants des Jeunesses hitlériennes, probablement parce qu'il correspondait au mythe national-socialiste du sang et du sol.  Cette proximité idéologique est remarquable.  Ce rejet antirationaliste de la culture « occidentale » qui insiste sur l'importance de la raison est caractéristique de l'Instrumentum Laboris, qui parle respectivement au n° 44 de « la Terre-Mère » et du « cri des pauvres et de la terre » (n° 101).

Par conséquent, le territoire – c'est-à-dire les forêts d'Amazonie – y est même déclaré être un locus theologicus, une source singulière de la révélation de Dieu.  Il y aurait en son sein les lieux d'une épiphanie où se manifeste la réserve de vie et de sagesse pour la planète, une vie et une sagesse qui parle de Dieu (n° 19).  Entretemps, la régression qui en découle du Logos au Mythos est érigée en modèle de ce que l'Instrumentum Laboris qualifie d'inculturation de l'Église.  Le résultat est une religion naturelle recouverte d'un mince vernis chrétien.

La notion d'inculturation y est ici virtuellement dénaturée, étant donné qu'on lui fait dire le contraire de ce que la Commission Théologique Internationale a présenté en 1988 et de ce qu'a enseigné avant elle le décret Ad Gentes de Vatican II sur l'activité missionnaire de l'Église.

Sur l'abolition du célibat et l'introduction d'un sacerdoce féminin

Il est impossible de masquer que le « synode » vise surtout à mettre en œuvre deux projets auquel on tient beaucoup et qui n'ont jamais été mis en œuvre jusqu'à présent : l'abolition du célibat et l'introduction d'une prêtrise féminine – en commençant d'abord par le diaconat féminin.  Quoi qu'il en soit, il s'agit de « tenir compte du rôle central que les femmes jouent aujourd'hui dans l'Église amazonienne » (n° 129a).  D'une manière similaire, il s'agit à présent « d'ouvrir nouveaux espaces qui s'ouvrent pour la création les nouveaux ministères adaptés à ce moment historique.  Il est temps d'écouter la voix de la région amazonienne… » (n° 43).

On oublie cependant de mentionner que, dernièrement, Jean-Paul II aussi avait affirmé avec la plus haute autorité magistérielle qu'il n'est pas dans le pouvoir de l'Église de conférer les ordres sacrés aux femmes.  En effet, en deux mille ans, l'Église n'a jamais administré le Sacrement de l'Ordre à une femme.  La demande qui va aujourd'hui dans la direction opposée montre que le mot « Église » est maintenant employé comme un terme purement sociologique de la part des auteurs de l'Instrumentum Laboris, ce qui revient à nier le caractère sacramentel et hiérarchique de l'Église.

Sur la négation du caractère sacramentel et hiérarchique de l'Église

De la même manière – quoique sans s'y attader – le n° 127 renferme une attaque directe contre la constitution hiérarchique et sacramentelle de l'Église, quand on s'y demande s'il ne serait pas opportun de « reconsidérer la notion que l'exercice de la juridiction (le pouvoir de gouvernement) devrait être lié dans tous les domaines (sacramentel, judiciaire et administratif) et de façon permanente au sacrement de l'Ordre. »  C'est à partir de cette vision erronée qu'ensuite (au n° 129) on appelle à la création de nouveaux offices qui correspondraient aux besoins des peuplades amazoniennes.

Cependant, c'est dans le domaine de la liturgie et du culte que l'idéologie d'une inculturation mal comprise s'exprime d'une manière particulièrement spectaculaire.  Certaines formes issues des religions naturelles y sont adoptées positivement.  L'Instrumentum Laboris (n° 126e) ne se prive pas d'exiger que les « peuples pauvres et simples » puissent exprimer « leur (!) foi à l'aide d'images, de symboles, de traditions, de rites et d'autres sacrements » (!!). »

On est très loin des enseignements de la Constitution Sacrosanctum Concilium et de ceux du décret Ad Gentes sur l'activité missionnaire de l'Église, et cela démontre une compréhension purement horizontale de la liturgie.

Conclusion

Summa summarum : L'Instrumentum Laboris charge le synode des évêques et en définitive le Pape d'une grave violation du Depositum fidei, avec pour conséquence une autodestruction de l'Église ou bien la transformation du Corpus Christi mysticum en une ONG civile avec un mandat écologico-socialo-psychologique.

