Rechercher dans ce blog

Follow by Email

jeudi 10 décembre 2015

SERMON DE SAINT PIERRE CHRYSOLOGUE SUR L'INCARNATION L'amour désire voir Dieu.



Dieu, voyant le monde ravagé par la crainte, agit sans cesse pour le rappeler à lui avec amour, le solliciter par la grâce, le soutenir par la charité, et l'envelopper de tendresse.

Voilà pourquoi il a purifié la terre qui vieillissait dans le péché par le châtiment du déluge; il appelle Noé à engendrer un monde nouveau; il le sollicite par d'affectueuses paroles, il lui donne confiance par sa familiarité, il l'instruit paternellement des événements présents, il le réconforte par la grâce en vue des épreuves futures. Il ne lui commande pas, mais en le faisant participer à son oeuvre, il enferme dans l'arche tout l'avenir du monde, afin que cette association aimante chasse la crainte servile, et que cet amour commun conserve ce qui avait été sauvé par une oeuvre commune.

Voilà pourquoi il appelle Abraham à sortir du paganisme, il anoblit son nom, il en fait le père de la foi ; il l'accompagne dans son voyage, il le protège des étrangers, il l'enrichit; il en fait un vainqueur, il lui donne le gage de ses promesses, il le fait échapper aux outrages; il devient aimablement son hôte, il l'émerveille en lui donnant un descendant qu'il n'espérait plus; afin que comblé de tant de bienfaits, choyé par une telle douceur d'amour divin, il apprenne à aimer Dieu, non à le craindre; à l'honorer en l'aimant, non en le redoutant.

Voilà pourquoi il réconforte par des songes Jacob fuyant son frère, il le provoque au combat lors de son retour, il le terrasse en l'étreignant comme fait un lutteur, afin qu'il aime le père qui lutte avec lui, au lieu de le craindre.

Voilà pourquoi il appelle Moïse dans sa langue maternelle, il l'interpelle avec la tendresse d'un père, il l'invite à être le libérateur de son peuple.

Mais à cause de tous ces faits que nous avons rappelés, où la flamme de l'amour divin embrase les coeurs, où l'ivresse de l'amour de Dieu se répand dans tous les sentiments de l'homme, certains, de leur âme blessée, ont voulu voir Dieu par leurs yeux de chair.

Dieu que le monde ne peut contenir, comment le regard humain, si étroit, pouvait-il le saisir? Mais le code de l'amour ne considère pas ce que celui-ci peut être, ce qu'il doit et ce qu'il peut faire. L'amour ignore le jugement, il manque de raison, il ignore la mesure. L'amour ne se laisse pas consoler par l'impossibilité, il n'admet pas que la difficulté soit un remède.

L'amour, s'il n'obtient pas l'objet de ses désirs, détruit celui qui aime, et c'est pourquoi il va là où il se laisse entraîner, non là où il doit aller. L'amour engendre le désir, s'enflamme d'ardeur, son ardeur le porte au-delà de ce qui lui est accordé. A quoi bon insister?

Il est impossible que l'amour ne voie pas ce qu'il aime; voilà pourquoi tous les saints ont jugé sans valeur tout ce qu'ils avaient obtenu, s'ils ne voyaient pas le Seigneur.

Voilà pourquoi l'amour qui désire voir Dieu, s'il manque de jugement, a pourtant une piété ardente.

Voilà pourquoi Moïse ose dire: Si j'ai trouvé grâce à tes yeux, montre-moi ton visage. Et le psalmiste: Montre-moi ton visage. Enfin, c'est pour cela que les païens ont fabriqué des idoles: afin de voir de leurs yeux, au milieu de leurs erreurs, ce qu'ils adoraient.