Après ces observations, plusieurs questions se posent : y a-t-il, surtout en ce qui concerne la structure sacramentelle et hiérarchique de l'Église, rupture décisive avec la tradition apostolique qui est constitutive de l'Église ou les auteurs ont-ils plutôt une notion du développement de la doctrine qui serait défendue théologiquement pour justifier les ruptures susmentionnées ?

Cela semble bien être le cas.  Nous assistons à un nouvel avatar un Modernisme classique du début du XXe siècle.  À l'époque, on a commencé par une approche résolument évolutionniste avant de soutenir l'idée qu'au développement de l'homme vers un niveau supérieur correspondrait également des niveaux supérieurs de conscience et de culture susceptibles de faire en sorte que ce qui était faux hier peut être vrai aujourd'hui.  Cette dynamique évolutionniste est appliquée à la religion, c'est-à-dire à la conscience religieuse et à toutes ses manifestations dans la doctrine et dans le culte et naturellement aussi à la morale.

Cependant, cela présume d'une compréhension du développement du dogme qui serait en opposition totale avec la compréhension catholique authentique.  Cette dernière conçoit le développement du dogme et de l'Église non pas comme un changement mais plutôt comme un développement organique du sujet qui demeure fidèle à sa propre identité.

C'est ce que les deux conciles du Vatican nous enseignent dans les constitutions Dei FiliusLumen Gentium et Dei Verbum.

Il faut donc à présent affirmer avec force que l'Instrumentum Laboris contredit l'enseignement impérieux de l'Eglise sur des points essentiels et qu'il doit donc être considéré comme hérétique.  Dans la mesure où le fait de la révélation divine y est remis en question, ou mal comprise, il faut en plus également parler d'apostasie.

Cela se justifie d'autant plus à la lumière du fait que l'Instrument Laboris recourt à une conception purement immanentiste de la religion et qu'il considère la religion comme étant le résultat et la forme d'expression de l'expérience spirituelle personnelle de l'homme.  L'emploi de termes et de notions chrétiens ne peut masquer que ceux-ci ne sont utilisés que comme des coquilles vides, malgré leur sens originel.

L'Instrumentum Laboris pour le synode sur l'Amazonie constitue une attaque contre les fondements de la Foi, d'une manière qu'on n'aurait jamais cru possible jusqu'ici, et il doit donc être rejeté avec la plus grande fermeté.

mercredi 26 juin 2019

El pescado y la bicicleta, por Antonio Caponnetto - E.S.I: Educación Sexual Integral. Aportes políticamente incorrectos

El pescado y la bicicleta

Por Antonio Caponnetto

 

Cuando en estos tiempos de "educación sexual integral", una noticia nos dice que alguien insiste en llamarse Mamuasel Ivonne aunque le duela el epidídimo; y alguien más se presenta como el Señor Perez, después de parir trillizos, diríase que la lógica no es la categoría prevalente entre los cultores de la perspectiva del género. 

Si al socaire de esta corriente hemos de considerar racional que uno se autoperciba estación ferroviaria y pida la mano de la locomotora en la terminal de Atocha o de Retiro. Y si nada de incongruo hemos de ver en que un carcamal salido del cenotafio quiera noviar con la mascota o tirarse un lance con la vecinita del Jardín Les niñes; pues entonces, se podrá convenir sin retaceos en que se han hecho realidades al menos dos lemas infaustos del Mayo Francés: "prohibido prohibir" y "la imaginación al poder".

Así las cosas, quien quisiera argüir en nombre del juicio, la cohesión, la correspondencia o el silogismo sería declarado reo de leso aristotelismo. Vería su fama destruida o dada al traste,con perdón de la polisemia; y se lo conminaría a rendirse de una vez ante el triunfo de lo inverosímil, que tras siglos de oscurantismo ha ganado al fin su batalla. Se ha acabado la dictadura del Órganon, la del monolítico Tractatus, la de los férreos Nyaya Sutras hindúes o la de los carriles deductivos de Avicena. Se ha dado por perimida la edad de la concomitancia. Lo impensable, lo inaudito, lo insospechado y pasmoso son los dueños imbatibles del mundo en que vivimos. 

¿En nombre de qué principio de identidad o de no contradicción puedo explicarle al mundo que las trompas de Falopio y las de Eustaquio tienen funciones naturalmente predeterninadas, no siendo recomendable oír por la pelvis ni reproducirse por las aurículas? ¿Invocando qué asonancia con la sensatez o qué ilación con la realidad genética, puedo darme al asombro si un senegalés se hiciera la piel en un hospicio para devenir en radiante albugíneo, o si se nos dijera, por caso, que a Tamawashi Ichiro, el  campeón de sumo, se le ha dado por la lactancia y el colecho, superando en drenajes a la mismísima Luperca de la que abrevaron Rómulo y Remo?

De pronto, sin embargo, este tiempo que ha desterrado la logicidad y la verosimilitud apela a tales categorías; y proliferan así ciertos grupos feministas que levantan la bandera de una de sus capataces de recua, Gloria Steinem, famosa entre otras ventosidades, por estampar este primor: "una mujer necesita un hombre como un pez necesita una bicicleta". O según versión acotada:"una mujer sin un hombre es como un pez sin una bicicleta". Llegando las recuas verdinaranjas,con tal aforismo por divisa, a la obvia conclusión de que las mujeres no precisan a los hombres para nada.

No desmentiré el corolario de la Steinem repetido hoy por sus múltiples y devotas seguidoras, pues en presencia de los belfos,los espolones, los ijares y los corvejones de quienes integran el cortejo, más vale que no quieran  utilidad alguna del varón. ¡Dios preserve a la raza adámica de estas cooperaciones propias de la alquimia oscura!

Cruzaré espadas sin embargo por la verosimilitud, la logicidad y la feliz correspondencia de lo que –con imperdonables resabios escolásticos- las  hembrirulas han declarado entes excluyentes: el pez y la bicicleta. ¡No hay nada de eso!

Fue todo de ellos –esto es de la contracultura abisal- el Jim Morrison que sostuvo: "Llegaré al mar en bicicleta". La parca le ganó la apuesta, a los veintisiete años, por una sobredosis de heroina, pero la metáfora era buena y le quedó de epitafio. Si sirve para acercarme al mar, y aún para rodar por sus espumas costeñas, la juntura de los pedales y los peces es tan posible y tan conveniente como la de la quena y el viento, o la del rocío y la corola.

Se le ocurrió a José Pedroni (y era cosa seria el proyecto) que cada niño tuviese una bicicleta con alas, que pudiera sobrevolar las aguas marinas, otear su horizonte de salmones y de arenques, para jugar a la ronda con el cardumen que quisiera:

 "La bicicleta un día va a volar.

Le están saliendo las alas, son de verdad.

El ángel de las aguas ya no se irá,

calle ancha del cielo para mirar[...].

Todos los pueblos tendrán un velódromo

donde los niños correrán.

De allí alzarán el vuelo,

darán una vuelta sobre el mar.

Si no lo hubiera, sobre el trigal,

Si no lo hubiera,

Irán donde lo haya y volverán"

Manubrios y bielas vuelven a darse cita con pejerreyes y corbinas, mientras haya una niñez pescadora que merodee los acantilados cercanos a la escuela pueblerina. Horquillas y cintas de manillar trabarán amistad con sábalos y salmones, con la naturalidad de antiguos camaradas lanzados a la aventura en una playa perdida. Que se los diga otro de ellos, y de los peores, Don Rafael Alberti:

"Hay peces que se bañan en la arena

Y ciclistas que corren por las olas.

Yo piensoen mi. Colegio sobre el mar.

Infancia ya en balandro o bicicleta.

Globo libre, el primer balón flotaba

Sobre el grito espiral de los vapores

[...]

"Corro en mi bicicleta por los bosques urbanos,

y me detengo siempre junto a un río,

a ver cómo se acuesta la tarde y con la noche

se le pierden al agua las primeras estrellas".

No seguiré ponderando este mundo ictícola y de rodados, en mancomunión de cadenas y de ejes, atunes y mojarras, porque otro es el punto de meditación.

Resulta que se nos presenta como la cosa más normal y deseable del mundo ese igualitarismo sexual tramposo, que no atiende a la igualdad ontológica y creatural del varón y de la mujer, por cuya defensa vale perder mil veces la vida, diría El Príncipe Constante, sino a la aberración del hermafroditismo social, que ya denunciara en su momento Pío XI en la Casti Connubi. 

Se pretende que nos acostumbremos a desterrar las espadas y los escudos de los juguetes de los chicos, y a regalarle guantes de box o botines de fútbol a las niñas. Cosméticos precoces para ambos, intercambiando roles; pisoteando a sabiendas el impulso viril que asoma tan temprano en los mocosos normales como la emulación de la maternidad en las chiquillas sanas. 

Si se lo despoja a un párvulo de su sueño de combatiente templario y a una nena de su anhelo por convertirse en hada madrina, no tendremos generaciones respetuosas de la diversidad y de la igualdad. Tendremos psicópatas o morbosos deambulando por Sodoma, convertidos en saqueadores de la dignidad humana. Si insisten –como ya se ha hecho- en que bailen nuestro folklore, los jóvenes con polleras y las muchachas con pantalones, devendrán camadas de putescas conductas, aunque les inventen después los sofisticados neologismos de "cosplayer" y "drag queen". Y los padres de tales monstruos puedan ser candidatos a presidentes, orgullosos de lo que han engendrado.

La verdad es que se pretende acostumbrarlos a que las vestimentas sean rotativas, como un preludio de la elección hormonal que puedan hacer ya crecidos en el quirófano más cercano a su domicilio. Todo, por supuesto, bajo el patrocinio de un Estado,que ha renunciado a ser la persona de bien que definiera Oliveira Salazar, para convertirse en el administrador de la disolución moral colectiva.

Pero los mismos que incurren en esta homologación contranatura,que gustan vivir en este torvo cambalache de biblias y calefones,en ese revoltijo infame de glándulas autopercibidas lo contrario de lo que realmente son, en el permisimismo más abyecto para declararse padre o madre, a piacere; sin tener el "uno" la potestad seminal ni la "otra" la matriz gestante e iluminativa, se valen después de una metáfora de supuestas incompatibilidades apodícticas, al sólo efecto de probar que la mujer debe odiar y combatir al hombre, despreciándolo como un ser inútil y ajeno a su existencia.

En tiempos de programada y aborrecible coincidentia oppositorum, sólo sobreviviría como símbolo intangible de inutilidad recíproca, las figuras del pez y de la bicicleta. ¡Por favor! ¿En que quedó el dogma freudiano, según el cual "uno siempre se enamora de un fantasma"?; ¿o el "ideal de completud" del delirante Benasayag, para quien "el amor tiene más que ver con un pez muy original al que le gusta una bicicleta y con una bicicleta que sueña vivir con un pez"?

Yo supe ver a mi nieto Tomás llorando con desconsuelo la muerte de un diminuto pez que cobijaba en su pecera simple de casita barrial. Día entero anduvo cabizbajo, ruminado la pena de no saber adónde iba a parar su finado "Doradito". Lo consolaba la historia de Jonás y la hipótesis de un mar mojado de profecías. El mismo Tomás que vertió después las ineludibles lágrimas, cuando se cayó de su primera bicicleta, dando vueltas en una plaza, con un ermita dedicada a la Virgen sobre un declive esquinero. Idénticas lágrimas por causa de un pez y de una bicicleta. 

Los gramáticos se siguen preguntando si el "sunt lacrimae rerum" virgiliano, se debe traducir como  "las cosas lloran lágrimas" o son "las lágrimas las que lloran por las cosas". Ajeno al noble oficio de latinista, sólo sé decir que, una vez más, el pez y la bicicleta se volvieron compatibles en el común denominador de las lágrimas infantiles. Se volvieron recíprocamente útiles y complementarios en ese conjunto de "todas las cosas que merecen lágrimas", según la Elegía de Borges.

Yo supe y sé algo más. Sé que Dios quiso "necesitar" voluntariamente de una Mujer, para que el Verbo se encarnara y fuera uno junto a nosotros. Sé del mismo Dios que le hizo necesitar a esa Mujer la presencia de un varón seguro, protector,templado y firme. Sé que esa Mujer y ese Varón completaron sus vidas, viviendo juntos en un hogar de Nazareth. Y sé que, desde los días inaugurales del Génesis, mujer y varón se necesitan dichosamente, gozosamente, el uno al otro. Bendecida esa soldadura de almas y de cuerpos, esa amalgama de materia y de espíritu, por el Admirable Pescador. Para que  la mutua soledad que "entre dos noches iba" –recordémoslo con Marechal- pudiera recibir la confortación de exclamar:

"¡Quién le dijera, para su consuelo,

que abajo estaba el pez en el anzuelo

y el admirable Pescador arriba!"